Mouvements féministes au Pakistan : défis et luttes

3 mars par Asma Aamir


Asma Aamir écrit sur la trajectoire et les pratiques actuelles des mouvements féministes pakistanais, leurs défis et leurs voies à suivre. Cet article est une version éditée de son discours à la 13e Rencontre internationale de la Marche Mondiale des Femmes, qui s’est tenue en octobre 2023 à Ankara, en Turquie.



Je voudrais parler du Pakistan, un pays qui n’a pas d’État laïc, comme la Turquie et d’autres. Son nom officiel est la République islamique du Pakistan, et le pays est gouverné par les gouvernements fédéral et provinciaux, conformément à la Constitution de 1973. Le système judiciaire est divisé en tribunaux civils, tribunaux pénaux et tribunal de charia, qui examine les lois du pays conformément à la loi et au droit islamique.

La Cour fédérale de la Charia est la seule autorité dotée du pouvoir constitutionnel d’interdire et d’empêcher la promulgation de lois par le Parlement pakistanais lorsqu’elles sont jugées contraires aux préceptes islamiques. La cour se concentre principalement sur l’analyse des lois nouvelles ou existantes dans le pays. Si une loi viole le Coran, la Sunna ou les hadiths, le Tribunal de la Charia interdira sa promulgation.

La Constitution de 1973 garantit, dans son article 16, la liberté de réunion ; à l’article 17, la liberté d’association ; et à l’article 19, la liberté d’expression. Tout cela devrait renforcer l’exercice des droits fondamentaux par chaque citoyen, sans discrimination. L’absence de ces droits est le plus grand obstacle à la croissance d’une société. Les violations croissantes des droits humains constituent une menace ouverte pour la démocratie et le travail des défenseurs des droits humains. La Constitution garantit ces droits, mais ils ne sont pas exercés dans la vie pratique. Le viol est principalement contre les droits des femmes. Plus précisément, la liberté d’expression et de réunion des femmes et des filles est limitée. Il est nécessaire d’assurer la mise en œuvre de leurs droits dans le pays.

Pendant et après la pandémie, l’inflation Inflation Hausse cumulative de l’ensemble des prix (par exemple, une hausse du prix du pétrole, entraînant à terme un réajustement des salaires à la hausse, puis la hausse d’autres prix, etc.). L’inflation implique une perte de valeur de l’argent puisqu’au fil du temps, il faut un montant supérieur pour se procurer une marchandise donnée. Les politiques néolibérales cherchent en priorité à combattre l’inflation pour cette raison. a accru la pauvreté et les multiples défis sociaux, politiques et économiques du tissu social diversifié du Pakistan. La croissance démographique rapide et les impacts négatifs sur les minorités ethniques et religieuses entraînent des divisions croissantes entre les espaces urbains et ruraux et entre les grandes et les petites villes. Tous ces facteurs contribuent à la transformation continue du comportement social des masses. Le contexte de la pandémie a réduit la main-d’œuvre dans tous les secteurs économiques et causé la perte de nombreux emplois. Les travailleuses, en particulier celles de la classe ouvrière, qui travaillent dans les usines et dans le contexte domestique, ont le plus souffert. Les enseignantes ont été immédiatement démises de leurs fonctions. Et la violence à l’égard des femmes et des filles a augmenté pendant la pandémie.

L’intolérance ethnique et religieuse est courante et des cas sont occasionnellement signalés.
Asma Aamir

Le féminisme dans l’histoire pakistanaise

Face à tous ces défis, l’insécurité des minorités pakistanaises s’est accrue au fil du temps. Dans les années 1980, pendant le régime dictatorial et anti-femmes de Zia-ul-Haq, il y a eu un rétrécissement des espaces civils pour les femmes. Au cours de cette période, l’État a effectivement utilisé les forces politiques religieuses pour accéder au pouvoir. Il a réduit au silence les partis politiques, réprimé la presse et le monde universitaire par la censure et interdit les mouvements étudiants et syndicaux.

C’est à ce moment politique des années 1980 que le premier mouvement féministe, le Forum d’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
des femmes, a gagné du terrain. Les femmes se sont réunies et ont renversé les ordonnances Hudud, promulguées en 1979, qui étaient discriminatoires à l’égard des femmes non musulmanes en ce qui concerne les témoignages dans les affaires de viol et de viol collectif. Ce mouvement a organisé l’événement pour protester contre la Loi des preuves (qui forçait la femme violée à présenter quatre témoins pour prouver le crime), les lois de Hudud et d’autres lois discriminatoires à l’égard des femmes. La manifestation a eu lieu sur l’avenue The Mall, à Lahore, ma ville natale. Bien qu’il s’agisse d’un acte pacifique, l’utilisation de gaz lacrymogène pour disperser la foule et arrêter des personnes n’était pas rare. Le Forum d’action des femmes a été — et continue d’être — une voix contre toutes sortes d’injustices, en particulier contre les femmes et les minorités. Plus tard, en 2006, les lois ont été mises à jour et n’exigent plus la présentation de quatre témoins.

Le deuxième mouvement féministe populaire du Pakistan a vu le jour en 2000, sous le nom d’Alliance contre le harcèlement sexuel [Alliance Against SexualHarassment — AASHA] et la devise pour mettre fin au harcèlement sexuel au travail. La militante et experte sur les questions de genre Fouzia Saeed, ainsi que d’autres compagnes, telles que la membre de la Marche Mondiale des Femmes Bushra Khaliq, ont engagé des personnalités importantes, telles que des femmes des mouvements populaires, des médias, des parlementaires et des partis politiques. Grâce à ces efforts, en 2010, elles ont eu la chance de faire adopter la loi sur la protection contre le harcèlement des femmes sur le lieu de travail.

Le mouvement populaire actuel, qui s’appelle Marche Aurat [La marche des femmes, en français], s’est renforcée il y a cinq ans, en 2018, avec la devise de la fin du patriarcat. La Marche Aurat est le mouvement des jeunes féministes, avec une approche plus inclusive et intergénérationnelle. Chaque année, la Marche Aurat a lieu le 8 mars, et tout au long de l’année des activités telles que des communiqués de presse, de petites manifestations et des œuvres artistiques sont également organisées.

Défis Contemporains

Les jeunes féministes sont confrontées à la mort, au viol et aux menaces d’attaque à l’acide alors qu’elles exercent leur droit constitutionnel de se réunir et leur droit à la liberté d’expression. Lever un drapeau dérange et irrite la mentalité patriarcale au Pakistan.

La structure, les pratiques et le tissu social sont contre les femmes. Le pouvoir du gouvernement est faible pour protéger les femmes. Les femmes font face à l’opposition à la maison, dans la rue et au travail, mais nous continuons à marcher dans les rues, en lien avec la Journée internationale de lutte des femmes et d’autres agendas.

Les attaques par commentaires et messages privés sur Internet ont apporté de l’insécurité aux jeunes filles. En conséquence, elles ont dû arrêter de publier du contenu sur leur participation dans les espaces publics ou ont commencé à ignorer ces commentaires, faisant face à la peur et à l’insécurité par elles-mêmes. Les médias et les tactiques néfastes de Youtubeurs ont détérioré la cause des filles et des femmes sans enquêter sur la source. Les médias imprimés et électroniques ont publié des affiches manipulées avec des images de filles et de femmes qui ont participé à des actes et à des marches, y compris la mienne.

Les réseaux sociaux affectent la sociologie et la psychologie de ce qui est communiqué, à l’aide de la technologie. Le populisme croissant expose comment la société n’est pas encore prête à donner et à offrir des droits sur le corps aux filles et aux femmes. La devise « merajismmerimarzi » (« mon corps, mon choix ») est devenue une expression osée et audacieuse utilisée par les jeunes féministes pour nier le contrôle du corps des femmes sous la forme de viol conjugal et de non-choix d’avoir des enfants. Beaucoup de gens répudient cette devise et peu l’admettent.

L’espace de divergence se réduit rapidement dans la région Asie-Pacifique. De même, les espaces civils et les mouvements de jeunes féministes au Pakistan sont également en échec.

Les menaces contre la vie des manifestantes se sont multipliées. Les femmes sont confrontées au harcèlement sur Internet, au harcèlement sexuel dans les espaces publics et à la stigmatisation, en raison des fondamentalismes, des secteurs de droite et de l’absence de laïcité. Tous ces défis se posent et demandent beaucoup à l’État et aux communautés de trouver des solutions, de considérer les femmes comme des citoyennes égales dans ce pays, de concevoir des politiques en faveur des femmes et de garantir des espaces civils pour les femmes et les filles.

Notre voie à suivre est de mobiliser et de renforcer les capacités de centaines de jeunes à construire le mouvement, sous la bannière de la Marche Mondiale des Femmes au Pakistan. Avec ce militantisme quotidien, nous continuerons à nous battre pour les droits des femmes et pour des changements structurels. C’est pourquoi nous disons que « nous résistons pour vivre, nous marchons pour transformer ».

Lire aussi : Les femmes pakistanaises davantage touchées par le changement climatique

Source : Capire

Asma Aamir

Asma Aamir est membre de la Marche Mondiale des Femmes au Pakistan et membre suppléante du Comité international du mouvement, représentant la région Asie.