Communiqué de presse

Equateur : le CADTM se réjouit de la victoire du mouvement de Rafael Correa à l’élection de l’Assemblée constituante

1er octobre 2007


En moins d’un an, Rafael Correa a remporté quatre échéances électorales (élections présidentielles fin 2006 à deux tours, référendum en faveur de l’élection d’une assemblée constituante en avril 2007 et élections des membres de l’assemblée constituante ce 30 septembre 2007).

Alors que toute la droite faisait campagne pour faire barrage au mouvement de Rafael Correa en agitant la menace communiste, le mouvement « Alianza Pais » a remporté plus de 65% de sièges (alors que les sondages lui en donnaient 45%). Avec ses alliés (MPD et Pachakutik notamment), il devrait disposer d’une très confortable majorité.

Pour le CADTM, c’est une excellente nouvelle : le peuple équatorien va enfin disposer de la possibilité de prendre son avenir en main et de faire les choix permettant de profiter des richesses produites par le pays.

Une majorité de la population a voté sans se laisser influencer par tous les grands medias équatoriens qui, sans exception, sont hostiles à Rafael Correa. Il n’y a plus de chaîne publique de télévision et de radio dans ce pays. La création en novembre prochain d’une nouvelle radio télévision de service public est une des mesures annoncées par le gouvernement.

Rafael Correa a promis de procéder à une réforme politique profonde du pays et à mettre en œuvre des mesures de redistribution de la richesse. Il a mis en place en juillet 2007 une Commission d’audit intégral de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique interne et externe (CAIC), dans laquelle Eric Toussaint représente le CADTM. Le président Rafael Correa veut réduire radicalement la part du budget destinée au remboursement de la dette publique et le CADTM lui apporte tout son soutien dans cette démarche. Simultanément, il souhaite augmenter les dépenses sociales.

Le chemin des réformes sociales est semé d’embûches. Plusieurs présidents de gauche ont été élus en Amérique latine ces dernières années en proposant de rompre avec la politique néolibérale de leur prédécesseur mais très peu ont réellement mis en œuvre leurs promesses. Le CADTM espère que Rafael Correa ne vacillera pas et réalisera une politique démocratique de justice sociale. Dans ce but, la question de la dette équatorienne est plus que jamais un enjeu central.