Journée internationale des droits des femmes : La dette n’est pas qu’un instrument financier, elle est aussi un instrument genré

8 mars par Marie-Laure Coulmin Koutsaftis


Combattantes Kurdes - Photo Support Rojawa

Partout où sont appliquées au nom de la dette les politiques d’ajustement structurel et l’austérité, elles entravent l’émancipation des femmes et détruisent les conquêtes féministes. De fait, les femmes sont les véritables créancières au niveau national et international.

Le hashtag #MeToo ne doit pas faire oublier que la lutte pour les droits des femmes commence au niveau des discriminations accrues qu’elles subissent au nom de dettes illégitimes, publiques et privées.

En effet, loin de s’attaquer à l’évitement et l’exonération d’impôts et à la fraude fiscale, véritables responsables des déficits publics, les plans d’austérité au Nord et les plans d’ajustement structurel Ajustement structurel Les Plans d’ajustement structurel ont été imposés par les IFI en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts, projets financés par la Banque mondiale, conditionnalités du FMI, etc.
Les Plans d’austérité, appliqués depuis aux pays endettés du Nord, sont des copiés/collés des Plans d’ajustement structurel subits par les pays du Sud depuis 30 ans.
au Sud appauvrissent les populations du monde entier. Privatisations, libéralisations et restrictions budgétaires sabrant les droits sociaux sont proposées comme seules solutions à la crise et touchent directement les populations les plus fragilisées et les plus précaires. Parmi elles, une majorité de femmes.

Mères célibataires, femmes jeunes, âgées, migrantes, rurales … subissent une pauvreté accentuée par l’austérité, qui durcit et aggrave les inégalités entre les sexes et sape les conquêtes féministes. [1] En France par exemple, les femmes sont les premières concernées par la pauvreté. Elles représentent 57% des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA), 82% des emplois à temps partiel, 70% des travailleurs pauvres (vivant en dessous du seuil de pauvreté). [2]

Pour contrebalancer et déconstruire l’argument de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
publique, qui serait provoquée par un excès supposé de protection sociale, en Europe comme ailleurs, le CADTM met en avant le concept de dette sociale. Il se réfère au droit fondamental à une protection sociale de qualité, reconnu par le droit international. Sous cet angle, les femmes se retrouvent tout à coup en créancières d’une dette sociale de l’État envers elles.

Parmi les propositions du CADTM, la constitution des citoyen.ne.s en audits citoyens de la dette permettrait de mettre en valeur cette dette sociale et de démontrer avec des chiffres que la dette publique n’est pas une maladie honteuse de pays trop dépensiers mais le résultat de politiques délibérées et injustes.


La santé et les soins aux personnes

Inégalité dans l’accès aux soins et recul du droit à l’avortement : le retour des Tricoteuses

Dans la foulée du grand recul social appliqué au nom de la dette publique, le droit des femmes à disposer de leur corps est en régression dans plusieurs parties du monde. Les États se désengagent de leur mission de service public de santé, et la possibilité d’avorter dans un contexte médicalisé devient inaccessible aux classes « non favorisées ».

Touchées en premier par les mesures d’austérité et les licenciements, les femmes subissent aussi de fortes inégalités dans leur accès aux soins. Les coupes dans les services publics, hôpitaux, cliniques gynéco, EHPAD, touchent en effet les femmes aussi bien en tant que patientes que comme personnel soignant, puisqu’en 2014 en Europe elles représentaient 78% de la force de travail des services sociaux et de santé et 60% des enseignant-e-s des secteurs primaires et secondaires. [Voir Oxfam International/ European Women’s Lobby, “Women’s poverty and social exclusion in the European Union at a time of recession – An Invisible Crisis ?”, March 2010 ]].


Les femmes sont plus exposées à la pauvreté que les hommes

Au Sud comme au Nord, les femmes sont majoritaires dans les emplois précaires (contrats à durée déterminée, travail intérimaire, travail informel), les premiers à être supprimés en cas de licenciements et ne permettant pas ou peu aux travailleuses d’accéder à une bonne protection sociale.

Femmes de ménage du Ministère de l'Économie, Athènes 2014. Photo CC CADTM - MLCK Les rémunérations des femmes continuent à être moins élevées que celles de leurs collègues masculins à poste similaire. De plus elles sont majoritaires dans les temps partiels, ce qui réduit fortement le montant des cotisations pour leurs pensions de retraite. Toutes ces inégalités se sont encore accentuées depuis le début de la crise et de l’application des mesures de politique budgétaire restrictives.

Alors qu’elles sont particulièrement exposées à la pauvreté, la précarité des femmes retraitées est encore accentuée même quand elles ont travaillé toute leur vie. Non seulement l’âge de la retraite pour les femmes est retardé dans plusieurs pays d’Europe mais le montant des pensions subit des baisses répétées dans le cadre des programmes d’austérité, en France, en Grèce et dans plusieurs pays du Sud. Ainsi les retraites féminines sont en moyenne inférieures de 40% à celles des hommes.

Aussi le nombre des femmes âgées sans ressources et sans abri augmente à vue d’œil, en particulier parce que le prix des biens publics augmente au point de former des armées d’endettées auprès de l’État ou des services « publics », dont les prestations semi-privatisées sont assorties de taxes directes et indirectes qui plombent les factures.


Le travail précaire et l’exil économique touchent en priorité les femmes

Projetées par millions dans le monde du travail précaire et sans papier par la mondialisation Mondialisation (voir aussi Globalisation)
(extrait de F. Chesnais, 1997a)
Jusqu’à une date récente, il paraissait possible d’aborder l’analyse de la mondialisation en considérant celle-ci comme une étape nouvelle du processus d’internationalisation du capital, dont le grand groupe industriel transnational a été à la fois l’expression et l’un des agents les plus actifs.
Aujourd’hui, il n’est manifestement plus possible de s’en tenir là. La « mondialisation de l’économie » (Adda, 1996) ou, plus précisément la « mondialisation du capital » (Chesnais, 1994), doit être comprise comme étant plus - ou même tout autre chose - qu’une phase supplémentaire dans le processus d’internationalisation du capital engagé depuis plus d’un siècle. C’est à un mode de fonctionnement spécifique - et à plusieurs égards important, nouveau - du capitalisme mondial que nous avons affaire, dont il faudrait chercher à comprendre les ressorts et l’orientation, de façon à en faire la caractérisation.

Les points d’inflexion par rapport aux évolutions des principales économies, internes ou externes à l’OCDE, exigent d’être abordés comme un tout, en partant de l’hypothèse que vraisemblablement, ils font « système ». Pour ma part, j’estime qu’ils traduisent le fait qu’il y a eu - en se référant à la théorie de l’impérialisme qui fut élaborée au sein de l’aile gauche de la Deuxième Internationale voici bientôt un siècle -, passage dans le cadre du stade impérialiste à une phase différant fortement de celle qui a prédominé entre la fin de Seconde Guerre mondiale et le début des années 80. Je désigne celui-ci pour l’instant (avec l’espoir qu’on m’aidera à en trouver un meilleur au travers de la discussion et au besoin de la polémique) du nom un peu compliqué de « régime d’accumulation mondial à dominante financière ».

La différenciation et la hiérarchisation de l’économie-monde contemporaine de dimension planétaire résultent tant des opérations du capital concentré que des rapports de domination et de dépendance politiques entre États, dont le rôle ne s’est nullement réduit, même si la configuration et les mécanismes de cette domination se sont modifiés. La genèse du régime d’accumulation mondialisé à dominante financière relève autant de la politique que de l’économie. Ce n’est que dans la vulgate néo-libérale que l’État est « extérieur » au « marché ». Le triomphe actuel du « marché » n’aurait pu se faire sans les interventions politiques répétées des instances politiques des États capitalistes les plus puissants (en premier lieu, les membres du G7). Cette liberté que le capital industriel et plus encore le capital financier se valorisant sous la forme argent, ont retrouvée pour se déployer mondialement comme ils n’avaient pu le faire depuis 1914, tient bien sûr aussi de la force qu’il a recouvrée grâce à la longue période d’accumulation ininterrompue des « trente glorieuses » (l’une sinon la plus longue de toute l’histoire du capitalisme). Mais le capital n’aurait pas pu parvenir à ses fins sans le succès de la « révolution conservatrice » de la fin de la décennie 1970.
, les guerres et la pauvreté, les femmes se sont retrouvées employées en priorité dans les secteurs du soin à la personne, et pour les moins favorisées d’entre elles, dans la prostitution. Elles se retrouvent trop souvent prisonnières d’un cercle vicieux de dépendance envers un trafiquant, un employeur, un mari ou une entreprise.

En Europe, le phénomène de l’exil féminin a démarré juste après l’effondrement des économies des pays de l’ancien bloc de l’Est, au zénith de la mondialisation, obligeant des femmes de tous âges à s’exiler pour faire vivre leur famille, en acceptant des emplois d’aides ménagères ou d’auxiliaires de vie sous-payées dans d’autres pays de la périphérie européenne, à l’image de l’hémorragie de jeunes femmes qui a touché les Philippines. Avec la crise de la dette et la baisse des revenus des classes moyennes, ces « femmes de services » comme les appelle Jules Falquet [3] ont vu leurs conditions de survie se dégrader encore.

Les États des Balkans, fraîchement ralliés à l’UE ou en attente d’une intégration, se plient eux aussi à la discipline budgétaire imposée par l’ombre de la BCE BCE
Banque centrale européenne
La Banque centrale européenne est une institution européenne basée à Francfort, créée en 1998. Les pays de la zone euro lui ont transféré leurs compétences en matières monétaires et son rôle officiel est d’assurer la stabilité des prix (lutter contre l’inflation) dans la dite zone.
Ses trois organes de décision (le conseil des gouverneurs, le directoire et le conseil général) sont tous composés de gouverneurs de banques centrales des pays membres et/ou de spécialistes « reconnus ». Ses statuts la veulent « indépendante » politiquement mais elle est directement influencée par le monde financier.
. La récession Récession Croissance négative de l’activité économique dans un pays ou une branche pendant au moins deux trimestres. , le chômage et la pauvreté qui en découlent se conjuguent pour accentuer l’exil des jeunes, diplômés ou non, vers les pays du centre ; parmi eux, les jeunes femmes sont majoritaires.

Elles sont aussi les premières victimes des conflits armés provoqués par le néocolonialisme, conflits qui utilisent le viol à la fois comme un moyen de guerre et comme un outil de torture et de coercition. Le viol se dirige d’ailleurs aussi contre des hommes pour les « casser », preuve s’il en fallait de la nature profondément phallocratique du pouvoir militaire et policier.


Les dettes privées frappent directement les femmes

Les prêts étudiants qui se généralisent dans plusieurs pays du Nord enchaînent durablement les jeunes diplômés, hommes et femmes, qui devront gérer une longue période de remboursement avant de pouvoir acquérir une autonomie financière, se laissant ainsi imposer des choix de carrière par une logique de rentabilité obligatoire.

Dans les pays où les plans d’austérité ont abouti à des réductions de revenus drastiques, les prêts hypothécaires contractés avant la crise ne peuvent plus être honorés par les ménages. Résultat, un nombre croissant de familles sont menacées de se retrouver à la rue, comme en Espagne et en Grèce, où le gouvernement a commencé à opérer des enchères immobilières en ligne, pour échapper aux vives protestations de la société civile.


Les femmes victimes du microcrédit

Au niveau mondial, les Institutions de la microfinance (IMF) s’intéressent aux femmes qui représentent environ 70 % de leur clientèle. Ainsi la Banque mondiale Banque mondiale
BM
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a été créée en juillet 1944 à Bretton Woods (États-Unis), à l’initiative de 45 pays réunis pour la première Conférence monétaire et financière des Nations unies. En 2011, 187 pays en étaient membres.

Créée en 1944 à Bretton Woods dans le cadre du nouveau système monétaire international, la Banque possède un capital apporté par les pays membres et surtout emprunte sur les marchés internationaux de capitaux. La Banque finance des projets sectoriels, publics ou privés, à destination des pays du Tiers Monde et de l’ex-bloc soviétique. Elle se compose des cinq filiales suivantes :
La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD, 189 membres en 2017) octroie des prêts concernant de grands secteurs d’activité (agriculture et énergie), essentiellement aux pays à revenus intermédiaires.
L’Association internationale pour le développement (AID, ou IDA selon son appellation anglophone, 164 membres en 2003) s’est spécialisée dans l’octroi à très long terme (35 à 40 ans, dont 10 de grâce) de prêts à taux d’intérêt nuls ou très faibles à destination des pays les moins avancés (PMA).
La Société financière internationale (SFI) est la filiale de la Banque qui a en charge le financement d’entreprises ou d’institutions privées du Tiers Monde.
Enfin, le Centre international de règlements des différends relatifs aux investissements (CIRDI) gère les conflits d’intérêts tandis que l’Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) cherche à favoriser l’investissement dans les PED. Avec l’accroissement de l’endettement, la Banque mondiale a, en accord avec le FMI, développé ses interventions dans une perspective macro-économique. Ainsi la Banque impose-t-elle de plus en plus la mise en place de politiques d’ajustement destinées à équilibrer la balance des paiements des pays lourdement endettés. La Banque ne se prive pas de « conseiller » les pays soumis à la thérapeutique du FMI sur la meilleure façon de réduire les déficits budgétaires, de mobiliser l’épargne interne, d’inciter les investisseurs étrangers à s’installer sur place, de libéraliser les changes et les prix. Enfin, la Banque participe financièrement à ces programmes en accordant aux pays qui suivent cette politique, des prêts d’ajustement structurel depuis 1982.

TYPES DE PRÊTS ACCORDÉS PAR LA BM :

1) Les prêts-projets : prêts classiques pour des centrales thermiques, le secteur pétrolier, les industries forestières, les projets agricoles, barrages, routes, distribution et assainissement de l’eau, etc.
2) Les prêts d’ajustement sectoriel qui s’adressent à un secteur entier d’une économie nationale : énergie, agriculture, industrie, etc.
3) Les prêts à des institutions qui servent à orienter les politiques de certaines institutions vers le commerce extérieur et à ouvrir la voie aux transnationales. Ils financent aussi la privatisation des services publics.
4) Les prêts d’ajustement structurel, censés atténuer la crise de la dette, qui favorisent invariablement une politique néo-libérale.
5) Les prêts pour lutter contre la pauvreté.
Site :
poursuit sa stratégie de bancarisation de nouveaux secteurs de la population [4] pour permettre au capital financier d’accélérer l’intégration des deux milliards d’adultes dans le monde qui ne sont pas encore couverts par le système bancaire, dont la plupart sont des pauvres et des femmes, en élargissant le panier de services financiers aux transferts d’argent, assurances, factures de services publics (consommation d’eau, électricité, téléphone, etc.). Dans le même temps, la Banque Mondiale préconise de réduire drastiquement le rôle de l’État dans la garantie des services publics en les déléguant au secteur privé capitaliste qui les transforme en marchandise. Les pauvres ont alors davantage de besoins monétaires, en particulier les femmes qui sont responsables de leurs foyers. Elles sont ainsi livrées aux institutions de microcrédit qui avancent masquées sous couvert de lutte contre la pauvreté. [5]

Soutenues par Attac/CADTM Maroc, les luttes menées par les femmes victimes du micro-crédit sont venues inverser l’image abusivement positive dont bénéficiaient les organismes de microfinance. [6]

Le CADTM appelle à l’organisation des femmes en comités d’audit citoyen en vue de l’annulation de toutes les dettes illégitimes et pour mettre fin aux systèmes de domination patriarcale et capitaliste.

Nous réclamons la construction ou la reconstruction de services publics gratuits de qualité dans l’éducation, la santé, les transports, la banque, dans une optique de transition énergétique écoféministe.

Renforçons nos solidarités avec les populations affectées par le microcrédit, les politiques des Institutions financières et toutes les sangsues qui pompent nos richesses et nos énergies.

Regroupons-nous pour lutter contre le système dette, contre les accords de libre-échange et autres instruments économiques qui exploitent, humilient les femmes et les hommes ; renforcent les inégalités, pillent, détruisent la nature ; poussent les populations sur les routes de la migration et jettent des familles entières dans les rues, les contraignant à la précarité, la mendicité, à la prostitution et au suicide. [7]

Contact presse : Marie-Laure Coulmin Koutsaftis - mlcoulmin@cadtm.org


Voir également :
- Au Sud comme au Nord, les femmes face à la crise de la dette et aux politiques d’ajustement macroéconomique
- Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?



Marie-Laure Coulmin Koutsaftis

Documentariste, essayiste et traductrice du grec moderne, permanente au CADTM.

Traduction(s)