printer printer Cliquer sur l'icône verte à droite
FMI/Banque mondiale 80 ans, ça suffit : les cas du Sri Lanka, du Pakistan, du Bangladesh, du Kenya, de l’Ukraine et de l’Argentine
Katmandou, Nepal
17 février 2024

Quand ? Le 17 février 2024
Où ? Katmandou, Forum social mondial 2024

Depuis leur création en 1944, ces deux institutions antidémocratiques marginalisent, voire excluent, les Etats du Sud. Elles continuent de contribuer au néocolonialisme des pays les plus riches et des plus riches en général, et elles exacerbent le changement climatique, au détriment des peuples du Sud et de la périphérie du Nord.

Il est temps de crier haut et fort que 80 ans d’une dictature financière qui a maintenu et renforcé l’oppression des peuples du Sud par les dirigeant·es du Nord, c’est assez. Que plus de 500 ans de pillage de la nature et des peuples du Sud au nom des intérêts occidentaux, c’est assez. Que les peuples passent avant les profits des multinationales, des gouvernements et des riches.

Ces deux institutions agissent au profit d’une poignée de grandes puissances et de leurs entreprises transnationales qui renforcent un système capitaliste international destructeur pour l’humanité et l’environnement. Il est urgent de lancer de vastes mobilisations pour la répudiation souveraine de la dette et pour la construction d’une nouvelle architecture internationale démocratique qui favorise la redistribution des richesses et soutienne les efforts des peuples pour parvenir à un développement socialement juste et respectueux de la nature.

Le FMI occupe le devant de la scène alors que la crise multiforme qui affecte le monde depuis 2020 s’aggrave. Il a signé des accords de crédit avec une centaine de gouvernements au cours des trois dernières années. Dans chacun de ces accords, le FMI exige la poursuite des politiques néolibérales.

Différent·es intervenant·es présenteront les politiques imposées par le FMI et la Banque mondiale dans des pays emblématiques de l’intervention des institutions de Bretton Woods. Ils décriront également la résistance et les alternatives mises en place par les peuples et les mouvements sociaux.

Intervenant·es :

Farooq Tariq, secrétaire général du Pakistan Kissan Rabita Committee, un réseau de 26 organisations paysannes et membre de la coalition de la plateforme internationale La Via Campesina.

Yulyia Yurchenko, Université de Greenwich, Royaume-Uni. Elle est l’auteure de Ukraine and the Empire of Capital (Pluto, 2017). Membre de Socialny Rukh, Ukraine

Balasingham Skanthakumar, de l’Association des chercheurs en sciences sociales du Sri Lanka et du réseau Asie du Sud du CADTM.

Amali Wedagedara, activiste et chercheur spécialisé dans la dette agraire et le développement, Sri Lanka.

David Otieno, Ligue paysanne kenyane, CADTM Afrique de l’Est, Kenya

Solange Kone, Marche mondiale des femmes, CADTM Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire