Mission et axes du CADTM Belgique

6 septembre 2012


Nous ne devons rien, nous ne paierons rien : annulons les dettes illégitimes !

Vision

Le CADTM Belgique et son réseau international sont incontournables dans la réalisation d’audits de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et dans les campagnes contre la dette illégitime Dette illégitime Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
dans les pays où le réseau CADTM est implanté.


Mission

Favoriser l’émancipation des peuples par la lutte pour l’abolition du « système dette » et la mise en place d’alternatives écologiquement soutenables qui libèrent l’humanité de toutes les formes d’oppression : sociale, patriarcale, néocoloniale, raciale.

Le CADTM Belgique est une ONG de développement qui utilise la dette comme angle d’analyse pour aborder les problèmes de développement et proposer des alternatives en vue de l’émancipation des peuples. Pour l’ONG, cette émancipation passe par l’annulation totale et inconditionnelle des dettes publiques illégitimes, odieuses, illégales et insoutenables. Conscients que d’autres mesures doivent être prises, le CADTM Belgique impulse et promeut avec ses partenaires du réseau et ses collaborateurs des alternatives respectueuses des droits humains et de la nature.

Le CADTM est la seule ONG belge travaillant spécifiquement sur le « système dette » : c’est-à-dire l’analyse et la vulgarisation des mécanismes d’endettement (public et privé) dans le cadre d’une approche systémique fondée sur les droits humains. Nous abordons la dette comme un mécanisme politique et économique qui impacte directement les populations. Dans ce cadre, le CADTM Belgique accorde une importance particulière aux liens entre dette au Nord et dette au Sud et analyse le « système dette » dans son ensemble. Ainsi, le CADTM Belgique met également en évidence les mécanismes de domination et d’exploitation qui régissent autant les dettes publiques que les dettes individuelles illégitimes, asservissant les peuples en tant que sujet collectif et les individus (paysans endettés, familles expulsées de leur logement par les banques, femmes acculées par le système du micro-crédit au Sud, étudiants surendettés...). Par ces liens, le CADTM Belgique entend favoriser un nouvel esprit de solidarité internationale entre les peuples, remettre en cause les schémas traditionnels Nord/Sud et ainsi favoriser la mobilisation citoyenne pour l’annulation de la dette illégitime tant au Sud qu’au Nord. La mobilisation citoyenne est, en effet, la voie privilégiée du CADTM Belgique pour remplir sa mission. Pour mobiliser les citoyens et interpeller les autorités politiques, le CADTM Belgique s’appuie sur son expertise reliée au travail réalisé par son réseau au Sud, ses groupes de travail et ses diverses collaborations.

La stratégie pour atteindre notre objectif global d’émancipation des peuples repose sur 7 étapes :

  • Recherche, analyse et élaborations ;
  • Renforcement du réseau CADTM, de la société civile et du mouvement altermondialiste ;
  • Sensibilisation et formation des citoyens, des ONG et des mouvement sociaux ;
  • Mobilisation des citoyens, des ONG et des mouvements sociaux ;
  • Sensibilisation des médias ;
  • Interpellation politique : les représentants politiques et les institutions sont directement interpellés quant à la poursuite de ces enjeux ;
  • Prise de décisions politiques : seule cette étape ne se décline pas en activités du CADTM car elle représente l’aboutissement, l’objectif final découlant du succès des objectifs spécifiques précités.

Le CADTM travail à cet effet sur deux axes en particulier. Un premier axe « Participation, éducation et formation citoyenne » et un second axe « Production d’analyses et d’études ».

Le premier s’articule autour de deux cadres principaux :

  1. La dette, dans ses différents aspects : publique et privée, interne et externe, au Nord comme au Sud ;
  2. Les alternatives, du local au global, et le mouvement social dans sa diversité.

Le second se concentre sur les thématiques suivantes :

  1. Evolution du capitalisme et de la crise internationale
  2. La dette et le droit
  3. Analyse du rôle et de l’évolution de l’architecture institutionnelle internationale
  4. Analyses de cas particuliers
  5. Du Nord au Sud, la dette dans tous ses états
  6. Le rôle et le renforcement des mouvements sociaux nationaux et internationaux
  7. Les alternatives globales
  8. Ecologie, la dette écologique Dette écologique La dette écologique est la dette contractée par les pays industrialisés envers les autres pays à cause des spoliations passées et présentes de leurs ressources naturelles, auxquelles s’ajoutent la délocalisation des dégradations et la libre disposition de la planète afin d’y déposer les déchets de l’industrialisation.

    La dette écologique trouve son origine à l’époque coloniale et n’a cessé d’augmenter à travers diverses activités :


    - La « dette du carbone ». C’est la dette accumulée en raison de la pollution atmosphérique disproportionnée due aux grandes émissions de gaz de certains pays industriels, avec, à la clé, la détérioration de la couche d’ozone et l’augmentation de l’effet de serre.

    - La « biopiraterie ». C’est l’appropriation intellectuelle des connaissances ancestrales sur les semences et sur l’utilisation des plantes médicinales et d’autres végétaux par l’agro-industrie moderne et les laboratoires des pays industrialisés qui, comble de l’usurpation, perçoivent des royalties sur ces connaissances.

    - Les « passifs environnementaux ». C’est la dette due au titre de l’exploitation sous-rémunérée des ressources naturelles, grevant de surcroît les possibilités de développement des peuples lésés : pétrole, minéraux, ressources forestières, marines et génétiques.

    - L’exportation vers les pays les plus pauvres de produits dangereux fabriqués dans les pays industriels.

    Dette écologique et dette extérieure sont indissociables. L’obligation de payer la dette extérieure et ses intérêts impose aux pays débiteurs de réaliser un excédent monétaire. Cet excédent provient pour une part d’une amélioration effective de la productivité et, pour une autre part, de l’appauvrissement des populations de ces pays et de l’abus de la nature. La détérioration des termes de l’échange accentue le processus : les pays les plus endettés exportent de plus en plus pour obtenir les mêmes maigres recettes tout en aggravant mécaniquement la pression sur les ressources naturelles.
    et les ressources naturelles


Valeurs

Le CADTM Belgique est lié par des valeurs inscrites dans la Charte de fonctionnement et la Charte politique du réseau CADTM. Ainsi, tout comportement raciste et sexiste est interdit. Nous veillons à maintenir un équilibre hommes/femmes dans la composition de l’équipe permanente du CADTM Belgique ; l’horizontalité et la transparence dans la prise de décisions importantes et nous veillons à associer les bénévoles à la conception et la mise en œuvre de la stratégie de l’ONG.


Objectifs et stratégie du CADTM Belgique pour la période 2015-2025



Dans la même rubrique