Le Sud face à la crise. Bilan et perspectives

8 février 2010 par Gaspard Denis


D’origine financière, la crise s’est transformée depuis septembre 2008 en une véritable récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres consécutifs. économique qui n’épargne aujourd’hui plus aucun pays. En effet, après avoir affecté dans un premier temps les pays riches (Etats-Unis et Europe en tête), elle s’est étendue aux pays en développement (PED ).
D’après la CNUCED Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement
CNUCED
Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. Elle a été créée en 1964, sous la pression des pays en voie de développement pour faire contrepoids au GATT. Depuis les années 1980, elle est progressivement rentrée dans le rang en se conformant de plus en plus à l’orientation dominante dans des institutions comme la Banque mondiale et le FMI.
Site web : http://www.unctad.org
, la croissance de ces derniers passerait d’ailleurs de 5,4% en 2008 à 1,3% en 2009, « entraînant une réduction du revenu moyen par habitant ». La thèse du découplage économique – selon laquelle les PED devaient être largement épargnés par la crise – n’a donc pas résisté aux faits. Cela n’a pourtant rien d’étonnant : les vagues successives de libéralisation financière et commerciale associées au processus de globalisation Globalisation (voir aussi Mondialisation) (extrait de Chesnais, 1997a)

Origine et sens de ce terme anglo-saxon. En anglais, le mot « global » se réfère aussi bien à des phénomènes intéressant la (ou les) société(s) humaine(s) au niveau du globe comme tel (c’est le cas de l’expression global warming désignant l’effet de serre) qu’à des processus dont le propre est d’être « global » uniquement dans la perspective stratégique d’un « agent économique » ou d’un « acteur social » précis. En l’occurrence, le terme « globalisation » est né dans les Business Schools américaines et a revêtu le second sens. Il se réfère aux paramètres pertinents de l’action stratégique du très grand groupe industriel. Il en va de même dans la sphère financière. A la capacité stratégique du grand groupe d’adopter une approche et conduite « globales » portant sur les marchés à demande solvable, ses sources d’approvisionnement, les stratégies des principaux rivaux oligopolistiques, font pièce ici les opérations effectuées par les investisseurs financiers, ainsi que la composition de leurs portefeuilles. C’est en raison du sens que le terme global a pour le grand groupe industriel ou le grand investisseur financier que le terme « mondialisation du capital » plutôt que « mondialisation de l’économie » m’a toujours paru - indépendamment de la filiation théorique française de l’internationalisation dont je reconnais toujours l’héritage - la traduction la plus fidèle du terme anglo-saxon. C’est l’équivalence la plus proche de l’expression « globalisation » dans la seule acceptation tant soit peu scientifique que ce terme peut avoir.
Dans un débat public, le patron d’un des plus grands groupes européens a expliqué en substance que la « globalisation » représentait « la liberté pour son groupe de s’implanter où il le veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possible en matière de droit du travail et de conventions sociales »
ont rendu les économies en développement fortement vulnérables aux chocs externes.

En annonçant les prémices d’une reprise dès 2010, les organisations internationales se veulent néanmoins résolument optimistes. Ainsi, le FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
table sur une croissance de l’économie mondiale de 3,1% en 2010, après un recul de 1,1% du PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
mondial en 2009.

Pourtant, la perspective d’un rebond économique doit être sérieusement mise en question pour trois raisons principales. (...)

Lisez la suite en téléchargant l’analyse ci-dessous
Le Sud face à la crise : bilan et perspectives

Table des matières

1. Les vecteurs de transmission de la crise vers les pays en développement et émergents

1.1 La contraction du commerce international
1.2 Le tarissement des flux financiers à destination des pays en développement et émergents

- Flux de capitaux privés en baisse
- Diminution des transferts des migrants
- Baisse de l’aide publique au développement (APD APD On appelle aide publique au développement les dons ou les prêts consentis à des conditions financières privilégiées accordés par des organismes publics des pays industrialisés à des pays en développement. Il suffit donc qu’un prêt soit consenti à un taux inférieur à celui du marché pour qu’il soit considéré comme prêt concessionnel et donc comme une aide, même s’il est ensuite remboursé jusqu’au dernier centime par le pays bénéficiaire. Les prêts bilatéraux liés (qui obligent le pays bénéficiaire à acheter des produits ou des services au pays prêteur) et les annulations de dette font aussi partie de l’APD, ce qui est inadmissible. )

2. L’impact de la crise sur les pays en développement

2.1 Ralentissement de la croissance économique
2.2 Impact sur la pauvreté et l’emploi
2.3 Accélération de l’endettement extérieur

3. Quelles réponses politiques à la crise ?

3.1 Augmenter l’aide non créatrice de dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.

3.2 Instaurer des taxes globales pour financer le développement
3.3 Annuler la dette des pays en développement
3.4 Enrayer la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
sur les marchés agricoles
3.5 Lutter contre la fuite de capitaux