Présentation du second manifeste ReCommons Europe – Une rencontre clé pour la recherche d’alternatives

23 novembre 2020 par Mats Lucia Bayer , ReCommons Europe


Les journées du 22 et 23 septembre 2020 ont eu lieu à Bruxelles les rencontres Passons à l’action ! Alternatives internationalistes aux politiques de l’UE (au temps du coronavirus). C’est lors de ces rencontres, que nous avons notamment présenté e manifeste « ReCommons Europe : L’impact sur le Sud des politiques européennes et les alternatives possibles » (disponible en ligne).

Dans cette année 2020, la pandémie de la Covid-19 et les mesures sanitaires appliquées dans la majorité de pays poussent les organisations militantes à repenser les formats de réunions et événements. Pour le projet ReCommons Europe il était essentiel de pouvoir organiser une présentation du manifeste au courant de cette année. Ainsi, nous avions initialement prévu d’organiser cette rencontre au mois d’avril à Kinshasa et au mois de mai à Bruxelles. Cependant, les restrictions sanitaires nous ont obligé d’adapter notre plan. Pour notre part, il nous semblait essentiel de pouvoir rassembler physiquement, dans la mesure du possible compte tenu des consignes sanitaires, un maximum de militantes et militants. Nous avons ainsi fait le pari d’organiser les rencontres avec un format hybride, qui combinait une dynamique présentielle et virtuelle en même temps. A l’aide de technicien·ne·s et d’interprètes, nous avons réussi une participation de 40 personnes en présentiel ainsi que jusqu’à 70 personnes en participation virtuelle. Un format qui nous a par ailleurs permis de réunir des participant-e-s de 22 pays (Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Belgique, Colombie, État espagnol, France, Grèce, Haïti, Hongrie, Inde, Irlande, Italie, Kenya, Maroc, Norvège, Slovénie, Portugal, Royaume-Uni, République démocratique du Congo, Roumanie et Suisse).

Nous avons présenté chacune des thématiques que nous abordons dans cette seconde partie du manifeste ReCommmons Europe (dont la première partie a été publiée en 2019). Les questions abordées dans ce manifeste, axé sur la politique externe des pays européens vis-à-vis des peuples du Sud global, concernaient notamment : les politiques d’endettement ; les politiques commerciales et les traités de libre-échange ; les politiques migratoires et de gestion des frontières ; les politiques de vente d’armes ; la spoliation des biens culturels et les droits des peuples du Sud à des réparations et restitutions. Chacune des thématiques a été abordée, suscitant des débats riches en apports, dont la plupart seront inclus prochainement dans les textes publiés sur le site du CADTM. Au-delà de la présentation du manifeste, le format de la rencontre a rendu possible le dialogue et la mise en réseau d’activistes appartenant à différentes luttes et qui n’ont pas forcement l’occasion d’interagir en temps normal.

Cette présentation a aussi été l’aboutissement du projet ReCommons Europe, qui depuis le début de l’année 2018 a réuni des activistes, militant·e·s et chercheus·e·s dans un travail d’élaboration de propositions concrètes pour des politiques alternatives au niveau européen. Nous partons du constat que, face à la multiplicité des crises que traversent les pays européens (économique, géopolitique, de représentation), les populations ont été poussées à subir leurs effets en première ligne. Les solutions proposées au niveau européen n’ont fait qu’approfondir la crise sociale, qui couplée à des politiques xénophobes de plus en plus assumées, a ouvert la porte aux expressions les plus réactionnaires depuis des décennies. Le premier des objectifs du projet ReCommons Europe était de pouvoir répondre à l’urgence de proposer des alternatives concrètes et tangibles. En ce sens, autant la première comme cette deuxième partie du Manifeste ReCommons Europe intègrent une dimension stratégique dans la formulation des mesures à adopter, avec des mesures à adopter à court, moyen et long terme, guidées par la volonté qu’un changement radical ait lieu en dans les pays européens.

Par ailleurs, le projet s’est aussi nourri dans son processus d’élaboration des expériences de mobilisation qui ont eu lieu dans la dernière décennie, ainsi que des expériences où des forces ont tenté d’arriver aux institutions. Ainsi, ReCommons Europe ne pose pas uniquement la question du pouvoir, mais aussi quel rapport il est souhaitable d’entretenir avec les instances de gouvernement dans les pays européens. Les différentes expériences d’organisations populaires qui sont arrivées qui sont arrivées au gouvernement en Europe nous alertent sur les dangers toujours présents d’une autonomisation croissante face à la population qui les a soutenues et d’un éloignement par rapport aux forces qui quotidiennement agissent pour changer la société. En ce sens, il paraissait aussi important que cette proposition autour d’un programme émane de mouvements sociaux afin qu’ils puissent faire pression en dehors des institutions.

En outre, les rencontres « Passons à l’action Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
 ! » qui étaient organisées en deux journées, ont aussi hébergé la présentation du « Cahier de revendications communes : Sur la dette et la nécessité d’un réel contrôle citoyen sur la finance au niveau européen » ainsi que la campagne pour une Taxe covid, à laquelle le CADTM participe également. Notre objectif était de promouvoir un nécessaire débat sur les alternatives aux politiques actuelles, dans un contexte d’urgence sociale comme celui de la pandémie de la Covid-19.

La participation à l’événement de députés européens, tels que Miguel Urbán Crespo (Anticapitalistas, Etat espagnol), Leïla Chaibi (France Insoumise), José Gusmão (Bloc de Gauche, Portugal), des collaborateurs de l’équipe de Manon Aubry (France Insoumise), de Paul Murphhy (ancien député européen et actuel député au parlement irlandais), et Germain Mugemangango (porte-parole du PTB au niveau francophone et président du groupe parlementaire PTB au parlement wallon - Belgique).

Ci-dessous nous reproduisons le déroulé de cette journée du 22 septembre.

10h – 13h - Première session

Tour de table de présentation des participants/tes

Présentation des trois initiatives

  • ReCommonsEurope - L’impact sur le Sud des politiques européennes et les alternatives possibles.
  • Cahier européen de revendications.
  • Taxe Covid. Miguel Urban (Député européen - Anticapitalistas)

Abolir les dettes illégitimes et odieuses réclamées par les pays européens à des tiers et donner la priorité absolue à la garantie des droits humains

Présenté par Rémi Vilain (CADTM) et Tijana Okics. Commentaires de Dominic Brown (AIDC, Afrique du Sud).

Mettre fin aux politiques migratoires inhumaines de la forteresse Europe

Présenté par Mats Lucia Bayer (CADTM) et Sara Prestinani (EuroMed Rigths). Commentaires de Mamadou Ba (SOS Racisme Portugal), Mamadou Bah (CADTM Belgique) et Helena Maleno (Coordinatrice de Caminando Fronteras et activiste des droits humains).


14h – 16h40 Deuxième Session

Mettre fin aux politiques néocoloniales de l’UE en matière de commerce et d’investissement

Présenté par Maria Elena Saludas (ATTAC-CADTM Argentine) et Omar Aziki (ATTAC-CADTM Maroc). Commentaires de Monica Vargas (TNI – Amsterdam) et Patrick Bond (Afrique du Sud).

Un projet contre l’Europe militariste

Présenté par Stathis Kouvelakis (EreNSEP). Commentaires de Yvonne Ngoyi (CADTM RDC) et Broulaye Bagayoko (CAD Mali).

Face aux crimes passés des puissances coloniales européennes et au néo colonialisme européen, des réparations s’imposent

Présenté par Camille Chalmers (PAPDA Haïti, membre du CADTM). Commentaires de Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Franz Fanon) et Véronique Clette-Gakuba.

16h40 – 17h Conclusions

Quelles suites ?

L’année 2020 restera dans l’histoire comme celle de l’éclatement de la plus profonde crise du système capitalisme. Rappelons aussi que l’année 2019 a été une année de fortes mobilisations sociales à travers le monde. Le système capitalise est à bout de souffle. Il est clair que les politiques actuelles ne correspondent pas avec les besoins les plus urgents des populations. Plus que jamais nous avons besoin d’alternatives concrètes qui puissent nous mener vers un changement radical pour une société socialement juste et écologiquement responsable. Nous sommes convaincu·es que le travail réalisé par ReCommons Europe constitue un bon point de départ pour des débats programmatiques qui puissent avoir lieu dans les prochaines années.




Vidéos et photos : Zin TV et Beatriz Ortiz

Mats Lucia Bayer

Permanent au CADTM Belgique.

Autres articles en français de Mats Lucia Bayer (18)

0 | 10

Autres articles en français de ReCommons Europe (10)

Traduction(s)