Le Contre-sommet des peuples à Marrakech, la première pierre d’un renouveau internationaliste

19 octobre 2023 par CADTM International , Collectif , Maxime Perriot


Les manifestant·es lors de la marche d’ouverture du contre-sommet le 12 octobre 2023, à Marrakech, au Maroc. Photo : Womin

Du 12 au 15 octobre 2023, a eu lieu le Contre-sommet des mouvements sociaux aux rencontres annuelles du FMI et de la Banque mondiale, à Marrakech (Maroc). Fruit d’un travail international collectif et inclusif long de près d’un an, ce contre-sommet a été un succès, et un pas solide vers la reconstruction d’un mouvement internationaliste radical, solide et massif. Il a abouti à la publication de la déclaration de Marrakech.



Plus de 60 organisations et une dizaine de réseaux internationaux étaient présent·es lors des quatre jours de manifestations, de débats, d’ateliers, de conférences et d’échanges qui ont rythmé le Contre-sommet de Marrakech. Une centaine de délégué·es de pays comme la Palestine, l’Irak, la Tunisie, l’Égypte, les pays de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale, de l’Afrique de l’Est ou encore l’Afrique du Sud, ont également répondu à l’appel.

 Jeudi 12 octobre : marche déterminée contre le FMI et la Banque mondiale et conférence d’ouverture

Photo : Womin

Le Contre-sommet de Marrakech s’est ouvert par une marche festive et déterminée le 12 octobre, date de l’arrivée de Christophe Colomb dans la Caraïbe en 1492, synonyme de pillages du continent « américain » par l’impérialisme européen. Les participant·es, venu·es du monde entier, ont défilé dans les rues du centre-ville de Marrakech, en scandant des slogans dénonçant les politiques dévastatrices du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 190 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus de détails.
et de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque mondiale regroupe deux organisations, la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement) et l’AID (Association internationale de développement). La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies.

En 2022, 189 pays en sont membres.

Cliquez pour plus de détails.
. Quelques 500 personnes ont fait entendre leurs voix à quelques centaines de mètres du sommet officiel.

La conférence d’ouverture, suivie par près de 300 personnes, portait sur les 79 ans de destructions provoquées par les politiques du FMI et de la Banque mondiale. Éric Toussaint, porte-parole du réseau CADTM International, Aminata Dramane Traoré (autrice, activiste et femme politique malienne), Gilbert Achcar (professeur d’études sur le développement et les relations internationales, SOAS, Université de Londres) et Fernanda Melchionna (députée brésilienne du PSOL) ont pris la parole tour à tour.

Leurs interventions contre le colonialisme financier de ces institutions financières internationales et contre l’impérialisme plénière en vidéo :

 Vendredi 13 octobre et samedi 14 octobre : une cinquantaine d’ateliers tous plus riches les uns que les autres

Les vendredi 13 et samedi 14 octobre, dates auxquelles se sont déroulés les ateliers, furent les jours les plus riches en échanges et en débats. Le réseau CADTM International coorganisait plus de 15 ateliers sur différents sujets : la Banque africaine de développement, la responsabilité du FMI et de la Banque mondiale dans la destruction de la planète, l’extractivisme Extractivisme Modèle de développement basé sur l’exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance économique. , la nouvelle crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
, la nouvelle banque de développement des BRICS BRICS Le terme de BRICS (acronyme anglais désignant Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) a été utilisé pour la première fois en 2001 par Jim O’Neill, alors économiste à la banque Goldman Sachs. La forte croissance économique de ces pays, combinée à leur position géopolitique importante (ces 5 pays rassemblent près de la moitié de la population mondiale sur 4 continents et près d’un quart du PIB mondial) font des BRICS des acteurs majeurs des activités économiques et financières internationales. … Les ateliers coorganisés par le réseau CADTM Afrique sur la Banque africaine de développement, par la coordination des luttes féministes du CADTM sur les femmes, la dette et la microfinance, et par le CADTM Belgique sur la violence exercée par le FMI et la Banque mondiale sur les migrant·es, ont rassemblé beaucoup de monde et ont donné lieu à des analyses poussées et des témoignages très forts. Tous furent de beaux succès !

Lire aussi : Sous le joug du FMI

Deux plénières de grande qualité ont également ponctué ces deux journées. Celle du vendredi portait sur les crises de la « civilisation » capitaliste, avec Christine Poupin, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, Mercedes D’Alessandro, économiste et autrice argentine, et Sahar Mohammed Khaled Hamed, militante palestinienne et représentante syndicale, dont l’intervention sur la terrible situation à Gaza a profondément ému l’assemblée.

La plénière en vidéo :

La plénière du samedi se concentrait sur la crise climatique, les injustices environnementales et le colonialisme financier, avec Ahmed El Droubi, chargé des campagnes internationales du Réseau international d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
pour le climat (International Climate Action Network), Lidy Nacpil, coordinatrice du Mouvement des peuples asiatiques sur la dette et le développement, Fahdel Kaboub, professeur associé d’économie à l’université Denison et président de l’Institut mondial pour la prospérité durable et Hamza Hamouchene, coordinateur du programme pour la région d’Afrique du Nord à l’Institut mondial pour la prospérité durable.

La plénière en vidéo :

 Dimanche 15 octobre : commémoration de l’assassinat de Thomas Sankara, assemblée des peuples et des alternatives et plénière de clôture

Le contre-sommet s’est terminé le 15 octobre, date de l’assassinat de Thomas Sankara, leader de la lutte pour le non-paiement des dettes illégitimes et pour l’unité et la souveraineté des peuples d’Afrique et du monde.

Cette journée a débuté par une assemblée des peuples et des alternatives, qui a rassemblé toutes les échanges et revendications issues des ateliers des deux journées précédentes pour aboutir à la Déclaration de Marrakech.

Une prise de parole très forte par un ancien prisonnier politique marocain, en soutien aux prisonnie·rs actuel·les comme Omar Radi, a ponctué cette assemblée.

Retrouvez l’assemblée des peuples et des alternatives en vidéo :

Le contre-sommet s’est achevé par une plénière de clôture centrée sur la mémoire de Thomas Sankara, sur l’annulation de la dette et sur l’établissement de plan d’action commun. Elle a réuni les paroles de Rachel Keke (députée de la France insoumise), Najib Akesbi (Économiste et professeur à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II), Fatima Ouassak (Politologue et co-fondatrice du Front des Mères) et Ndongo Samba Sylla (Économiste du développement).

Retrouvez la plénière de clôture en vidéo :

Ce contre-sommet, ce fut surtout des moments d’échanges, de rencontres et de liens tissés entre les différents mouvements sociaux du monde entier présents à Marrakech. Il pose la première pierre d’un renouveau altermondialiste et internationaliste pour lutter contre un système capitaliste et impérialiste destructeur et à bout de souffle. La lutte continue !

Clic


Autres articles en français de CADTM International (107)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100

Autres articles en français de Collectif (162)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 160

Autres articles en français de Maxime Perriot (41)

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Traduction(s)