Communiqué de presse

Le Groupe Thomas Sankara (GTS/CADTM) de Liège s’insurge contre le manque de fermeté des ministres européens de l’énergie en matière de renouvelables.

14 mars 2007


Alors que la question environnementale est devenue une urgence et qu’il est nécessaire de prendre des mesures radicales pour tenter d’endiguer la montée en température de notre planète, le 15 février dernier, les ministres européens ont décidé de ne pas contraindre les Etats-membres à produire un minimum de 20 % d’énergies renouvelables (ER) d’ici 2020.

Ces ministres se sont contentés d’objectifs non-contraignants pour les ER, la seule initiative contraignante va à l’imposture des biocarburants... C’est le plus mauvais signal qu’il était possible d’envoyer à l’ensemble du monde politique et industriel.

Pour le Groupe Thomas Sankara (GTS/CADTM), l’Europe doit investir largement dans la promotion et l’utilisation des énergies alternatives. Elle doit placer en tête de ses priorités la réduction drastique des gaz à effets de serre (GES) sur son territoire et l’abandon rapide et inconditionnel des énergies fossiles importées. Une réduction de ces GES de 30 % en 2020 et 80% en 2050 est l’objectif impératif pour maintenir la hausse de température sous la barre des 2°C et espérer limiter l’impact des changements climatiques2. Rappelons que de nombreuses alternatives existent et pourraient être mises en place immédiatement. Il s’agit avant tout d’une question de volonté politique.

L’Europe doit également « imposer » l’exemple pour les déménagements de sites industriels potentiellement contaminant situés en bord de mers et de fleuves. Ceux-ci représentant une menace semblable à celle de Tchernobyl ou Seveso lorsque le niveau des eaux grimpera jusqu’à leur porte. Plusieurs décennies seront nécessaires pour assainir ces sites, est-ce seulement le temps qui nous sépare de la catastrophe ? Ces déménagements seront aux frais de ceux qui en ont grassement vécu, cela va sans dire.

Alors que de plus en plus de citoyens prennent conscience de l’importance de la question et posent des actes nécessaires et utiles dans le cadre de leurs vies quotidiennes, nos ministres, au service d’un lobbying industriel sans états d’âme, continuent à faire la sourde oreille devant ce qui s’annonce comme une catastrophe environnementale majeure. Une fois de plus, les travailleurs et les pauvres en seront les principales victimes.

Le Groupe Thomas Sankara (GTS/CADTM) dénonce cette attitude irresponsable avec force et appelle l’ensemble des citoyens européens à réagir, de manière collective et énergique.

Eric Deruest : Responsable communication du GTS
Olivier Bonfond : Coordinateur du GTS - secrétaire général du CADTM

www.cadtm.org