Nouvelle Crise de la dette dans le Sud Global - Quelles causes ? Quelles alternatives ? Il y a une vie sans le FMI !

13 juin 2023 par Eric Toussaint , Maxime Perriot


Après une série de cinq vidéos sur la nouvelle crise bancaire internationale, Éric Toussaint et Maxime Perriot abordent cette fois-ci la crise de la dette qui touche actuellement entre 70 et 80 pays des Suds depuis quelques années.



Éric Toussaint explique d’abord les causes de cette crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
. Il montre qu’elle est principalement la conséquence, par ricochets, d’événements qui ont lieu au Nord.

Les conséquences de la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine, la spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
sur les matières premières, mais également la hausse des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5 millions de dollars, donc en tout 15 millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
par la Réserve fédérale étasunienne (FED) et par la Banque centrale européenne BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
ont joué un rôle dans la crise de la dette qui frappe aujourd’hui les pays des Suds.

Ainsi, si des pays comme le Sri Lanka se retrouvent en défaut de paiement et en grandes difficultés pour importer des denrées essentielles à la survie de la population, c’est à cause de chocs exogènes, de chocs externes. Il ne sont en rien responsables de la crise de la dette qu’ils doivent pourtant bel et bien affronter.

Lorsqu’ils se retrouvent en défaut de paiement, en suspension de paiement, ses pays font généralement appel au Fonds monétaire internationale. Ils contractent alors un emprunt auprès du FMI FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 190 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus de détails.
pour pouvoir continuer à rembourser les créanciers, à conditions d’appliquer une série de politiques néolibérales qui vont contre les intérêts de la population.

Plusieurs exemples sont déroulés tout au long de la vidéo pour illustrer le propos : le Sri Lanka principalement, le Ghana, ou encore le Bangladesh.

Dans la dernière partie de la vidéo, Éric Toussaint développe plusieurs alternatives au FMI qui auraient pu être appliquées par les gouvernements des pays en crise. Il explique également comment ces pays auraient pu s’extirper des conséquences d’une telle politique sur les marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
. Conclusion : Il y a une vie sans le FMI !

00:45 Causes de la crise de la dette aux Suds
06:30 L’exemple du Sri Lanka
07:40 L’exemple du Ghana
08:28 L’exemple du Bangladesh
09:10La hausse des taux d’intérêt par la FED et la BCE
10:40 Suspensions de paiement et appel au FMI
13:05 Il y a une vie sans le FMI : les alternatives
15:30 Quelles conséquences en cas de suspension unilatérale de paiement ou d’annulation d’une dette ?
18:30 Audit et annulation de dettes

Pour en savoir plus :

Du Liban au Sri Lanka en passant par l’Amérique latine et l’Égypte : Le rôle de la dette publique aujourd’hui et dans l’histoire du capitalisme (Vidéo et Texte)
Afrique : le piège de la dette et comment en sortir
« Aragalaya, le mouvement qui peut tout changer » : La crise du Sri Lanka vue par le Canard Réfractaire
« Le canari dans la mine de charbon » : La crise du Sri Lanka est une chronique annoncée
La crise du Sri Lanka est une fin de partie pour Rajapaksas
Sri Lanka : Il ne faut pas signer un accord avec le FMI


Eric Toussaint

Docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres, Banque mondiale - Une histoire critique, Syllepse, 2022, Capitulation entre adultes : Grèce 2015, une alternative était possible, Syllepse, 2020, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015.

Autres articles en français de Eric Toussaint (1008)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1000

Autres articles en français de Maxime Perriot (44)

0 | 10 | 20 | 30 | 40