Discours de Juan Barahona lors de l’acte de transmission de pouvoir du Président José Manuel Zelaya Rosales au peuple hondurien, représenté par le Front de Résistance Populaire

12 janvier 2010


Le Honduras a changé pour toujours. Notre peuple, aujourd’hui lancé contre la dictature de l’oligarchie et de l’impérialisme ennemis, s’est converti en un géant de dignité, de sacrifice et de conscience. Jamais auparavant dans notre histoire, nous, les secteurs populaires, n’avons été plus unis, jamais nous n’avons eu autant conscience de nos droits, nous, hommes et femmes pauvres, jamais ne s’est montrée aussi clairement la nature exploitatrice, totalitaire et assassine de ceux qui sont les propriétaires de ce pays, et qui tremblent devant la force inébranlable de la Résistance Populaire.

Aujourd’hui, au moment où les forces du passé jurent fidélité au nouveau traitre, nous pouvons affirmer avec orgueil que nous sommes réveillés et sommes capables de construire notre futur.

Avant de poursuivre, permettez moi cet acte solennel : pensons aux femmes et aux hommes qui ont offert leur vie dans cette lutte, assassinés lâchement et par traitrise par la terreur du régime de facto. Nous avons parcouru ensemble les rues, respiré les mêmes gaz empoisonnés, reçu les mêmes balles, connu la même prison, la même humiliation. Mais nous avons aussi écrit ensemble les plus belles pages de lutte et de résistance qu’a connues la patrie.

Quand s’est arrêté de batte leur cœur, ils sont morts pour revivre éternellement dans nos cœurs et dans notre lutte !

Vive les héros du Peuple ! .

Sang de Martyrs ! …Graine de Liberté !

Pour eux nous jurons qu’il n’y aura pas de repos, que nous ne négocierons jamais nos principes, que nous ne pardonnerons pas la trahison, et que nous allons transformer ce pays pour qu’il soit libre, démocratique, juste et réellement indépendant.

Nous luttons pour la convocation d’une Assemblée Nationale Constituante Populaire : révolutionnaire, elle ira bien au delà des réformes tièdes qui laisseraient intact le système des privilèges, système qui permet aux puissants de vivre dans un luxe infini exploitant le travail des pauvres, volant les biens publics et exploitant sans pitié les ressources naturelles.

Nous voulons une société neuve, un être humain neuf, qui n’exalte pas l’égoïsme come valeur suprême mais qui cherche au contraire le développement intégral de la collectivité. Nous aspirons à forger des personnes solidaires, qui ressentent comme leur la misère des autres et qui luttent pour éliminer les injustices sociales provoquées par le capitalisme, le patriarcat et le racisme.

Nous nous battons pour une patrie libre d’ingérences externes, sans bases militaires pour menacer nos frères centraméricains, sans transnationales pour voler impunément nos richesses, sans classes politiques aux ordres de l’empire. Nous luttons pour l’intégration des peuples latino-américains et pour l’union de l’Amérique Centrale.

Ceci fut le rève de José Cecilio del Valle, Cabañas, Visitación Padilla, Graciela García, José Martí, Juan Pablo Wainwrigh, Manuel Cálix Herrera, Sandino, Farabundo : nos héros ainsi que les grands leaders historiques du Peuple hondurien et des peuples centraméricains. C’est l’exemple de Morazán, notre plus haute référence, qui bien que vieux de deux siècles, nous a laissé un héritage de dignité et de droiture qui encore aujourd’hui défie les ennemis du progrès.

Francisco Morazán fut assassiné il y a 168 ans par une oligarchie rétrograde et lâche, compromise avec l’empire de son temps, exactement comme l’est l’oligarchie hondurienne d’aujourd’hui. Si Morazán vivait aujourd’hui, ses ennemis seraient le COHEP et l’ANDI (patronat hondurien, ndr) et porteraient le nom de Goriletti, Elvin Santos, Pepe Lobo, Carlos Flores, Adolfo Facussé, Rafael Callejas, Rafael Ferrari et bien d’autres dont le nom seul donne la nausée.

Si Morazán vivait aujourd’hui, la classe politique qui usurpe les pouvoirs de l’Etat enverrait contre lui l’armée et la police, comme elle l’envoie contre nous qui continuons les luttes pour la souveraineté et la liberté de notre peuple

Quelle grande différence avec l’armée qu’il commanda pour défendre la loi conte les oligarques de son temps !

Que ressentirait le Général Morazán s’il voyait les militaires et les policiers tirer sur leurs compatriotes désarmés, rouant de coups les enfants et les vieillards, violant et outrageant les femmes et les jeunes filles sans défense et torturant nos jeunes ? Ce grand Général mourrait de honte.

Bien que nous l’ayons toujours su, cela n’a jamais été aussi clair qu’aujourd’hui, les Forces Armées ne servent pas à gagner des guerres, elles ne servent qu’à faire des coups d’état pour faire tomber des gouvernements légitimement élus, dès lors que le maître du nord l’ordonne à ses valets, une oligarchie minoritaire, exploitatrice et corrompue.

Le temps viendra bientôt où ces Généraux paieront pour leur délits et accompagneront dans les prisons du Honduras Nouveau les entrepreneurs et politiques putschistes.

Mais il est également apparu au grand jour que derrière les ennemis du Peuple hondurien se cache l’ennemi numéro un de tous les peuples, l’empire nord-américain. Sans son appui, cette oligarchie lâche n’aurait jamais osé faire ce coup d’état qui défie la majorité des nations.

Les fonctionnaires nord-américains sont tellement cyniques, qu’après avoir préparé tous les détails du coup d’état avec leurs valets locaux serviles, ils ont ensuite feint de le rejeter, cachant ainsi leurs intentions de légitimer la dictature derrière le piège des négociations de San José et à travers des élections frauduleuses.

Maintenant, les putschistes et leur maître hypocrite du nord, tentent de tromper les peuples et les gouvernements du monde avec des chiffres gonflés, leur faisant croire qu’il y a eu ici des « élections démocratiques ».

Il y a eu des élections démocratiques, camarades ? NON, ce qu’il y a eu, c’est une FARCE. On ne trompe pas le peuple hondurien, parce qu’ici nous savons que seuls trois pelés et deux tondus ont été voter.

Même ainsi ils veulent tromper le monde. Ils ne comptaient pas que le monde avait changé. Si auparavant tous baissaient la tête, aujourd’hui de nombreux peuples ont des gouvernements dignes qui ne s’agenouillent pas devant le dollar.

Pour ces raisons, aucun gouvernement du monde ne participe à cette cérémonie indigne de prise de pouvoir. Seuls quelques uns sont venus, les plus serviles. Ce rejet du monde est un triomphe de notre lutte, camarades. Grace à cette bataille, ils n’ont pu faire un coup d’état pour l’exportation.

De toute façon, les putschistes ont un scénario préparé par l’empire.

L’étape suivante est d’essayer de détruire les conquêtes sociales obtenues sous le gouvernement du Président Manuel Zelaya. Les putschistes utilisent les médias, tous à leur disposition, les prêchoirs des églises conservatrices et les ONGs vendues, pour faire la promotion d’un “Plan pour le Pays” qui n’est rien d’autre que la continuation du modèle néolibéral qui a noyé dans la misère la majorité et a hypothéqué l’avenir de plusieurs générations de honduriens.

Ce qu’ils recherchent au fond, c’est de respecter l’agenda du coup d’état. Leur objectif est d’abolir le statut des enseignants, de mettre en œuvre un nouvelle cure d’austérité pour nous prendre plus d’impôts, geler le salaire minimum voir le baisser s’ils le peuvent, augmenter le prix des combustibles et les bénéfices des transnationales, piller nos ressources minières, privatiser l’eau, mettre à sac nos finances, entre autres calamités. C’est pour cela qu’ils ont fait le coup d’état ces criminels !

Pourquoi devrions-nous croire les promesses d’une classe exploitatrice qui a eu 30 ans pour démontrer que son système néolibéral fonctionne ? Comment prétendent ils que le peuple ait confiance en un gouvernement de putschistes, répresseurs, voleurs, fantoches et imposteurs ?

Il est impossible de faire confiance à un régime qui s’impose à pointe de baïonnettes. Le mensonge et la tromperie est leur norme. Il suffit de voir comment ils s’absolvent entre eux de leurs péchés lors de procès feints pour faire croire aux idiots qu’ici il ne se passe rien. Puis ils racontent au monde qu’ici tout est “harmonie” et “réconciliation”, malgré les assassinats de camarades qui continuent, bien que beaucoup soient obligés de s’exiler et d’autres soient menacés de mort quotidiennement. Ils portent le ridicule au point d’organiser un show pour laisser croire que le dictateur Goriletti se met à l’écart.

C’est dans ces conditions qu’ils veulent que nous nous prêtions à leur « dialogue » !

La Résistance Populaire ne participera pas à cette farce de dialogue avec l’oligarchie et encore moins avec son gouvernement abject.

Les putschistes ne pourront plus tromper ce peuple qui a atteint des niveaux de conscience supérieurs au passé. La grande majorité des Honduriens sait que Pepe Lobo est la continuité de la dictature, est la continuité du néolibéralisme, est la garantie pour l’empire de pouvoir utiliser le Honduras comme base pour ses opérations militaires et ses projets de stopper les processus de changement en Amérique latine.

Pepe Lobo N’EST PAS NOTRE PRESIDENT, de même que Goriletti ne le fut jamais. C’est le “président” des Kaffati, Hándal, Facussé, Ferrari, Maduro, Callejas, entre autres ; c’est le “président” des traitres, des corrompus, de ceux qui vendent la patrie.

Pour cela aujourd’hui, l’écharpe présidentielle légitime ne sera pas donnée à Lobo ; celui qui la reçoit, c’est le peuple en lutte, le peuple digne. Aujourd’hui l’écharpe présidentielle, au nom de la majorité de la population, c’est le Front de Résistance Populaire qui la reçoit !

C’est évidemment un honneur pour la Résistance de recevoir l’écharpe présidentielle des mains du Président légitime Manuel Zelaya, le seul à avoir été élu par la volonté majoritaire du Peuple.

Camarades.

La Résistance ne reçoit pas cette écharpe comme un trophée ou une simple reconnaissance pour ses efforts. Elle la reçoit comme la plus haute responsabilité : celle de représenter le Peuple et d’obtenir que surgisse la réelle Démocratie, participative et populaire.

Maintenant, le chemin qui se présente devant nous est empli de défis ; le Front de Résistance Populaire est une force nationale comptant sur une impressionnante capacité de mobilisation et une immense sympathie, mais il manque encore beaucoup pour le consolider.

La nouvelle consigne est : Organisation ! Mobilisation ! Formation !

Ces trois mots de d’ordre doivent être assumés par les cellules de la Résistance dans chaque quartier, dans chaque communauté rurale, dans chaque centre de travail ; partout doit prévaloir la démocratie interne. Le Front de Résistance Populaire doit canaliser les besoins des groupes de paysans, ouvriers, indigènes, noirs, homosexuels, artistes, habitants des quartiers urbains marginalisés, micro et petits entrepreneurs, écologistes, femmes, étudiants, forces politiques progressistes et démocratiques, enseignants, professions libérales, défenseurs des droits de l’homme, jeunes, églises populaires et autres organisations. Autant dire tous les secteurs exploités, opprimés et marginalisés de notre nation sans aucune exception.

De part la variété d’idéologies qui intègrent le Front, il faut assumer une attitude de débat sincère et mur ; l’unité dans la diversité est notre caractéristique la plus importante, il faut la renforcer. A cet égard, il est important de reconnaître le leadership et l’attitude de notre président Manuel Zelaya Rosales, qui est arrivé à l’ extrême de se sacrifier et de risquer sa vie pour lutter pour la démocratisation de notre Patrie.

Aujourd’hui le Président Zelaya a gagné contre les tentatives vaines de casser sa volonté et de ternir son exemple. C’est la fin d’un cycle : pour la première fois depuis le retour des élections dans notre pays, un président a été proche des besoins du peuple, a affronté la classe la plus conservatrice du pays et a été capable d’assumer l’agenda des secteurs populaires.

Comme ses ennemis sont petits ! Comme ils sont lâches !

Camarade Président. Sachez que la Résistance le considère comme un leader incontestable. A votre retour, vous retrouverez un peuple en lutte, que rien ne peut arrêter, et avec encore plus de courage et d’envie de dérouter la dictature. Mais également une Résistance Populaire mieux organisée et plus consciente.

Le Peuple hondurien commence maintenant une étape distincte dans la lutte pour la construction d’un pays nouveau.

Le Front de Résistance Populaire voit clairement ce défi. Son plan stratégique formule : “Etre un instrument de pouvoir populaire plus fort, pour conquérir le pouvoir, construire de nouvelles institutions et refondre la République, pour que surgisse une nouvelle démocratie populaire où nous participions toutes et tous, où nous soyons les protagonistes d’un Etat de justice sociale, pour garantir la solidarité, la liberté et l’indépendance, à travers une Assemblée Nationale Constituante qui formulera et approuvera la première constitution Politique faite par le peuple, avec une vision latino-américaine.”

Le chemin ne sera pas facile, il sera semé d’obstacles et de sacrifices, mais nous sommes certains de triompher à la fin contre l’oligarchie et ses maîtres de l’empire.

De notre côté, nous avons le soutien du peuple, l’expérience de la lutte populaire et la conscience de la justesse de nos aspirations.

Nous saurons répondre aux responsabilités que nous assumons aujourd’hui.

Vive le peuple héroïque de Morazán !

Vive le Président Manuel Zelaya Rosales !

Vive le Front de Résistance Populaire !

Vive l’Assemblée Nationale Constituante Populaire !

Nous résistons et nous vaincrons !

FRONT DE RESISTANCE POPULAIRE

Tegucigalpa le 27 janvier 2010

 Communiqué n.46 du Front national de Résistance Populaire : Nous résistons et nous vaincrons !!

Tegucigalpa.- La coordination du Front de Résistance Populaire confirme sa décision de ne pas reconnaître le régime de Porfirio Lobo, le considérant comme la continuité de la dictature imposée par l’oligarchie à travers le coup d’état du 28 juin. En conséquence, la Résistance n’autorise aucun de ses membres à participer à quelque pouvoir de l’état que ce soit ; la Résistance ne participera pas non plus au faux dialogue que les putschistes proposent pour valider un Plan National appliquant des mesures néolibérales pour maintenir les privilèges de la minorité qui usurpe le pouvoir.

Nous démentons les affirmations des médias putschistes et de certains politiciens qui affirment que les membres du parti Union Démocratique élus au Parlement font partie de la Résistance. Ces élus sont des collaborateurs de la dictature ; leur candidature émane de la direction du parti Union Démocratique et non de la volonté de sa base, qui elle est restée fidèle aux consignes du Front de Résistance Populaire de NE PAS participer aux élections illégales et illégitimes du 29 novembre et qui par conséquence rejette les autorités putschistes.

Nous résistons et nous vaincrons !

Tegucigalpa, le 26 janvier 2010

 Communiqué n.45 du Front national de résistance nationale
Déclarations par rapport au conflit agraire dans la vallée de l’Aguán

Le Front National de Résistance Populaire condamne la répression que les forces de la police et de l’armée, au service du régime putschiste et des propriétaires terriens locaux, ont exercée et continuent d’exercer contre les communautés paysannes regroupées dans le Mouvement Unifié Paysan de l’Aguán (MUCA) installées sur les terres situées des deux côtés des berges du fleuve Aguán, sur les communes de Tocoa et Trujillo, dans le département de Colón.

Les unités répressives font usage d’une force sans discrimination pour expulser les familles paysannes qui pacifiquement exigent leur droit de travailler ; Ils prennent d’assaut les maisons, arrêtent illégalement les gens, frappent et tirent à vue contre la population civile.

Nous accusons les messieurs Miguel Facussé Barjúm, Reinaldo Canales et René Morales d’être les responsables de ces faits. Ceux-ci ont profité de la situation de crise du pays et ont fait pression sur le régime de facto pour qu’il garantisse les privilèges qu’ils se sont octroyés grâce à l’usurpation et à l’exploitation des travailleurs.

L’origine du conflit est dû à l’achat illégal de terres de la part des messieurs Facussé, Canales y Morales à 27 entreprises coopératives dans le bas-Aguán. Lors de cet achat, les conditions requises légales établies dans les Statuts, les Règlements et la Loi des Entreprises Coopératives n’ont pas été respectés.

Le FNRP soutien le secteur paysan organisé dans le MUCA qui compte plus de 5000 adhérents, et exige que l’Acte d’Engagement du 12 juillet 2009 soit respecté, car dans son chapitre 3 l’INA s’engage à régulariser et donner les titres des terres en sa possession dans les trente jours et les remettre en pleine propriété aux groupes paysans de la région de l’Aguán, Sico y Paulaya.

De même, le FNRP se joint aux accusations portées depuis 1992 par les travailleurs affectés par les agents chimiques Nemagón et Fumazone employés par la Standard Fruit Company pour pulvériser ses bananeraies et ses autres cultures. Le résultat de l’emploi de ces agents chimiques est que des centaines de personnes ont été affectées et sont mortes d’infections intestinales et de cancer, l’augmentation d’avortement, de déformations de nouveau-nés, de stérilité masculine, de cécité et d’autres dégâts de santé et de l’environnement.

Nous resterons vigilants à la progression des événements et nous appelons la communauté internationale et les organisations des droits de l’homme à ce qu’elles maintiennent la pression pour éviter que les droits des familles paysannes dans la vallée de l’Aguán ne soient plus violés.

Nous Résistons et nous Vaincrons !

Tegucigalpa, M.D.C. 13 janvier 2010

 Communiqué n.44

Le Front National de Résistance Populaire déclare :

1. La Résistance hondurienne entame l’année 2010, prête à combatte contre la dictature, en rejetant les manœuvres de l’oligarchie qui tente de se vêtir d’une virginité au moyen d’un faux processus de transfert de pouvoir de Micheletti vers Lobo, qui laissera le système de domination de l’État intact dans les mains d’une minorité privilégiée de grands chefs d’entreprise corrompus, d’entreprises transnationales et militaires et de policiers répressifs.

2. Nous avertissons que la dictature s’apprête à retirer l’État du Honduras de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique - Traité Commercial des Peuples (ALBA-TCP), dont les secteurs populaires de notre pays ont pu bénéficier depuis sa signature le 9 octobre 2008. Ce traité a démontré qu’un nouveau type de relations solidaires est possible entre les peuples et les gouvernements afin que les pauvres soient favorisés et que la véritable intégration de la grande patrie latino-américaine puisse grandir. Le retrait imminent de l’ALBA-TCP démontre que le coup d’état a été exécuté pour mettre un frein aux urgentes transformations structurelles de la société et pour faire parvenir un message aux autres peuples latino-américains qui tentent de construire des projets alternatifs et progressistes pour leur nation.

3. Nous réfutons les mesures économiques soutenues par l’oligarchie contre le peuple et nous dénonçons son intention cynique de détruire les conquêtes sociales qui ont coûté si cher aux secteurs populaires organisés. Le tarif de l’eau ainsi que le prix du panier de la ménagère ont augmenté, les réserves internationales et les crédits des entreprises d’État comme l’ENEE ou Hondutel ont été épuisés, la formule pour calculer le prix du carburant a été modifiée afin d’augmenter les profits des grandes compagnies transnationales et les chefs d’entreprises impliqués dans le coup d’état voient leurs contrats constamment favorisés. À contrario, d’autres mesures ont été planifiées, comme la réduction du salaire minimum, l’abrogation du statut des enseignants, la suppression de la gratuité de l’inscription scolaire, la dévaluation Dévaluation Modification à la baisse du taux de change d’une monnaie par rapport aux autres. du lempira [monnaie hondurienne 1€=27,04 lempira], la privatisation des entreprises nationales et les fonds de pension Fonds de pension Fonds d’investissement, appelé aussi fonds de retraite, qui a pour vocation de gérer un régime de retraite par capitalisation. Un fonds de pension est alimenté par l’épargne des salariés d’une ou plusieurs entreprises, épargne souvent complétée par l’entreprise ; il a pour mission de verser des pensions aux salariés adhérents du fonds. Les fonds de pension gèrent des capitaux très importants, qui sont généralement investis sur les marchés boursiers et financiers. des employés publics, entre autres.

4. Nous dénonçons devant la communauté internationale, le haut niveau d’état répressif que la société hondurienne est en train de vivre et qui s’est accentué depuis la fin de l’an passé avec l’augmentation des assassinats, de la persécution et de l’exil de camarades. Nous lançons un appel aux organismes internationaux des droits de l’homme pour qu’ils accentuent la pression sur le régime de facto.

5. Nous refusons les plans de la dictature dans lesquels elle s’autoamnistie de ses crimes de lèse-humanité commis depuis l’exécution du coup d’État. Nous rappelons que de tels crimes n’ont pas de prescription et que tôt ou tard les responsables devront payer devant la justice.

6. Nous maintenons l’exigence d’un retour à l’ordre institutionnel et d’installer l’Assemblée Nationale Constituante démocratique et populaire, en accord avec le droit souverain du peuple de définir la société dans laquelle il vit.

Nous résistons et nous vaincrons !

Tegucigalpa, M.D.C. 7 janvier 2010

 HONDURAS : LA RÉSISTANCE POPULAIRE APPELLE À MANIFESTER CONTRE LA VOLONTÉ DES PUTSCHISTES DE RETIRER LE PAYS DE L’ALBA

Le Front National contre le Coup d’État au Honduras appelle à manifester contre la volonté du régime putschiste de retirer le pays de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA).

Cette manifestation aura lieu le 7 janvier et sera la première organisée par le Front de résistance en 2010, ont déclaré les dirigeants à l’issue d’une assemblée du mouvement populaire.

Le Honduras s’est joint à l’ALBA le 25 août 2008. L’adhésion à ce mécanisme d’intégration a rapporté de nombreux bénéfices au pays dans des secteurs tels que l’éducation, la santé, l’énergie et la production d’aliments.

En matière énergétique, l’incorporation à l’ALBA et concrètement à PetroCaribe, a garanti à ce pays très pauvre un approvisionnement stable de 20 mille barrils journaliers de pétrole, à des prix préférentiels et avec de faibles taux d’intérêts.

Le pays centraméricain a reçcu de l’alliance une centaine de tracteurs modernes, en plus de charrues, de semeuses et d’autres outils pour le développement de la production agricole.

Le Honduras a bénéficié également de l’opération Milagro, projet cubano-vénézuélien qui a amélioré ou rendu la vue à 40 mille citoyen(ne)s, ainsi que de la méthode primée par l’UNESCO « Moi, je peux » (Yo, sí puedo) qui a permis d’alphabétiser des milliers de personnes.

Tous ces plans seront suspendus si le Congrès National approuve l’initiative envoyée à l’organe législatif par le putschiste Roberto Micheletti, de retirer le Honduras de l’Alliance Bolivarienne.

Rappelons que des centaines de milliers de dollars déposées à la banque publique hondurienne dans le cadre du financement des projets sociaux de l’ALBA ont été soustraits par les putschistes aprés le coup d’État.

Par Cuba-Debate

Traduction : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve

 Communiqué n.42.

Le Front de Résistance contre le Coup d’Etat communique :

1. Nous maintenons notre refus total du régime qui s’installera le 27 janvier, et prolongera la dictature imposée par l’oligarchie avec le coup d’état du 28 Juin.

2. Nous rejetons la campagne médiatique faisant la promotion d’un “gouvernement d’unité” intégrant des secteurs complices de la rupture de l’ordre constitutionnel et qui passerait le pouvoir du dictateur Micheletti au dictateur Lobo.

3. Nous dénonçons l’intention de l’oligarchie de passer la charge financière du coup d’état au peuple pauvre, à travers des mesures économiques comme l’augmentation de la TVA, la dévaluation du Lempira, l’augmentation des prix de l’énergie électrique entre autres. Ces mesures doivent entrer en vigueur avant la prise de possession du nouveau dictateur pour ne pas lui faire porter la responsabilité de l’aggravation de la crise économique et sociale alors qu’il en est bien évidemment responsable, lui, son parti et sa classe.

4. Nous répétons que le peuple hondurien n’assumera pas les dettes contractées par le gouvernement de facto, que ce soit auprès des banques nationales ou internationales.

5. Nous appelons les peuples du monde à maintenir leur solidarité avec la Résistance hondurienne en ignorant les représentants de la dictature alors que ceux-ci cherchent des soutiens internationaux.

6. Nous célébrons et sommes reconnaissants de la décision prise par les membres du MERCOSUR Mercosur Le Mercosur est une zone régionale de coopération économique du Cône Sud (marché du Cône Sud) qui rassemble le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, en plus de deux pays associés, le Chili et la Bolivie. de rejeter les élections et le régime qui s’installera le 27 janvier. Nous appelons les gouvernements de tous les pays à en faire autant.

7. Le Front de Résistance contre le Coup d’Etat est en pleine lutte et compte sur le soutien majoritaire du peuple hondurien. Nous augmentons nos efforts d’organisation pour dérouter l’oligarchie et installer l’Assemblée Nationale Constituante inclusive et populaire.

Nous résistons et nous vaincrons !

Tegucigalpa le 9 décembre 2009

Communiqué n.40. ECHEC DE LA FARCE ELECTORALE

C’est avec satisfaction que nous annonçons au Peuple hondurien et à la communauté internationale que la farce électorale organisée par la dictature a été ridiculisée par l’affluence insignifiante dans les bureaux de vote, au point que le Tribunal Electoral putschiste a du prolonger d’une heure le vote jusqu’à 5 heures du soir.

Cela crève l’évidence. Le suivi que nous avons réalisé au niveau national indique un niveau d’abstention minimum de 65 a 70%, le plus élevé de l’histoire du pays, ce qui signifie qu’à peine 30 à 35% de l’électorat a voté. Par cette forme, le peuple hondurien a punis les candidats putschistes et la dictature, qui se débat maintenant pour montrer à l’opinion publique internationale un volume de votants qui n’a jamais existé.

Nous dénonçons que la dictature a eu recours à des manœuvres frauduleuses comme faire venir des salvadoriens, membres du parti ARENA, pour voter dans notre pays ; ces faits ont été dénoncés par les paysans du municipe de Magdalena, Intibucá.

Nous devons nous attendre à ce que le nombre de votants soit également augmenté via des manipulations informatiques.

Le désespoir du régime de facto est tel qu’il a réprimé brutalement la manifestation pacifique qui se déroulait à San Pedro Sula, durant laquelle plusieurs camaradas ont été blessés, frappés et arrêtés ; une personne est portée disparue. Parmi les blessés on compte un reporter de REUTER ; deux religieuses de l’ordre « Latinoamericano de Iglesias » ont été arrêtées alors qu’elles étaient observatrice des droits de l’homme.

Ce résultat représente une grande victoire pour le peuple hondurien, le Front de Résistance invité tout le peuple hondurien en résistance à célébrer dès demain la déroute de la dictature.

Nous convoquons à Tegucigalpa une Grande Assemblée le lundi 30 novembre à partir de midi au siège du syndicat STYBIS, et invitons à la grande Caravane de la Victoire contre la Farce Electorale qui partira à 3 heures de l’après midi du « Planeta Cipango ».

NOUS RESISTONS ET NOUS VAINCRONS

Tegucigalpa le 29 novembre 2009

Communiqué No. 35 du Front de Résistance contre le Coup d’Etat

Le Front de Résistance contra le Coup d’Etat communique :

1. Nous alertons la communauté internationale et les organisations de défense des droits de l’homme sur la répression croissante et la persécution du peuple. Le Comité pour la Défense des Droits de l’Homme au Honduras (CODEH) a averti que les forces répressives de l’état préparent des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
de terreur, en se faisant passer pour des militants de la résistance et justifier ainsi l’assassinat massif de personnes liées au Front de Résistance contre le Coup d’Etat.

2. Nous dénonçons la mobilisation des forces militaires sur l’ensemble du territoire national, avec armes et matériel de campagne, sans aucune logique avec la préparation d’un processus électoral. Les préparatifs des forces armées incluent l’embauche de mercenaires, d’un fort contingent de réservistes, et la préparation d’hôpitaux et de cliniques pour apporter une attention médicale aux militaires et policiers impliqués dans les actes de violence contre la population.

3. “L’absence” du pouvoir du dictateur Micheletti entre les 25 novembre et le 2 de décembre prochains, n’est qu’une manœuvre pour masquer le caractère totalitaire du régime de facto et des forces armées qui ont organisé un processus électoral illégitime et frauduleux.

4. Nous condamnons les menaces et persécutions contre différents média d’informations qui relatent la vérité sur la situation que vit notre pays, et qui se sont répétées aujourd’hui avec l’interruption du signal de la télévision canal 36.

5. Nous rappelons qu’il est impossible d’organiser des élections libres sous ce régime putschiste de répression.

6. Nous appelons tous les Fronts de résistance nationaux ainsi que les organisations solidaires à l’étranger à augmenter leurs mesure de sécurité et à se préparer à dénoncer tout type de violation des droits de l’homme par la dictature.

“POUR L’ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE, NOUS RESISTONS ET NOUS VAINCRONS”

Tegucigalpa, le 20 de novembre 2009

 Communiqué No. 34 du Front contre le Coup d’Etat

Le Front de Résistance contre le Coup d’Etat au Honduras, communique à la population hondurienne et à la communauté internationale :

1. La limite fixée au jeudi 5 novembre minuit ayant été atteinte sans que soit restitué le président légitime Manuel Zelaya Rosales, nous rejetons activement le processus électoral du 29 de novembre prochain.

Des élections impulsées par un régime de facto qui réprime et viole les droits humains et politiques des citoyens, ne représentent rien d’autre qu’une reconnaissance de la dictature de l’oligarchie nationale et une méthode pour maintenir un système qui marginalise et exploite les secteurs populaires au privilège de quelques uns.

La participation à un tel processus donnerait une légitimité au régime putschiste ou à son successeur qui prendrait fonction frauduleusement le 27 janvier 2010.

2. Nous maintiendrons le rejet de la farce électorale même si dans les jours qui viennent, le Président Manuel Zelaya était rétabli dans ses fonctions, puisque 20 jours ou moins, ne suffiraient pas pour démonter la fraude électorale en préparation, par laquelle l’oligarchie putschiste cherche à consolider son projet antidémocratique et répressif.

Cela ne signifie pas que nous ayons renoncé à notre revendication fondamentale de voir rétabli l’ordre constitutionnel, incluant la restitution du présidente Zelaya à la charge à laquelle il fut élu pour quatre ans par le peuple hondurien.

3. Aujourd’hui plus encore, il apparaît que l’exercice de la démocratie participative via la convocation d’une Assemblée Nationale Constituante est non seulement un droit non négociable, mais aussi la seule issue pour doter la population hondurienne d’un système politique démocratique et inclusif.

4. Nous dénonçons l’attitude complice du gouvernement des Etats Unis qui a manœuvré pour faire durer la crise, et montre maintenant ses véritables intentions de reconnaître le régime putschiste, afin de s’assurer que le prochain gouvernement soit docile aux intérêts des compagnies transnationales et à son projet de contrôle régional. Pour ces raisons, nous partageons la décision du Président Manuel Zelaya de déclarer l’échec de l’accord de Tegucigalpa ; cet accord fait partie de la stratégie nord-américaine pour gagner du temps et valider le processus électoral.

5. Nous appelons les organisations et les candidats politiques qui postulent pour le 29 novembre, à être conséquents avec leurs engagements passés et à se retirer publiquement de la farce électorale.

6. Nous convoquons la population organisée ou non à se sommer aux actions de rejet de la farce électorale et à mener des actions de désobéissance civile, sous la protection de l’article 3 de la Constitution de la République, qui nous confère le droit à la désobéissance et à l’insurrection populaire.

7. Nous appelons les gouvernements et les peuples frères du monde à maintenir la pression politique pour dérouter la dictature militaire imposée par l’oligarchie et l’impérialisme, et rejeter les fausses élections du 29 novembre prochain ainsi que les autorités qui prétendent se présenter comme les représentants élus du peuple.

“NOUS RESISTONS ET NOUS VAINCRONS”

Tegucigalpa, le 9 novembre 2009

 Position du Front contre le Coup d’Etat à propos du Dialogue et de l’Accord de San José

La dictature militaro-civile de l’oligarchie hondurienne et ses alliés de l’extrême droite internationale, affaiblis par les actions de rue permanentes du Front de Résistance Contre le Coup d’Etat, et sous la pression des plus hautes instances internationales comme l’OEA, l’ONU, le Groupe de Río, entre autres, ont été contraint d’accepter un processus de « dialogue » avec le Président Manuel Zelaya Rosales, sous les auspices d‘une Commission de ministres des affaires étrangères de l’OEA. A travers ce dialogue, l’OEA cherche la signature de l’« Accord de San José » qui implique comme point de départ la restitution du Président Zelaya, mais qui impose une série de conditionnalités importantes, entre autres de renoncer à convoquer une Assemblée Constituante.

Le Front de Résistance contre le Coup d’Etat précise sa position quant au dialogue :

1.Nous pensons que le dialogue est un moyen adéquat pour résoudre les différences, mais cela n’est pas possible sous la répression que mène la dictature militaro-civile depuis le 28 juin, violant les libertés et les droits fondamentaux. Ces mesures violentes ne sont pas propices à un dialogue réel.

Dans ces conditions, nous partageons les conditions posées par le Président Zelaya pour que ce dialogue soit possible, à savoir :

- La dérogation du décret PCM-M-016-2009 qui suspend les droits constitutionnels fondamentaux.
- Que soit mis fin à l’isolement et à la persécution dont est objet le Président Manuel Zelaya, et que le périmètre de l’ambassade du Brésil soit démilitarisé.
- Le respect de la liberté d’expression, en rétablissant immédiatement le fonctionnement de Radio Globo, de Canal 36 et des autres médias qui ont été fermés et censurés, ainsi que l’arrêt des persécutions contre les journalistes indépendants et contre les réseaux de communication alternatifs.

De plus, nous exigeons la liberté immédiate des Prisonniers Politiques détenus par la dictature.

2.Nous demandons que le dialogue ait comme résultats :

- L’abandon du pouvoir par la dictature militaro-civile.
- La Restitution du Président Manuel Zelaya à son poste, sans conditions, de forme immédiate et sure
- La définition de mécanismes de convocation d’une Assemblée Constituante démocratique, inclusive et participative.

3.Nous appelons tous les Mouvements de résistance locaux, municipaux, départementaux et régionaux à continuer leur lutte pour ces revendications à travers des manifestations et activités dans tout le pays.

A 100 JOURS DE RESISTANCE, PERSONNE NE SE REND !

Tegucigalpa, M.D.C. 5 octobre de 2009
Coordination Nationale du Front National de Résistance contre le Coup d’Etat

¡CONTRE LE COUP D’ETAT ET POUR UNE ASSEMBLEE CONSTITUANTE !
¡LE HONDURAS N’EST PAS TOUT SEUL !

 Pour les dons de solidarité avec le peuple Hondurien

En Belgique :

François Houtart - FMA (Forum mondial des Alternatives)
Avenue Ste Gertrude 5
B- 1348 Louvain la Neuve
063-4193287-12
Avec mention : Honduras

pour les autres pays :

Banque DEXIA-Bruxelles - boulevard Pacheco, 1000 Bruxelles
IBAN:BE19 0634 1932 8712
BIC : GKCCBEBB

François Houtart
Avenue Sainte Gertrude 5,
1348 Louvain-la-Neuve
Tél : 32.476 31 50 53
Fax : 010/48.95.68
email : francoishoutart chez yahoo.fr

Contacto : alba chez movimientos.org