Manifeste d’Oviedo

Des personnalités internationales telles que Susan George, Zoe Konstantopoulou, Yanis Varoufakis ou Tariq Alí adhèrent au Manifeste d’Oviedo contre la dette illégitime

25 novembre par Fátima Martín

La philosophe et chercheuse Susan George, présidente du Transnational Institute (TNI Amsterdam) et présidente d’honneur d’ATTAC France, a salué l’initiative, appuyée par Eric Toussaint, porte-parole du Réseau international du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM). Egalement membre du Conseil scientifique d’ATTAC France, il a aussi conseillé l’Equateur sur la dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
et a coordonné les travaux de la Commission vérité sur la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique grecque, créée par la présidente du Parlement, Zoe Konstantopoulou, elle aussi signataire du Manifeste d’Oviedo. D’autres personnalités grecques ont également ajouté leur signature : l’ex ministre des finances et co-fondateur de DIEM25, Yanis Varoufakis ; le réalisateur des ‘Debtocratie’ et ‘Catastroika’, Aris Chatzistefanou ; les membres de la Commission de la vérité sur la dette publique grecque, le juriste Ilias Bantekas, l’eurodéputée Sophia Sakorafa et le journaliste Leonidas Vatikiotis, ainsi que le professeur du King’s College, Stathis Kouvelakis.

Catherine Samary, économiste y membre du Conseil scientifique d’Attac France ; Tariq Alí, écrivain (Royaume Uni) ; James Petras, sociologue des Etats-Unis ; Feliz Kerestecioglu, HDP, députée au Parlement turc ; Alberto Acosta, ex président de l’Assemblée nationale constituante d’Equateur ; Piedad Mancero, membre de la Commission d’audit intégral de la dette publique en Equateur (CAIC) ; Francisco Louça, économiste de l’ Université de Lisbonne, Bloc de gauche (Portugal) ; Srećko Horvat, co-fondateur de DiEM25 (Croatie) ; Stefano Fassina, ex-vice-ministre de l’économie et des finances du gouvernement italien, député de Gauche italienne ; Per A. Eklund, Diem 25 (Suède) ; Diego Borja, ex-ministre de la politique économique de l’Equateur ; Mick Barry, député du Socialist Party (Irlande) ; Denik Beny, Liste Unitaire (Danemark) ; Soren Sondergaard, député de l’Alliance Vert-Rouge (Danemark) ; Joana Mortagua, députée du Bloc de Gauche au Portugal ; Olivier Bonfond, économiste à la FGTB wallonne ; de France, Patrick Saurin de Sud BPCE et du CADTM, Michel Husson et Thomas Coutrot d’ATTAC, Alexis Cukier et Myriam Martin d’Ensemble ! et Christine Poupin du NPA ainsi que Peter Wahl, membre du Comité exécutif de WEED (Allemagne) ont également signé.

Ces signatures internationales viennent s’ajouter à celles de plus de 700 élu-es, conseillères et conseillers municipaux, député-es et eurodéputé-es de l‘Etat espagnol qui se déclarent convaincus de la nécessité d’un véritable changement par rapport aux politiques d’austérité, rejettent la dette illégitime et les restrictions budgétaires qui ne permettent pas de garantir les droits et des services de qualité et d’améliorer les conditions de vie des populations.

Parmi les signataires, on trouve plus d’une cinquantaine de maires et mairesses, des centaines de conseillères et conseillers municipaux et des dizaines de député-es provinciaux, nationaux et européens de différents partis politiques. Les conseillères et conseillers municipaux de Zaragoza, Pedro Santisteve ; Badalona, Dolors Sabater ; Pampelune, Joseba Asirón ; ou Cadix, José María González ‘Kichi’ ; la vice-maire d’Oviedo, Ana Taboada ; le chargé de l’économie et des finances de Madrid, Carlos Sánchez Mato ; les parlementaires Teresa Rodríguez (Andalousie) et Pablo Echenique (Aragon) ; la présidente du Parlement des Baléares, Xelo Huertas ; les député-es Alberto Garzón, Sonia Farré et Rafael Mayoral, et les eurodéputé-es Miguel Urbán, Marina Albiol, Lidia Senra, Lola Sánchez et Tania González, parmi tant d’autres.

Le Manifeste d’ Oviedo, présenté le 19 octobre dernier à la Chambre des députés, exige un changement radical de la politique d’asphyxie financière, la dérogation de l’article 135 de la Constitution, de la Loi de stabilité et de la Loi Montoro, le remboursement par les Banques des taux d’intérêts abusifs qui ont été perçus ( dans le cadre du Plan de paiement aux fournisseurs ou du Fonds public d’aide aux régions (FLA), par exemple) y l’arrêt immédiat des coupes budgétaires et mesures d’austérité, afin d’en stopper les effets, d’identifier les responsables et d’indemniser les victimes. Les signataires s’engagent à appuyer la création d’un Front contre la dette illégitime et de lancer des audits de la dette avec participation citoyenne dans les Administrations publiques (voir le Manifeste : http://www.cadtm.org/Manifeste-d-Oviedo ).

Ces dernières semaines, des dizaines de municipalités de tout le territoire espagnol ont pris l’initiative d’adopter des motions, inspirées de la philosophie du Manifeste d’Oviedo, dans leur différents conseils pour exiger, entre autres choses, l’abrogation de la loi Montoro, déclarée partiellement inconstitutionnelle. A la mi-octobre a également eu lieu, l’audit fest à Barcelone (voir http://www.cadtm.org/AuditFest-une-... )

Du 24 au 27 Novembre 2016 a lieu à Oviedo la 1re Rencontre des Municipalités contre la dette illégitime et l’austérité. Le programme comprend une conférence-débat animée par Eric Toussaint « Faut-il auditer la dette illégitime et refuser de payer les créanciers ? » qui s’est tenue le 24 à la Faculté d’économie et d’entreprise de l’Université d’Oviedo ; l’atelier sur l’audit citoyen animé par Yago Alvarez, auteur de "Déchiffre ta dette », avec projection du documentaire « Debtocratie » le vendredi 25 ; une journée de travail et une conférence publique avec la participation d’Ana Taboada, maire adjoint de la ville d’Oviedo, Carlos Sanchez Mato, chargé de l’économie et des finances de la mairie de Madrid, et Eric Toussaint, le samedi 26.

L’un des objectifs de la rencontre est de constituer un front des municipalités, communautés autonomes et nationalités de l’État espagnol pour remettre en cause la dette illégitime et travailler à son annulation. Conscient que la participation et le soutien de tous est indispensable, le processus est ouvert aux mouvements sociaux, aux militants et à tous les citoyens. Parmi les militant-es signataires figurent des membres d’organisations comme Attac ou le Comité pour l’annulation de la dette illégitime (CADTM) ; syndicats comme ELA (principal syndicat au pays basque), des réseaux tels que telles que Non au TTIP, ou la plate-forme pour l’audit citoyen de la dette (PACD).


www.manifiestodeoviedo.org

https://www.facebook.com/manifiesto...

@manifiestOviedo


Adhésions internationales :

  • Alberto Acosta, ex président de l’Assamblée Nationale Constituante de la République d’Equateur (2007-2008)
  • Piedad Mancero, membre de la Commission d’audit intégral de la dette publique de isión de Auditoría Integral del Crédito Público (CAIC) de la République d’Equateur
  • Eric Toussaint, porte-parole du Réseau international du Comité pour l’annulation de la dette illégitime (CADTM)
  • Susan George, présidente du Transnational Institute TNI (Amsterdam), présidente d’honneur d’ATTAC France ;
  • Zoe Konstantopoulou, Trajet de liberté, ex-présidente du Parlement grec (Février-octobre 2015), présidente de la Commission vérité sur la dette publique grecque ;
  • Stefano Fassina, ex-Vice-ministre de l’économie et des finances du gouvernement italien (mai 2013 et janvier 2014) député de Gauche italienne ;
  • Peter Walh, meembre du Comité exécutif de WEED, Allemagne ;
  • Feliz Kerestecioglu, HDP, députée au Parlement turc al parlamento de Turquia ;
  • Denik Beny, Liste Unitaire, Danemark ;
  • Soren Sondergaard, Alliance Vert-Rouge, député, Danemark ;
  • Mick Barry, Socialist Party, député, Irlanda ;
  • Per A. Eklund, Diem 25, Suède
  • Yanis Varoufakis, ex-ministre des finances (Janvier-Juillet 2015), co-fondateur de DIEM 25, Grèce
  • Catherine Samary, économiste, membre du Conseil scientifique d’Attac France, membre du NPA et de Ensemble !
  • Francisco Louça, économiste, Université de Lisbonne, Bloc de gauche (Portugal)
  • Aris Chatzistefanou, réalisateur des films Debtocratie y Catastroïka
  • Leonidas Vatikiotis, journaliste, membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Srećko Horvat, co-fondateur de DiEM25, Croatie
  • Ilias Bantekas, juriste, Brunel University (Londres), membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Stathis Kouvelakis, Profeseur au King’s College (Londres), Unité populaire (Grèce)
  • Tariq Ali, écrivain, journaliste (Royaume Uni)
  • Ozlem Onaran, Professeur d’Economie, Directeur du Greenwich Political Economy Research Centre, Université de Greenwich, membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Myriam Martin, Conseillère régionale Occitanie, porte-parole de Ensemble ! Front de gauche (France) ;
  • Michel Husson, économiste (France), membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Patrick Saurin, Porte-parole du syndicat SUD Banque Populaire Caisse d’Epargne (BPCE), membre du CADTM France, membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Alexis Cukier, membre de la Direction nationale de Ensemble !, France
  • Sofia Sakorafa, eurodéputée grecque, membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Thomas Coutrot, économiste (France)
  • Diego Borja, ex-Ministre de la Politique économique d’Equateur de, décembre 2008 – avril 2010, membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • Olivier Bonfond, économiste de la FGTB Wallonie (Belgique), membre de la Commission vérité sur la dette publique grecque (Grèce)
  • James Petras, sociologue, professeur de l’Université Binghamton de New York, l’Université de Pennsylvanie , y professeur associé à l’Université Saint Mary de Halifax (Canada)
  • Joana Mortagua, députée, Bloc de gauche (Portugal)
  • Christine Poupin, NPA (France)
  • James Galbraith, économiste, Université de Houston (EEUU)
  • Cephas Lumina, juriste, ex expert indépendent des Nations-Unies en matière de dette et Droits humain, avocat a la Court suprème de Zambie, membre de la Comission de la Vérité sur la Dette Publique grecque (Grèce)
  • Costas Lapavitsas, économiste, Université de Londres (SOAS)
  • Marie-Christine Vergiat, Eurodiputé du Front de Gauche (France)
  • Maria Elena Saludas, ATTAC-CADTM Argentine
  • Ramiro Chimuris, juriste, DESCAM-CADTM Uruguay
  • Maria Lucia Fattorelli, Commissaire des comptes publics, Audit citoyen du Brésil, membre de la Comission de la Verité sur la Dette Publique grecque (Grèce)


Traduit de l’espagnol par Lucile Daumas


Auteur.e

Fátima Martín

est journaliste, membre du CADTM et de la PACD, la Plateforme d’Audit Citoyen de la Dette en Espagne (http://auditoriaciudadana.net/). Elle est l’auteure, avec Jérôme Duval, du livre Construcción europea al servicio de los mercados financieros, Icaria editorial 2016. Elle développe le journal en ligne FemeninoRural.com.


Autres articles en français de Fátima Martín (23)

0 | 10 | 20