Les alternatives latino-américaines

20 novembre 2008 par Charlotte Bozonnet (hebdomadaire L’Humanité Dimanche)


Du contrôle public sur les ressources naturelles à l’élaboration de Constitutions progressistes, en passant par le développement des coopérations régionales, l’Amérique latine est, depuis dix ans, la région du monde ayant avancé le plus d’alternatives au modèle dominant.

Certaines de ces images ont fait le tour du monde. 1er mai 2006 : le premier président indien de l’histoire du continent, Evo Morales, proclame le contrôle de l’Etat sur les hydrocarbures en Bolivie. Six ans plus tôt, dans le même pays, des milliers d’habitants de Cochabamba, s’opposent, avec succès, à la privatisation de l’eau. En avril 2002, les Vénézuéliens descendent dans la rue pour mettre fin au coup d’Etat de la droite et des Etats-Unis contre Hugo Chavez.

Depuis dix ans, la pression des mouvements sociaux et l’élection de gouvernements progressistes ont fait de l’Amérique latine la région du monde où la remise en cause du modèle dominant est certainement la plus avancée. Au Venezuela, en Bolivie, et en Equateur, les gouvernements ont rompu avec les logiques néolibérales, en reprenant le contrôle public des richesses naturelles, en développant des programmes sociaux en faveur des plus défavorisés, et en affirmant les droits politiques des populations historiquement marginalisées. Des orientations affirmées à travers l’élaboration de nouvelles Constitutions. Si la Bolivie s’apprête à soumettre son projet constitutionnel à référendum, l’Equateur, dirigé par Rafael Correa, vient d’adopter la sienne.

Au niveau régional, l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (Alba), qui réunit le Venezuela, la Bolivie, Cuba, et depuis peu le Honduras, a été créée en 2004 sur le principe d’une coopération régionale basée sur la complémentarité. Plusieurs milliers de médecins et infirmiers cubains ont ainsi fourni des soins au Venezuela en échange d’un accord pétrolier préférentiel. Le projet de Banque du Sud, lancé par Hugo Chavez en 2006 comme une alternative à la tutelle de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
et du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 188 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus.
, réunit sept pays : la Bolivie, l’Equateur, le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. Des discussions sont également en cours pour la création d’un tribunal qui recevrait les plaintes des transnationales et des Etats, pour remplacer le CIRDI CIRDI Le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) a été créé en 1965 au sein de la Banque mondiale, par la Convention de Washington de 1965 instituant un mécanisme d’arbitrage sous les auspices de la Banque mondiale.

Jusqu’en 1996, le CIRDI a fonctionné de manière extrêmement sporadique : 1972 est la date de sa première affaire (la seule de l’année), l’année 1974 suivit avec 4 affaires, et suivirent de nombreuses années creuses sans aucune affaire inscrite (1973, 1975,1979, 1980, 1985, 1988, 1990 et 1991). L’envolée du nombre d’affaires par an depuis 1996 (1997 : 10 affaires par an contre 38 affaires pour 2011) s’explique par l’effet des nombreux accords bilatéraux de protection et de promotion des investissements (plus connus sous le nom de « TBI ») signés a partir des années 90, et qui représentent 63% de la base du consentement à la compétence du CIRDI de toutes les affaires (voir graphique)). Ce pourcentage s’élève à 78% pour les affaires enregistrées uniquement pour l’année 2011.

Cliquez pour plus d’infos
(tribunal de la Banque mondiale), très favorable aux multinationales. L’idée d’une monnaie commune est aussi avancée alors que l’instabilité du dollar est une plaie pour les échanges régionaux. En mai dernier, les dirigeants latino-américains se sont dotés d’une structure politique, l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), pour régler leurs différends. C’est dans ce cadre qu’ils ont récemment exprimé leur appui unanime au président bolivien Evo Morales.

Aujourd’hui, tous sont d’accord pour dénoncer la politique du deux poids-deux mesures de la Banque mondiale et du FMI, mais leurs réponses divergent. « C’est la région qui prend le plus d’initiatives pour se singulariser de la politique dominante, mais parler de rupture serait exagéré, car s’il y a une volonté commune d’intégration, les avis divergent sur sa forme, entre un centre gauche favorable à un modèle européen, dominé par l’économique et le grand capital, et une gauche qui pousse pour une architecture véritablement alternative », explique Eric Toussaint, président du CADTM Belgique, et auteur de « Banque du Sud et nouvelle crise internationale » [1.]. Les désaccords autour de la Banque du Sud incarnent ces dissensions. Le principe « un pays = une voix » inclus dans l’acte fondateur est ainsi remis en cause par le Brésil. « Pourtant, prévient Eric Toussaint, si ces pays ne vont pas plus vite, ils perdront une occasion historique. S’ils parvenaient à lancer rapidement la Banque du Sud, à créer un organisme régional pour les plaintes commerciales, à prendre des mesures de contrôle des capitaux, ils seraient un exemple pour le reste de la planète ».




Notes

[1.CADTM-Syllepse, 2008

Autres articles en français de Charlotte Bozonnet (hebdomadaire L’Humanité Dimanche) (1)