printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
L’agenda caché du Consensus de Washington
Banque mondiale : le coup d’État permanent
Epuisé, Dispo en pdf
par Eric Toussaint
16 mars 2006

« Le nouveau livre d’Eric Toussaint est très engagé, très provocateur. L’excellente et méticuleuse recherche qui est à la base du livre est, malheureusement, un peu obscurcie par une diabolisation excessive de la Banque mondiale. Cela mis à part, c’est une lecture intéressante »

Gino Alzetta

Gino P. ALZETTA, en 2007 quand il a rédigé ce commentaire, était directeur exécutif de la Banque mondiale pour l’Autriche, la Biélorussie, la Belgique, la République Tchèque, la Hongrie, le Kazakhstan, le Luxembourg, la Slovaquie, la Slovénie et la Turquie.

« ...alors qu’il existe une très riche littérature en anglais sur la Banque mondiale, il n’existe à notre connaissance aucun ouvrage récent de ce type en français, au delà d’un guide purement didactique et factuel édité par la Banque elle-même et d’un pamphlet par ailleurs très bien argumenté (Toussaint, 2006) ».

Extrait de Jean-Pierre Cling et François Roubaud, La Banque mondiale, Collection Repères (éditions La Découverte) voir la critique dans son contexte original


Epuisé - Disponible en version PDF

Lire l’interview d’Eric Toussaint

Présentation :

Une plongée dans les coulisses de la géopolitique et de la finance internationale.

Contrairement à une idée reçue, la Banque mondiale n’a pas pour mission de réduire la pauvreté. Plutôt que combattre la pauvreté, elle la reproduit.

La Banque mondiale et son jumeau le FMI sont des instruments de subordination des pays endettés aux intérêts des puissances les plus industrialisées.

De leurs origines à aujourd’hui, ces institutions manifestent une réticence certaine à considérer que le respect des droits de l’homme fait partie de leur mandat. Elles ont systématiquement soutenu des dictatures et la politique qu’elles mènent constitue très souvent une violation des droits humains fondamentaux.

Il s’agit d’être lucide et de constater que le modèle de développement tel que promu par la Banque et le FMI n’a pas permis une amélioration des conditions de vie des populations concernées. Le bilan humain et environnemental est sans appel : négatif.

Avec le nouveau président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz, un promoteur de l’invasion de l’Irak et idéologue des néo-conservateurs aux Etats-Unis, cela va être pire.

Ce livre permet de comprendre les forces fondamentales qui déterminent les politiques des grandes institutions financières internationales.

Auteur :

Eric TOUSSAINT
Historien et politologue, président du CADTM Belgique,
auteur de La Finance contre les peuples, CADTM/Syllepse/Cetim, 2004.

Co-édition CADTM (Liège, Belgique) / Syllepse (Paris) / Cetim (Genève).
Parution prévue : mai 2006
Format : 150 X 210 mm
310 pages. Prix : 18 euros
CADTM ISBN : 2-930443-00-6
SYLLEPSE ISBN : 2-84950-058-5

Le livre a été également publié en anglais, en espagnol (en 4 éditions différentes en Espagne, au Venezuela, en Bolivie et en Équateur), en japonais et en arabe.


Connaissez-vous une banque qui favorise l’évasion fiscale ?

par Jean-François Pollet

Probablement. Et qui prête à des régimes despotiques patentés ? Aussi. Qui sabote des expériences démocratiques, comme celle d’Allende au Chili ou des Sandinistes au Nicaragua ? C’est plus rare. Mais connaissez-vous une banque qui endette la moitié de l’humanité au nom du développement et qui mène sa propre guerre froide durant trente ans, alors qu’elle fait partie du dispositif de l’ONU ? Il n’y en a qu’une : la Banque mondiale, le porte drapeau du libre échange partout dans le monde, mais surtout dans l’hémisphère sud, où elle est parvenue à soumettre les Etats en torpillant leur trésor public pour des années.

Le Coup d’État permanent, sous titré, L’agenda caché du Consensus de Washington revisite les coulisses de cette institution plus prompte à peser sur la géopolitique mondiale et la finance mondiale qu’à lutter contre la pauvreté, ce qui est pourtant son objectif déclaré depuis sa naissance voici 60 ans. Ouvrage d’historien et d’économiste, c’est aussi un manuel de militant qui s’achève sur un argumentaire contre la Banque mondiale : ça peut servir.


Eric Toussaint

docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, porte-parole du CADTM international et membre du Conseil scientifique d’ATTAC France.
Il est l’auteur des livres, Capitulation entre adultes : Grèce 2015, une alternative était possible, Syllepse, 2000, Le Système Dette. Histoire des dettes souveraines et de leur répudiation, Les liens qui libèrent, 2017 ; Bancocratie, ADEN, Bruxelles, 2014 ; Procès d’un homme exemplaire, Éditions Al Dante, Marseille, 2013 ; Un coup d’œil dans le rétroviseur. L’idéologie néolibérale des origines jusqu’à aujourd’hui, Le Cerisier, Mons, 2010. Il est coauteur avec Damien Millet des livres AAA, Audit, Annulation, Autre politique, Le Seuil, Paris, 2012 ; La dette ou la vie, Aden/CADTM, Bruxelles, 2011. Ce dernier livre a reçu le Prix du livre politique octroyé par la Foire du livre politique de Liège.
Il a coordonné les travaux de la Commission pour la Vérité sur la dette publique de la Grèce créée le 4 avril 2015 par la présidente du Parlement grec. Cette commission a fonctionné sous les auspices du parlement entre avril et octobre 2015.