Les mouvements sociaux demandent au Bénin de reconsidérer son adhésion à l’UPOV

En insistant sur la protection des systèmes semenciers locaux et la souveraineté alimentaire.

21 juin 2023 par Collectif , ATTAC/CADTM Maroc , CADTM Afrique




[Cotonou, Bénin] – Le 1er juin 2023, une coalition d’organisations diverses, y compris des organisations paysannes, des organisations de femmes, des activistes commerciaux et des groupes de consommateurs, ont exprimé leur profonde inquiétude concernant l’adhésion potentielle du Bénin à l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV). Dans une déclaration commune, les organisations soussignées soulignent les menaces potentielles qui pèsent sur les systèmes semenciers locaux, la biodiversité et la souveraineté alimentaire si le Bénin devait adhérer à l’UPOV.

L’UPOV est une organisation intergouvernementale qui promeut un système mondial de droits d’obtenteur, accordant des droits de monopole aux obtenteurs sur les variétés qu’ils ont développées. Alors que l’UPOV affirme que ses membres bénéficient d’un accès à des semences de qualité et productives, la coalition affirme que les conséquences négatives l’emportent sur les avantages potentiels.

En tant que membre de l’Organisation Ouest Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), le Bénin est déjà indirectement lié à l’UPOV par son adhésion. Par conséquent, la coalition souligne la redondance et les risques associés à l’adhésion individuelle du Bénin à l’UPOV. L’adhésion directe exposerait le pays à la pression directe des leaders de l’industrie semencière mondiale, principalement contrôlée par quatre géants de l’agrochimie : Syngenta, Bayer, BASF et Corteva. La coalition avertit que cette décision pourrait donner la priorité aux intérêts de ces géants de l’industrie au détriment de la souveraineté alimentaire de l’Afrique.

En outre, les organisations soussignées soulignent l’impact négatif de l’UPOV sur les petits agriculteurs et les systèmes de semences locaux. L’UPOV favorise les semences industrielles au détriment des semences des petits agriculteurs, ce qui entraîne une perte de biodiversité et compromet les approches durables de la production alimentaire. L’expérience d’autres pays africains, comme le Kenya, a montré que l’UPOV encourage la sélection pour les cultures d’exportation et que les entreprises étrangères en profitent plus que les sélectionneurs nationaux. Les semences industrielles sont associées à la monoculture Monoculture Culture d’un seul produit. De nombreux pays du Sud ont été amenés à se spécialiser dans la culture d’une denrée destinée à l’exportation (coton, café, cacao, arachide, tabac, etc.) pour se procurer les devises permettant le remboursement de la dette. , qui nécessite une irrigation extensive, des intrants Intrants Éléments entrant dans la production d’un bien. En agriculture, les engrais, pesticides, herbicides sont des intrants destinés à améliorer la production. Pour se procurer les devises nécessaires au remboursement de la dette, les meilleurs intrants sont réservés aux cultures d’exportation, au détriment des cultures vivrières essentielles pour les populations. synthétiques et des ensembles de technologies qui épuisent les sols et nuisent à l’environnement.

À la lumière de ces préoccupations, la coalition appelle toutes les parties prenantes en Afrique à réévaluer les meilleures stratégies pour les systèmes de semences qui donnent la priorité aux besoins des communautés locales. En particulier, elle demande au gouvernement du Bénin de retirer sa proposition d’adhésion à l’UPOV et de procéder à un examen approfondi, en collaboration avec les organisations paysannes et la société civile, afin de déterminer la meilleure voie à suivre.

Au contraire, les organisations plaident pour la promotion de l’agroécologie et l’utilisation de semences locales et indigènes bien adaptées aux conditions locales. Ces semences contribuent à la durabilité de l’agriculture au Bénin et dans toute l’Afrique, tout en préservant la souveraineté alimentaire et les droits des paysans sur les semences.

TÉLÉCHARGER LA DÉCLARATION COMPLÈTE ICI

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Frances Davies, politique, plaidoyer et communication, ZAAB

network(at)zambianagroecology.org

Famara Diédhiou, Chargée de programme, AFSA

famara.diedhiou(at)afsafrica.org

Susan Nakacwa, GRAIN

susan(at)grain.org

Mr Patrice Sagbo, JINUKUN

psagbo(at)yahoo.fr

Les organisations soussignées sont les suivantes

Alliance for Food Sovereignty in Africa (AFSA)
African Centre for Biodiversity (ACB)
APBREBES
ADeD : Actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
pour le Développement Durable
Association Nodde Nooto (A2N) du Niger
African Technology Assessment Platform (AfriTAP)
Agro Espoir Afrique SARL
Agro-Care Care Le concept de « care work » (travail de soin) fait référence à un ensemble de pratiques matérielles et psychologiques destinées à apporter une réponse concrète aux besoins des autres et d’une communauté (dont des écosystèmes). On préfère le concept de care à celui de travail « domestique » ou de « reproduction » car il intègre les dimensions émotionnelles et psychologiques (charge mentale, affection, soutien), et il ne se limite pas aux aspects « privés » et gratuit en englobant également les activités rémunérées nécessaires à la reproduction de la vie humaine. Consulting (Cameroun)
ANA-BIO Togo
A Growing Culture
Acción Ecológica
Asociacion Nacional para el Fomento de la Agruclutra Ecologica ANAFAE
Association Sénégalaise des Producteurs de Semences Paysannes (ASPSP)
Association des agriculteurs sans frontières AASF
Association Tunisienne de Permaculture
ATODAD-Togo
Attac/Cadtm Maroc
AVRD Tchad
BARAGNINI
Batamar Bio BITÈYE Sénégal
BEELA Center for Indigenous Foods
Biodiversity and Biosafety Association of Kenya (BIBA-K)
Botswana Council of NGOs (BOCONGO)
Centre d’études et d’expérimentations économiques et sociales de l’Afrique de l’Ouest – Association Internationale (CESAO-AI)
Centre de Formation et d’Insertion des Jeunes du Togo (CFIJ-TOGO)
Centre International de Développement AP Agropastoral CIDAP.BAGA TOGO.
CEVAD
CEVASTE
Civil Society Agrarian Partnership (CSAP)
CNOP / LVC AOC
COASP
Commons for EcoJustice (EcoJustice)
Community Alliance for Global Justice/AGRA Watch
Congo Basin Conservation Society CBCS RDC
Coordination Afrique du réseau CADTM
COPAGEN
COPAGEN Mali
COPAGEN NIGER
CREDI ONG
Eco-impact
ECOLOFEMME RDC
Emmaus TOHOUE
ERA/ Friends of the Earth Nigeria ( ERA/FoEN)
FAEB
FAPD-Sénégal
Farmer Managed Seeds Systems -(EOAI)
FCPEEP RDC-ACB
FENAB SENEGAL
FENEV (Femmes Environnement Nature Entrepreunariat Vert/RD Congo)
FIAN Burkina Faso
FIAN Suisse
FIAN Uganda
FIAN Zambia
Gabon Environnement
GRABE BÉNIN
GRAIN
Grassroots International
Groupe d’Actions pour une Agriculture et un Environnement Durables (GAAED) HEKS/EPER, Entraide Protestante Suisse
IFOAM-OI
IRPAD/Afrique (Mali)
Jeunes volontaires pour l’environnement Côte d’Ivoire
JINUKUN
Justiça Ambiental – JA ! (Mozambique)
LDCB : Ligue pour la Défense des Consommateurs du Bénin
Les Jardins d’Hambe
Les Jardins de l’espoir
Malaysian Food Sovereignty Forum (FKMM)
Mtandao wa Vikundi vya Wakulima Tanzania – MVIWATA
National Alliance for Agroecology, Climate change and Environmental Sustainability the Gambia
Nature Tropicale ONG (NTONG)
Network Siyada
ONG Debora
ONG Muyissi Environnement pour la défense des droits des communautés locales (Gabon)
Participatory Ecological Land Use Management (PELUM ) Association
RADD
RAAD PLUS
Réseau National des Acteurs de l’Agroécologie du Togo (RéNAAT)
Resources Oriented Development Initiatives KENYA (RODI Kenya)
RNDDH -NIGER
Seed Savers Network Kenya
SeedChange
Société Civile environnementale et Agro Rurale du Congo SOCEARUCO RDC
SWISSAID
Synergie Nationale des Paysans et Riverains du Cameroun (SYNAPARCAM)
Tanzania Alliance for Biodiversity (TABIO)
Third World Network (TWN)
Trax Program Support Ghana (Trax Ghana)
Une lumière dans la Rue (ULDLR)
Youth in Agroecology and Restoration Network
Youth Volunteers for the Environment Ghana
Zambia Alliance for Agroecology and Biodiversity (ZAAB)
ZIMSOFF LVC


Autres articles en français de Collectif (162)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 160

ATTAC/CADTM Maroc

membre du réseau CADTM, l’Association pour la Taxation des Transactions en Aide aux Citoyens au Maroc (ATTAC Maroc) a été créée en 2000. ATTAC Maroc est membre du réseau international du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM) depuis 2006 (devenu Comité pour l’abolition des dettes illégitimes depuis juin 2016). Nous comptons 11 groupes locaux au Maroc. ATTAC veut être un réseau aidant à l’appropriation par les acteurs engagés dans l’activité sociale, associative, syndicale et plus largement militante des enjeux de la mondialisation sur les problématiques de résistance sociale et citoyenne.
www.attacmaroc.org
http://arabic.cadtm.org/

Adresse : n°140, rue Cadi Bribri Akkari 10000. Rabat. Maroc
Email : attac.cadtm.maroc chez gmail.com
Site Web attacmaroc.org Tel 00 212 6 61 17 30 39

Autres articles en français de ATTAC/CADTM Maroc (140)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 130

CADTM Afrique

SECRETARIAT RESEAU CADTM AFRIQUE, CAD-Mali Djélibougou Rue : 326 Porte : 26 - BP. 2521 Bamako - Mali - Tél./Fax : 20 24 01 34 / E-mail : secretariatcadtmafrique chez gmail.com

Autres articles en français de CADTM Afrique (50)

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Traduction(s)