Conférence européenne contre l’austérité – Londres – 1er octobre 2011

Que le vent des révolutions arabes souffle sur l’Europe...

4 octobre 2011 par Myriam Bourgy


No cuts ! Tous ensemble unis contre la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et l’austérité !

Ces deux slogans furent les mots d’ordre de la conférence européenne contre l’austérité organisée par Coalition of Resistance [1] ce samedi 1er octobre à Londres. Plus de 700 personnes étaient présentes dont plus de 150 venues de différents pays européens. Cette journée structurée en deux plénières et 17 ateliers a permit de dessiner les grands traits du mouvement européen contre l’austérité. Des différentes discussions, il ressort une analyse commune de la crise actuelle. Née de la crise des subprimes Subprimes Crédits hypothécaires spéciaux développés à partir du milieu des années 2000, principalement aux États-Unis. Spéciaux car, à l’inverse des crédits « primes », ils sont destinés à des ménages à faibles revenus déjà fortement endettés et étaient donc plus risqués ; ils étaient ainsi également potentiellement plus (« sub ») rentables, avec des taux d’intérêts variables augmentant avec le temps ; la seule garantie reposant généralement sur l’hypothèque, le prêteur se remboursant alors par la vente de la maison en cas de non-remboursement. Ces crédits ont été titrisés - leurs risques ont été « dispersés » dans des produits financiers - et achetés en masse par les grandes banques, qui se sont retrouvées avec une quantité énorme de titres qui ne valaient plus rien lorsque la bulle spéculative immobilière a éclaté fin 2007.
Voir l’outil pédagogique « Le puzzle des subprimes »
, cette crise est systémique et a précipité les pays du Nord dans le cercle vicieux de la dette publique. Autres facteurs de cette crise, moins visibles et plus profonds, la baisse des revenus et la surproduction largement encouragées depuis quelques dizaines d’années.

Il est nécessaire de refuser toutes les politiques d’austérité, de s’attaquer au problème de la dette en mettant en place des audits et de refuser de payer la dette illégitime Dette illégitime C’est une dette contractée par les autorités publiques afin de favoriser les intérêts d’une minorité privilégiée.

Comment on détermine une dette illégitime ?

4 moyens d’analyse

* La destination des fonds :
l’utilisation ne profite pas à la population, bénéficie à une personne ou un groupe.
* Les circonstances du contrat :
rapport de force en faveur du créditeur, débiteur mal ou pas informé, peuple pas d’accord.
* Les termes du contrat :
termes abusifs, taux usuraires...
* La conduite des créanciers :
connaissance des créanciers de l’illégitimité du prêt.
. Il faut également refonder le système fiscal en imposant les plus riches et les bénéfices des entreprises.

Face à l’ampleur de cette crise, il est fondamental de lutter au niveau national mais également au niveau européen et ainsi casser le repli identitaire qui conduit à des prêt-à-penser « C’est les allemands contre les grecs, les portugais, les espagnols... ».
La lutte européenne contre l’austérité est une lutte de classes. Celle-ci doit absolument s’accompagner d’une lutte contre le racisme, l’impérialisme et le patriarcat car les discours dominants tentent en permanence de diviser les peuples en les montant les uns contre les autres ou en accusant une minorité déjà opprimée comme responsable.
A cela nous devons répondre par des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
européennes coordonnées et nous devons renforcer la convergence entre les différents mouvements : partis, syndicats, ONG, associations, mouvement des indignés...

Vers une nouvelle coalition entre partis, syndicats, associations...

A l’initiative de Coalition of Resistance, cette conférence a rassemblé les différents acteurs qui luttent contre l’austérité : partis politiques de gauche (Parti de la gauche européenne, Nouveau Parti Anticapitaliste, Bloco de Ezquerda, Die Linke, Green Party...), syndicats (Solidaires, UNITE, COBAS, OLME Gèce, RMT, CWU...), organisations (ATTAC, CADTM, Transform, BARAC, Stop the war...).
On peut néanmoins regretter l’absence du mouvement des indignés en tant que tel malgré la présence de représentants d’organisations impliqués personnellement dans ce mouvement. La convergence avec ce mouvement est un des éléments clés de la construction d’un mouvement européen.

Le CADTM [2] s’inscrit dans la construction de cette coordination européenne

Le CADTM Europe a participé à la préparation et à la tenue de cette conférence. Une délégation de 6 personnes était sur place (CADTM Belgique, France, Grèce, Pologne) pour mettre en avant les revendications de l’organisation contre la dette : moratoire Moratoire Situation dans laquelle une dette est gelée par le créancier, qui renonce à en exiger le paiement dans les délais convenus. Cependant, généralement durant la période de moratoire, les intérêts continuent de courir.

Un moratoire peut également être décidé par le débiteur, comme ce fut le cas de la Russie en 1998, de l’Argentine entre 2001 et 2005, de l’Équateur en 2008-2009. Dans certains cas, le pays obtient grâce au moratoire une réduction du stock de sa dette et une baisse des intérêts à payer.
, audit citoyen de la dette, annulation/répudiation des dettes illégitimes. Ainsi le CADTM est intervenu à plusieurs reprises, notamment le 30 septembre lors d’un séminaire consacré à la dette organisé par la Joint Social Conference [3] et le 1er octobre lors de plénières et d’un atelier sur l’audit de la dette. Au vu du contexte actuel en Europe, il semble difficile de faire un audit officiel car les gouvernements en place sont les principaux responsables de l’endettement de leurs pays. C’est pour cela que le CADTM travaille à la mise en place d’audits citoyens de la dette. L’audit ne doit pas se limiter à un travail d’experts (même si leur apport est nécessaire) et doit faire converger des représentants de syndicats, de mouvements sociaux, de services publics liés à l’endettement (services fiscaux...), du mouvement des indignés [4] ... Il s’agit avant tout de construire un mouvement et des mobilisations contre la dette. L’audit citoyen de la dette est un outils pour sensibiliser, informer les gens mais aussi pour renforcer les mobilisations en apportant des arguments, des cas concrets de dettes illégitimes afin de revendiquer le non paiement de celles-ci.
Aujourd’hui, alors que différentes initiatives d’audit citoyen de la dette naissent en Europe : Grèce, Irlande, France et prochainement Portugal, Espagne,... une coordination européenne apparaît comme nécessaire et se met en place.

Que le vent des révolutions arabes souffle sur l’Europe...

Au même moment que se déroulait cette conférence, différentes mobilisations contre l’austérité avaient lieu dans différents pays : au Portugal (130 000 personnes à Lisbonne, 50 000 à Porto), en Hongrie (50 000 personnes à Budapest), au Royaume-Uni (35 000 personnes à Manchester le dimanche 2 octobre à l’ouverture du Congrès des Torries, le parti conservateur), aux États-Unis (le mouvement anti-Wall Street s’amplifie et s’implante dans différentes villes), en France ou en Roumanie où les premières « Roma Pride » ont été organisées (à Paris et à Bucarest) contre les discriminations des Roms...

La déclaration finale de cette conférence [5] appelle le mouvement syndical européen à tenir une journée européenne de grève en 2012 afin que des actions européennes se coordonnent. En attendant, les mobilisations continuent de s’intensifier avec notamment la journée du 15 octobre, journée européenne d’action à l’initiative des indignés mais aussi à l’occasion du contre G20 G20 Le G20 est une structure informelle créée par le G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) à la fin des années 1990 et réactivée par lui en 2008 en pleine crise financière dans le Nord. Les membres du G20 sont : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne (représentée par le pays assurant la présidence de l’UE et la Banque Centrale européenne ; la Commission européenne assiste également aux réunions). L’Espagne est devenue invitée permanente. Des institutions internationales sont également invitées aux réunions : le Fonds monétaire international, la Banque mondiale. Le Conseil de stabilité financière, la BRI et l’OCDE assistent aussi aux réunions. qui se tiendra à Nice en France du 1er au 4 novembre. Répondons à l’appel et soyons présents pour faire en sorte que le vent des révolutions arabes souffle sur ces mobilisations et que des victoires puissent enfin voir le jour.




Notes

[1www.coalitionofresistance.org.uk site internet de la conférence : www.europeagainstausterity.org

[2Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde – www.cadtm.org

[4Le mouvement des indignés grecs et espagnols a intégré dans la liste de revendications l’ouverture des livres de la dette. Voir pour cela l’appel commun Puerta del Sol – Syntagma : http://www.cadtm.org/Appel-Sol-Syntagma