Semaine mondiale d’action pour la justice et l’annulation de la dette

10 octobre par CADTM International , Collectif




Nous sommes solidaires des millions de personnes dans d’innombrables pays qui sont descendues dans la rue ces derniers mois pour exiger la fin de la domination par la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et des politiques destructrices du Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 190 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus de détails.
(FMI), de la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque mondiale regroupe deux organisations, la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement) et l’AID (Association internationale de développement). La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies.

En 2022, 189 pays en sont membres.

Cliquez pour plus de détails.
et d’autres prêteurs mondiaux. Du 14 au 16 octobre 2022, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) tiendront à nouveau leurs réunions annuelles pour faire avancer leurs réformes politiques néolibérales, une opportunité généralement gâchée depuis de nombreuses années par ces institutions financières internationales (IFI) pour prendre des mesures plus audacieuses pour soutenir les pays du Sud endettés et frappés par le climat. Le FMI a constamment imposé des réformes politiques néolibérales au milieu des crises de la dette enracinées dans les inégalités mondiales et les héritages coloniaux. La pandémie de Covid-19 a particulièrement mis en lumière et aggravé ces défaillances de longue date de nos systèmes sanitaires, sociaux et économiques publics, nécessitant de repenser en profondeur les pratiques et les conditionnalités Conditionnalités Ensemble des mesures néolibérales imposées par le FMI et la Banque mondiale aux pays qui signent un accord, notamment pour obtenir un aménagement du remboursement de leur dette. Ces mesures sont censées favoriser l’« attractivité » du pays pour les investisseurs internationaux mais pénalisent durement les populations. Par extension, ce terme désigne toute condition imposée en vue de l’octroi d’une aide ou d’un prêt. du FMI, qui ont fréquemment contribué à ces défaillances. Près de trois ans après que l’ONU a déclaré le Covid-19 comme une pandémie, le monde fait face à une perspective encore plus sombre, plus profondément injuste, inégale et insoutenable qu’auparavant.

Le FMI et la Banque mondiale continuent de fonctionner en grande partie comme d’habitude en offrant des prêts d’urgence au lieu d’une annulation significative de la dette et de réparations attendues depuis longtemps pour des décennies de politiques qui ont appauvri les gens et remplacé le colonialisme par l’impérialisme économique. L’influence indue des entreprises a conduit les États à fournir des subventions et des renflouements massifs aux entreprises avec peu de surveillance, à réduire les protections environnementales. Les plans de relance du FMI n’ont profité qu’aux riches entreprises, y compris les créanciers privés, sans aucun soulagement en vue pour les peuples accablés par des dettes massives et illégitimes, des emplois perdus, une pauvreté atroce, l’effondrement des systèmes de santé publique et l’intensification des événements climatiques. En vérité, toutes les régions du monde, en particulier les pays du Sud, ont sombré plus profondément dans de multiples crises — une accusation retentissante des réponses ratées, imparfaites et futiles aux problèmes systémiques ainsi qu’un appel clair aux peuples du monde entier pour qu’ils poussent toujours plus fort pour un changement véritable et transformateur.

Tout en exacerbant les crises des dernières années, la pandémie actuelle de Covid-19 continue de coûter des millions de vies et de moyens de subsistance, en particulier parmi ceux qui n’ont pas de soutien public et d’accès aux vaccins. La pandémie et ses conséquences économiques ont également accru les inégalités au sein des pays et entre eux. Elle a conduit les pays dépendants de la dette à accumuler davantage de prêts en plus des dettes insoutenables et illégitimes accumulées au cours des décennies précédentes. Les IFI, les créanciers bilatéraux et privés ont largement contribué avec des prêts imprudents, poussant plus de prêts et de solutions génératrices de dette. Le FMI a augmenté ses décaissements de nouveaux prêts de 8,3 milliards de dollars en 2019 à 31,6 milliards de dollars en 2020, tandis que d’autres institutions multilatérales sont également passées de 52,2 milliards à 70,6 milliards. Les prêts bilatéraux et notamment privés ont en effet diminué de 2019 à 2020.

En plus de ces fardeaux, le FMI persiste à prélever des millions de dollars de surtaxes/commissions additionnelles sur les pays auxquels il a accordé des prêts importants, souvent au mépris de ses propres statuts et normes, notamment l’Argentine, l’Équateur, l’Égypte, le Pakistan et l’Ukraine, parmi beaucoup d’autres.

En février de cette année, une nouvelle crise a éclaté à cause de systèmes et de relations socio-économiques, financiers, politiques et militaires profondément inégaux qui fracturent le monde aujourd’hui. La Russie a envahi l’Ukraine, aggravant la crise humanitaire dans le monde. Selon les estimations, 71 millions de personnes supplémentaires sont tombées dans l’extrême pauvreté à la suite des retombées désastreuses de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie dans le monde.

Avec l’envolée des taux d’intérêt Taux d'intérêt Quand A prête de l’argent à B, B rembourse le montant prêté par A (le capital), mais aussi une somme supplémentaire appelée intérêt, afin que A ait intérêt à effectuer cette opération financière. Le taux d’intérêt plus ou moins élevé sert à déterminer l’importance des intérêts.
Prenons un exemple très simple. Si A emprunte 100 millions de dollars sur 10 ans à un taux d’intérêt fixe de 5 %, il va rembourser la première année un dixième du capital emprunté initialement (10 millions de dollars) et 5 % du capital dû, soit 5 millions de dollars, donc en tout 15 millions de dollars. La seconde année, il rembourse encore un dixième du capital initial, mais les 5 % ne portent plus que sur 90 millions de dollars restants dus, soit 4,5 millions de dollars, donc en tout 14,5 millions de dollars. Et ainsi de suite jusqu’à la dixième année où il rembourse les derniers 10 millions de dollars, et 5 % de ces 10 millions de dollars restants, soit 0,5 millions de dollars, donc en tout 10,5 millions de dollars. Sur 10 ans, le remboursement total s’élèvera à 127,5 millions de dollars. En général, le remboursement du capital ne se fait pas en tranches égales. Les premières années, le remboursement porte surtout sur les intérêts, et la part du capital remboursé croît au fil des ans. Ainsi, en cas d’arrêt des remboursements, le capital restant dû est plus élevé…
Le taux d’intérêt nominal est le taux auquel l’emprunt est contracté. Le taux d’intérêt réel est le taux nominal diminué du taux d’inflation.
, l’accumulation de la dette atteint des sommets encore plus élevés. Plusieurs pays considérés aujourd’hui comme étant au bord du défaut de paiement, ou risquant fortement de l’être, devraient suivre le Sri Lanka, la Zambie, le Liban, le Zimbabwe et le Suriname. Il s’agit notamment de l’Argentine, du Pakistan, de l’Égypte, du Kenya, du Ghana ou de la Tunisie - pour la plupart des pays à revenu intermédiaire, ce qui montre que tous les pays doivent avoir accès aux programmes d’annulation de la dette.

Parmi les nouveaux prêts accordés aux pays à revenu faible et intermédiaire à partir de 2020, cinq fois plus proviennent de prêteurs privés que de prêteurs bilatéraux. Les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire doivent 2,18 billions de dollars US aux prêteurs privés, soit 63 % de leur dette publique extérieure à long terme, dont 1 730 milliards de dollars sous forme d’obligations Obligations
Obligation
Part d’un emprunt émis par une société ou une collectivité publique. Le détenteur de l’obligation, l’obligataire, a droit à un intérêt et au remboursement du montant souscrit. Il peut aussi, si la société est cotée, revendre son titre en bourse.
.

Ils témoignent clairement des fissures dans les dispositifs du G7 G7 Groupe informel réunissant : Allemagne, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon. Leurs chefs d’État se réunissent chaque année généralement fin juin, début juillet. Le G7 s’est réuni la première fois en 1975 à l’initiative du président français, Valéry Giscard d’Estaing. /G20 G20 Le G20 est une structure informelle créée par le G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) à la fin des années 1990 et réactivée par lui en 2008 en pleine crise financière dans le Nord. Les membres du G20 sont : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne (représentée par le pays assurant la présidence de l’UE et la Banque Centrale européenne ; la Commission européenne assiste également aux réunions). L’Espagne est devenue invitée permanente. Des institutions internationales sont également invitées aux réunions : le Fonds monétaire international, la Banque mondiale. Le Conseil de stabilité financière, la BRI et l’OCDE assistent aussi aux réunions. tels que l’Initiative de Suspension du Service de la Dette Service de la dette Remboursements des intérêts et du capital emprunté. (ISSD). Les créanciers privés et multilatéraux n’ayant pas participé à ce programme, moins d’un quart des paiements de la dette ont été suspendus pour les pays qui y ont participé.

À l’expiration de l’ISSD en décembre 2021, les pays participants, comme le Pakistan, ont repris les paiements du service de la dette aux gouvernements qui l’avaient suspendu, mais dans des circonstances plus difficiles, avec des dettes plus importantes contractées au cours des deux dernières années et des taux d’intérêt plus élevés qui pourraient encore augmenter à tout moment. Aucune réponse n’a été apportée par les gouvernements et les IFI, qui continuent simplement à « exhorter » et à « encourager » la participation face à l’impunité pure et simple des créanciers privés.

En novembre 2020, le G20 a approuvé le Cadre commun pour le traitement de la dette au-delà de l’ISSD, un dispositif destiné, en théorie, à faciliter la restructuration de la dette de certains pays à revenu faible ou intermédiaire. En presque deux ans, seuls trois pays, la Zambie, l’Éthiopie et le Tchad, se sont portés candidats au Cadre commun, et pas un seul dollar de dette n’a encore été restructuré ou annulé à ce jour. L’actualité récente concernant l’approbation du programme du FMI pour la Zambie montrent que la restructuration ou la réduction de la dette se fera au prix de l’austérité ainsi que d’un pillage encore plus important et de l’impunité des responsables.

L’austérité, sous ses diverses formes, a plongé les pays appauvris dans des inégalités plus profondes et dans de nouvelles crises de la dette, en raison des conditionnalités des IFI et à l’état d’esprit néolibéral dominant. Cette prescription n’a pas changé malgré les conditions montrant que les impacts les plus lourds des mesures d’austérité tombent sur les secteurs les plus vulnérables et marginalisés. Il s’est avéré que jusqu’à 85 % des 107 prêts Covid-19 négociés entre le FMI et 85 gouvernements contenaient des plans d’austérité à mettre en œuvre lorsque la crise sanitaire s’estompera.

Cette situation survient également à un moment où les événements climatiques sont de plus en plus catastrophiques, infligeant les impacts les plus destructeurs aux moins responsables de la crise climatique, les peuples du Sud. Derrière les déclarations de la Banque mondiale selon lesquelles elle cessera de financer les investissements en amont dans le pétrole et le gaz après 2019, se cachent des dizaines de projets liés au charbon, au gaz et au pétrole qu’elle a financés et dont elle n’a pas encore rendu compte de la contribution au changement climatique. Ces projets ont détruit des forêts tropicales et la biodiversité, déplacé des personnes et des communautés entières, enfermé de nombreux pays du Sud dans la dépendance à l’industrie des combustibles fossiles, et contribué fortement à l’escalade de la crise climatique. Depuis l’Accord de Paris de 2015, la Banque mondiale a investi plus de 12 milliards de dollars dans les combustibles fossiles, dont 10,5 milliards de dollars de nouveaux financements directs de projets de combustibles fossiles. Des milliards supplémentaires vont aux combustibles fossiles par le biais d’opérations mixtes et de financements indirects. Quelques 4 milliards de dollars, soit 35 % de l’aide du Groupe de la Banque mondiale aux combustibles fossiles depuis 2015, sont allés à huit pays du G20, dont plusieurs fournissent les plus grandes sources de subventions publiques aux combustibles fossiles.

Nous refusons d’être pris en otage par les créanciers et les décideu-se-r-s qui nous conduisent sur la voie d’une plus grande inégalité, d’un appauvrissement, de privations et d’écocides. De toute urgence, nous réitérons les appels que nous, en tant que société civile, avons lancés en 2020, demandant —

  1. L’annulation immédiate de la dette par tous les créanciers - institutions financières internationales, gouvernements et créanciers privés - pour permettre aux populations de faire face aux multiples crises ; une législation plus forte pour rendre obligatoire la participation des créanciers privés à l’annulation de la dette ;
  2. Des changements systémiques dans les systèmes financiers et économiques pour mettre fin à l’accumulation de dettes insoutenables et illégitimes, pour offrir des solutions équitables et complètes aux crises de la dette, et pour construire des sociétés plus équitables, justes et post-carbone, y compris en mettant fin aux prêts qui conduisent à l’exploitation des peuples et à la destruction de l’environnement ;
  3. La mise en place immédiate d’un nouveau financement climatique, supplémentaire et non générateur de dette, pour l’adaptation, l’atténuation et les pertes et dommages, bien au-delà de la promesse non tenue de 100 milliards de dollars par an, qui réponde de manière adéquate aux besoins du Sud ;
  4. Un examen national et mondial approfondi des politiques et pratiques de prêt, d’emprunt et de paiement et leurs changements visant à prévenir la ré-accumulation de dettes insoutenables et illégitimes, à renforcer les institutions et les processus démocratiques, et à faire respecter les droits humains et l’autodétermination des peuples ; et à traduire en justice le FMI, la Banque mondiale et les autres prêteurs mondiaux ;
  5. Des mécanismes et processus de transparence et de responsabilité en matière de dette véritablement participatifs et inclusifs, y compris des audits des dettes nationales, qui examineront de manière critique la nature, l’objet, les termes et conditions, l’utilisation réelle des prêts et les impacts des politiques et programmes soutenus par les prêts ;
  6. La mise en place d’un cadre équitable, transparent, contraignant et multilatéral pour la résolution des crises de la dette (sous les auspices de l’ONU et non dans des arènes dominées par les créanciers) qui s’attaque aux dettes insoutenables et illégitimes et reconnaît la priorité des obligations en matière de droits de l’homme pour toutes les parties concernées ;
  7. Des réparations pour les dommages causés aux pays, aux peuples et à la nature, du fait de la contraction, de l’utilisation et du paiement de dettes insoutenables et illégitimes et des conditions imposées pour garantir leur recouvrement.

https://debtgwa.net/2022gwa


Autres articles en français de CADTM International (85)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80