Les impostures de l’agrobusiness

14 novembre par Didier Epsztajn


(CC - Wikimedia)

« Mises en cause dans la flambée des prix, les grandes firmes de l’agrobusiness ont poursuivi leur expansion à l’échelle de la planète, imposant leurs modes de production standardisés, socialement excluants et écologiquement destructeurs ».

Dans son éditorial, https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/10/09/editorial-de-laurent-delcourt-alternatives-sud-les-nouveaux-territoires-de-lagrobusiness/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Laurent Delcourt souligne « les impasses sociales, environnementales et climatiques du modèle productiviste et libre-échangiste », les avantages des pratiques agro-écologiques. Il aborde, entre autres, les effets des monocultures industrielles, le complexe du soja, le secteur de l’huile de palme, les cultures de rente, la question de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, les stratégies de désengagement de l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
publique, les conceptions étroites de ce qu’est l’agriculture, les processus de capture, les politiques prônées par les institutions internationales, le lobbying et « la coproduction des politiques publiques », l’instrumentalisation de l’enjeu alimentaire, la production à tout prix, « cette vision repose sur l’idéologie productiviste, technicienne et pro-marché de la « révolution verte » », le refus de réflexion sur « les conditions sociopolitiques de production de la pauvreté et de la sous-nutrition » et la réduction de l’insécurité alimentaire en Afrique à un « déficit de productivité lié à l’archaïsme de l’agriculture africaine et à l’inefficacité de ses modes de production »…

L’auteur insiste sur les (contre)réformes, « Réforme de la législation pour renforcer la sécurité des investissements fonciers et la protection de la propriété intellectuelle sur les brevets, mise en œuvre de politiques incitatives et attractives, baisse des tarifs douaniers et des taxes à l’exportation, possibilités pour les investisseurs de rapatrier sans frais leurs bénéfices, poursuite des processus d’intégration régionale… », le green washing (« En verdissant leurs pratiques, elle constitue un formidable outil de pénétration et de diffusion de leur modèle ») et le « populisme entrepreneurial », la soi-disant agriculture climat-intelligente, la continuité « Au lieu d’encourager les pays les plus pauvres à mettre en œuvre des politiques de souveraineté alimentaire adaptées aux contextes locaux, capables à la fois de garantir au plus grand nombre l’accès à une nourriture adéquate et de réduire la vulnérabilité des populations à la volatilité du prix des matières premières sur les marchés internationaux », les intérêts des grandes firmes, les partenariats privé-public, les accaparements…

« Et en privilégiant un modèle de production standardisé, industriel et chimisé, elles ont accentué la dépendance des petits producteurs aux fournisseurs d’intrants Intrants Éléments entrant dans la production d’un bien. En agriculture, les engrais, pesticides, herbicides sont des intrants destinés à améliorer la production. Pour se procurer les devises nécessaires au remboursement de la dette, les meilleurs intrants sont réservés aux cultures d’exportation, au détriment des cultures vivrières essentielles pour les populations. , appauvri la biodiversité, fait voler en éclat des agro-écosystèmes locaux à forte résilience, et aggravé finalement la vulnérabilité alimentaire des communautés rurales. »

Sommaire

« L’ensemble complexe des reconfigurations socio-environnementales, économiques et politiques impulsées par l’industrie agroalimentaire néolibérale exige d’être appréhendée et critiqué avec les instruments de l’écologie politique ». Antonio Augusto Rossotto Ioris détaille, entre autres, les politiques agricoles pro-agrobusiness, l’oubli des « dimensions nutritionnelles et culturelles de l’agriculture et de l’alimentation », la dépendance d’une partie de la population envers « un nombre restreint de chaînes d’approvisionnement », la consommation de nourriture sucrée bon marché et des plats surgelés, les volumes de déchets alimentaires, les crises alimentaires, les forces de dépossession et d’expulsion, le nouvel « ordre socio-écologique »…

Il poursuit avec « les trois dimensions principales de l’hégémonie néolibérales », les stratégies techno-économiques, la culture de rente, Mato Grosso et l’agro-néolibéralisme brésilien, les projets de colonisation privée…

Il propose des pistes pour une écologie politique de l’agroalimentaire, discute des lieux de production et de consommation, de développement rural, de construction sociale du monde…

Il me semble plus que discutable de parler d’activités agricoles et alimentaires « intrinsèquement écologiques » ou d’agriculture « écologique par essence ». La notion de « socio-nature » demanderait à être explicitée.

Dans les différents articles sont abordés :

Le dernier article aborde les « Abus à l’encontre des femmes dans les plantations industrielles », abus-a-lencontre-des-femmes-dans-les-plantations-industrielles/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse. Le collectif souligne la violence de la vie autour des plantations industrielles de palmiers et d’hévéas, « Lorsque ces plantations industrielles empiètent sur les terres de communautés rurales, les violences sexuelles, les viols et les différents abus envers les femmes et les filles augmentent considérablement », la stigmatisation des femmes violées, les violences sexuelles, les harcèlements au travail, l’exigence de rapports sexuels avant l’embauche, l’achat du silence par de l’argent, les grossesses chez les adolescentes, les mariages précoces, les violences contre celles qui utilisent l’huile de palme traditionnelle, les impacts différenciés sur les hommes et sur les femmes…

Et les revendications de celles-ci : « C’est également un moment important pour nous rappeler que, malgré les souffrances et la violence qu’elles endurent, les femmes ne sont pas simplement des victimes. Dans de nombreux endroits où des entreprises ont pris le contrôle de leurs terres par la violence, les femmes s’organisent et demandent qu’il soit mis fin aux abus dont elles et leurs communautés sont victimes, car les plantations industrielles ont détruit leurs moyens de subsistance. Elles exigent la restitution de leurs terres. Elles exigent de prendre part aux processus de décision concernant le sort des terres communautaires et demandent aux sociétés de plantation de restituer aux communautés les terres qu’elles ont accaparées sans leur consentement. ».