Mexique : Campagne de la coalition pour la suspension du paiement de la dette

17 août par Mónica Soto Elízaga


La Promotora por la Suspension of Public Debt Payments (PSPDP) a donné le coup d’envoi de la campagne de pétition citoyenne avec plusieurs conférences de presse simultanées le lundi 25 juillet 2022 au Zócalo de Mexico, ainsi qu’à Jalapa, Culiacán et Ciudad Victoria. Par la suite, des activités ont été organisées à Oaxaca, Torreón, Reynosa et Matamoros. La campagne de collecte de signatures et de signatures électroniques se poursuivra partout où des organisations et des citoyens prendront la responsabilité de la mener à bien. Pour l’instant, il est prévu de l’organiser partout où il y a des personnes ou des organisations liées à la Promotora, c’est-à-dire dans 23 des 32 États du Mexique.



 Que demandent les signataires de la pétition citoyenne ?

La pétition des citoyens sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique exige :

  1. Que le gouvernement fédéral suspende le service de la dette Service de la dette Remboursements des intérêts et du capital emprunté. publique pendant au moins deux ans afin de la restructurer et de mettre en œuvre un programme d’urgence pour nous sortir de la crise.
  2. Que le gouvernement fédéral décrète la création d’une Commission d’Audit Citoyen pour savoir comment les crédits contractés ont été utilisés et pour savoir quelles dettes sont illégitimes et immorales et ne doivent pas être payées ?
  3. Que le gouvernement fédéral annule immédiatement le paiement de la dette de Fobaproa/IPAB car elle est illégitime et constitue un vol flagrant, afin que la dette sociale ne continue pas à augmenter.
  4. Que les ressources provenant de la suspension et/ou de l’annulation de la dette ou du service de la dette soient appliquées à la création de sources de travail avec des emplois permanents et bien rémunérés, au renforcement de l’économie sociale, à l’attention intégrale aux enfants, à la santé, à l’éducation, à l’approvisionnement suffisant et sûr en eau, électricité et gaz pour les foyers, à la production d’aliments non toxiques, et à des programmes de soutien aux campagnes, aux femmes et aux peuples autochtones.

 La dette publique du Mexique est-elle un problème ?

Oui, c’est une hémorragie de ressources qui ne permet pas à l’économie de se redresser et aux priorités d’être traitées. Dans un contexte où la dette publique mexicaine, interne et externe, continue de croître - le gouvernement actuel l’a chiffrée à 10,5 trillions de pesos mexicains* et elle dépasse actuellement les 13 trillions (millions de millions) - cette année, 869 milliards de pesos seront utilisés pour le service de la dette publique, une somme équivalente à près du double de ce que le gouvernement de Lopez Obrador investit dans les programmes sociaux. 447 milliards de pesos seront alloués à ces programmes, qui sont des programmes dont la principale caractéristique est leur exécution directe, ils n’encouragent pas des changements structurels et ne promeuvent pas l’économie solidaire.

De même que 869 milliards de pesos seront versés pour le service de la dette en 2022, soit 12% du budget, le déficit public sera de 875 milliards, soit 12,5% du budget des dépenses, ce qui nécessite un endettement plus important. Ainsi, le Mexique s’endette pour continuer à payer. La somme de toutes les ressources destinées aux programmes sociaux et aux projets prioritaires s’élève à 575 milliards de pesos, ce qui est inférieur au montant prévu pour le paiement du service de la dette. Chaque Mexicain et chaque Mexicaine doit plus de 100 000 pesos de dette publique.

Selon les données du principal analyste économique de la Promotora, Héctor Torres González, qui appuie son analyse sur les données officielles du ministère des Finances et du Crédit public (SHCP), une vieille dette contre laquelle le président de la République, ses partisans et des milliers de personnes se battent depuis 1998, qui a converti les dettes privées des entrepreneurs mexicains en dette publique, appelée Fobaproa/IPAB, qui s’élevait à 552,3 milliards, a dépassé en mai 2022 le trillion de pesos et, au rythme où elle va, elle est en train de devenir une dette impayable. Le paiement des intérêts du Fobaproa/IPAB prévu pour 2022 est d’environ 40 milliards de pesos.

 Quelle est la justification ?

La pétition des citoyens est une proposition responsable qui cherche à résoudre un problème structurel, comme l’ont fait tous les gouvernements progressistes tout au long de l’histoire nationale depuis l’indépendance. La dette est une stratégie d’accumulation capitaliste, au milieu de la pandémie, les riches ont continué à augmenter leurs fortunes et les classes populaires ont perdu des emplois et subi les conséquences de l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donnée. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. .

L’économie mexicaine a décliné, encore loin de récupérer les emplois perdus et encore plus loin d’avoir les emplois nécessaires en fonction de la croissance de la population. De nombreux problèmes sont négligés par manque de financement et dans cette situation le gouvernement, qui applique depuis 4 ans une politique d’austérité qu’il qualifie de « républicaine », vient d’annoncer qu’il va devenir « franciscain ».

D’une part, l’économie du pays n’a pas encore atteint le niveau de 2018 (l’année du triomphe populaire), les années de néolibéralisme ont fait des ravages et les problèmes et besoins germent partout, les investissements publics sont donc essentiels pour relancer l’économie. Consacrer au moins deux années du service de la dette publique, soit environ 2 000 milliards de pesos, à l’économie et à la résolution des problèmes alimentaires, environnementaux et sociaux devrait être une priorité. De plus, aucun créancier ne s’assied pour négocier avec ceux qui paient à temps. Par conséquent, la suspension du paiement du service de la dette a deux objectifs : utiliser les ressources à ce stade, ce qui la justifie pleinement, et s’asseoir avec les créanciers pour négocier.

En revanche, lorsqu’un audit complet de la dette publique a été réalisé, la boîte de Pandore a été ouverte : il documente le détournement de ressources, les signatures falsifiées, les travaux inexistants et les données qui permettent de qualifier la dette d’illégale, d’illégitime, d’odieuse ou d’insoutenable, bref, l’audit compile les arguments nécessaires pour amener les créanciers à la table des négociations.

La renégociation ne peut qu’aboutir à quelque chose de mieux : se débarrasser des dettes, réaliser des annulations de dettes, négocier les conditions et les intérêts, et désendetter le pays, c’est-à-dire libérer des ressources à partir de ce moment-là. De plus, le meilleur moment pour une telle négociation n’est pas quand un pays est en faillite, mais quand il y a une économie avec un certain degré de force, un gouvernement avec un soutien populaire et un contexte favorable, par exemple maintenant : les États-Unis s’occupent de la guerre et ont une crise économique à l’horizon à nouveau...

 Comment la campagne sera-t-elle menée ?

Il existe trois méthodes de promotion pour souscrire à la PÉTITION CITOYENNE : organiser des stands sur les différentes places publiques du pays ; diffuser les dossiers dans les espaces publics, les bureaux et les quartiers, les quartiers et les communautés ; diffuser les réseaux sociaux via le chat, Facebook et Twitter au lien suivant : PÉTITION CITOYENNE SUR LA DETTE PUBLIQUE https://forms.gle/sEnbPepP6KvKKT2w9

 Qui a rejoint la campagne ?

Après que les membres de la Promotora aient présenté les quatre demandes de la pétition citoyenne et offert de nombreux arguments économiques, politiques et sociaux pour la réaliser, lors de la conférence de presse qui a eu lieu devant le Palais national de Mexico, de nombreuses organisations sociales et politiques se sont jointes à la campagne, parmi lesquelles : La Confédération nationale Nouvelle Centrale des travailleurs et le Syndicat mexicain des électriciens, le Parti du travail, la Centrale Campesina Cardenista, le Comité de coordination nationale Eau pour la vie, Eau pour tous ; l’Union populaire révolutionnaire Emiliano Zapata, le Mouvement des citoyens du Sud, l’Alliance des travailleurs de la santé et des employés publics, Suma, le Front populaire Francisco Villa, Rumbo Proletario et le Mouvement d’unité socialiste.

 Que vont-ils faire avec les signatures ?

Enfin, lors de la conférence de presse, il a été signalé que les signatures seront concentrées et remises périodiquement aux exécutifs fédéraux et des états, aux conseils municipaux et aux mairies, au Congrès de l’Union (Sénat et Chambre) et aux congrès locaux pour qu’ils leur accordent l’attention nécessaire, conformément à la Constitution.
Pour le bien de tous : suspension du paiement de la dette publique www.nomasdeudapublica.org
FB : Suspensión del pago de la Deuda Pública


* Contre le paiement de la Fobaproa/IPAB pour la dignité.
* Auditer la dette afin de ne pas payer pour des arnaques passées.
* Pour que la suspension du paiement de la dette force les créanciers à négocier...
et permettent de libérer des ressources pour le développement national et social


*A compter du 4 août 2022, un peso mexicain équivaut à 0,049 dollar et 0,048 euro.

Mónica Soto Elízaga

Sonorense y feminista. Psicóloga social. Promotora Nacional por la Suspensión del pago de la Deuda Pública en México - CADTM AYNA. @MonicaSotoE en Twitter