Le sommet des BRICS à Johannesburg : battage médiatique, espoir et impuissance

22 août 2023 par Patrick Bond


Jusqu’au sommet de Johannesburg du 22 au 24 août, sommet dont la perspective fait naître l’espoir d’une nouvelle force de contrepoids dans la politique mondiale, et effraie les élites occidentales, au moins cinq facteurs au moins avaient réduit le bloc Brésil-Russie- Inde-Chine-Afrique du Sud (BRICS) à une paralysie acrimonieuse. Cependant, les conditions ont changé au cours de l’année écoulée, et les discussions sur un « BRICS+ » avec près de deux douzaines de nouveaux membres et un programme de « dédollarisation » ont amené les attentes par rapport à ce réseau à un niveau sans précédent - et tout à fait irréaliste.



Au sortir d’une période où les contradictions internes semblaient provoquer une sorte d’« écaillage », où le mur des BRICS BRICS Le terme de BRICS (acronyme anglais désignant Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) a été utilisé pour la première fois en 2001 par Jim O’Neill, alors économiste à la banque Goldman Sachs. La forte croissance économique de ces pays, combinée à leur position géopolitique importante (ces 5 pays rassemblent près de la moitié de la population mondiale sur 4 continents et près d’un quart du PIB mondial) font des BRICS des acteurs majeurs des activités économiques et financières internationales. était proche de l’effondrement, il est utile de rappeler ce qui n’allait pas :

  • Tout d’abord, trois années de Covid-19 ont empêché les dirigeants des BRICS d’organiser des sommets en personne ou de convoquer les centaines de réunions de bureaucrates, d’hommes d’affaires, d’universitaires et de représentants de la société civile qui faisaient partie de l’écosystème du bloc.
  • Deuxièmement, à partir de 2019-22, le gouvernement brésilien de Jair Bolsonaro a retardé les progrès du bloc et anéanti sa cohésion, en raison de son extrémisme de droite et de son alignement pro-occidental - par exemple sur la question cruciale de l’obtention par le Sud de dérogations en matière de brevets pour les vaccins et les traitements Covid-19. Ces dérogations représentaient une proposition de réforme majeure de l’Organisation mondiale du commerce OMC
    Organisation mondiale du commerce
    Créée le 1er janvier 1995 en remplacement du GATT. Son rôle est d’assurer qu’aucun de ses membres ne se livre à un quelconque protectionnisme, afin d’accélérer la libéralisation mondiale des échanges commerciaux et favoriser les stratégies des multinationales. Elle est dotée d’un tribunal international (l’Organe de règlement des différends) jugeant les éventuelles violations de son texte fondateur de Marrakech.

    L’OMC fonctionne selon le mode « un pays – une voix » mais les délégués des pays du Sud ne font pas le poids face aux tonnes de documents à étudier, à l’armée de fonctionnaires, avocats, etc. des pays du Nord. Les décisions se prennent entre puissants dans les « green rooms ».

    Site : www.wto.org
    (OMC) et, même si le rejet émanait principalement de pays européens au nom de leurs industries pharmaceutiques en 2021-22, Angela Merkel et Boris Johnson ont dû apprécier que Bolsonaro rejoigne la poignée de dirigeants qui ont rejeté les appels répétés du Premier ministre indien Narendra Modi et du président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui demandaient au nom de plus de 100 pays que les produits pharmaceutiques vitaux soient considérés comme des « biens publics mondiaux ».
  • Troisièmement, les conflits territoriaux sino-indiens ont régulièrement éclaté dans les hauteurs de l’Himalaya, reflétant un manque de résolution de la frontière datant du début des années 1960, ce qui a conduit en 2020 à la mort de dizaines de soldats dans des combats au corps-à-corps. Il n’y a pas de fin en vue pour les escarmouches militaires concernant les terres situées à flanc de montagne et, en raison de la construction excessive de barrages par la Chine, concernant les sources des rivières qui coulent vers le sud. L’autre site de conflit s’étend à l’ouest du Pakistan depuis le Cachemire, où la résistance locale se poursuit contre le contrôle strict et l’islamophobie de Delhi, ainsi que contre le désir de Pékin de contrôler les Cachemiris en Chine. Plus à l’ouest, Pékin finance à hauteur de 65 milliards de dollars l’infrastructure du corridor reliant le port
    pakistanais de Gwadar à l’ouest de la Chine, corridor qu’elle considère comme de plus en plus vital en raison des vulnérabilités mercantiles du détroit de Malacca, et afin d’obtenir plus rapidement un accès aux importations de pétrole du golfe Persique dans le cadre des nouvelles routes de la soie. Mais ce niveau d’engagement économique envers le principal État ennemi de l’Inde - y compris une zone de souveraineté contestée au sein du Pakistan - exaspère les autorités de Delhi, qui ont à leur tour bloqué à plusieurs reprises les investissements d’entreprises chinoises et fait preuve d’un niveau extrême de sinophobie nationaliste.
  • Quatrièmement, l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine en février 2022 n’a pas seulement été catastrophique sur le plan local, elle a également bouleversé les marchés mondiaux de l’alimentation et de l’énergie, créant d’énormes pressions politiques à travers le monde. Poutine a failli provoquer une crise constitutionnelle en Afrique du Sud en raison de la perspective que les tribunaux locaux obligent Ramaphosa à exécuter un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (pour l’enlèvement de dizaines de milliers d’enfants ukrainiens), s’il arrivait en personne au sommet de Johannesburg en 2023. M. Ramaphosa a supplié le dirigeant russe d’assister virtuellement au sommet, dans le cadre d’un accord parallèle lors d’une mission de paix Kiev-Moscou, par ailleurs totalement inefficace, menée par plusieurs dirigeants africains en juin 2023. M. Ramaphosa a également demandé publiquement au dirigeant russe de rétablir l’accès maritime aux exportations ukrainiennes, qui représentent près de 10 % de l’approvisionnement mondial en céréales, mais M. Poutine a ignoré cet appel, offrant plutôt des livraisons gratuites de ses propres céréales à plusieurs pays appauvris dont les dirigeants ont participé au sommet Russie-Afrique de Saint-Pétersbourg à la fin du mois de juillet.
  • Cinquièmement, les gouvernements de plusieurs pays des BRICS ont été ébranlés : au Brésil, après la courte victoire électorale du président Lula da Silva sur Bolsonaro, tentative ratée des partisans de ce dernier de mener une insurrection en janvier 2023 ; la mutinerie de juin 2023 de l’ancien proche allié de Poutine, Evgueni Prigojine, et de son groupe de mercenaires, le groupe Wagner ; la disparition mystérieuse du ministre chinois des affaires étrangères, Qin Gang, en juillet, sur fond de rumeurs concernant une liaison avec une espionne britannique ou simplement un manque d’efficacité ; et en Afrique du Sud, la quasi-démission de Ramaphosa en décembre 2022, à la suite d’une enquête accablante sur sa corruption personnelle. Alors que le dirigeant chinois Xi Jinping, Modi et Poutine semblent avoir consolidé leur pouvoir personnel, les deux BRICS les plus faibles sont instables : Lula est confronté à un Congrès hostile dominé par les partisans de Bolsonaro et s’appuie sur des alliances autodestructives avec des néolibéraux au sommet de son propre gouvernement ; tandis que l’affaire de corruption financière de Ramaphosa et le manque de fiabilité de son vice-président (sans parler de la brève incarcération de son prédécesseur le 12 août - pour des accusations liées aux pots-de-vin d’un marchand d’armes français - suivie d’une grâce immédiate), ainsi que les pannes d’électricité généralisées, feront probablement perdre à son parti la majorité et l’obligeront à former un gouvernement de coalition après les élections de la mi-2024.

Pourtant, malgré le chaos créé par ces tensions, les trois économies exportatrices de produits primaires des BRICS - le Brésil, la Russie et l’Afrique du Sud - ont obtenu de meilleurs résultats que prévu à partir de la mi-2020, après le principal choc du confinement, lorsque les prix des minéraux et des combustibles fossiles se sont d’abord effondrés avant de grimper en flèche à des niveaux record, puis à partir de mars 2022, après l’invasion de Poutine, lorsque les prix des produits de base ont encore augmenté pendant au moins quelques mois supplémentaires.

Même la Russie pourrait donc se remettre étonnamment vite des sanctions financières occidentales et de la saisie de plus de 600 milliards de dollars d’actifs Actif
Actifs
En général, le terme « actif » fait référence à un bien qui possède une valeur réalisable, ou qui peut générer des revenus. Dans le cas contraire, on parle de « passif », c’est-à-dire la partie du bilan composé des ressources dont dispose une entreprise (les capitaux propres apportés par les associés, les provisions pour risques et charges ainsi que les dettes).
à l’étranger appartenant à l’État et aux oligarques - sanctions qui ont envoyé des messages forts aux tyrans anciennement pro-occidentaux, en particulier au Moyen-Orient, en leur indiquant que leurs actifs occidentaux n’étaient pas non plus en sécurité.

Les BRICS+ émergent
En effet, l’excès de punition financière de la ministre des finances américaine Janet Yellen en mars 2022 est une raison majeure pour laquelle tant de candidats BRICS+ veulent maintenant rejoindre un futur bloc dédollarisé. Tous constatent la volatilité des relations politiques avec un département d’État américain qui fait souvent volte-face, et pas seulement parce que l’idéologie « paléo-conservatrice » Make America Great Again de Donald Trump a été remplacée par la politique étrangère « néo-conservatrice » de Joe Biden, dans laquelle les idéaux « démocratiques » et le néolibéralisme économique sont imposés si nécessaire, par la force.

Indépendamment de la perspective d’un retour au pouvoir de Trump au début de 2025, un dilemme général pour les tyrans est que Washington installe et remplace parfois de manière arbitraire les dirigeants des régimes clients, sans logique apparente. Si cette pratique est ancienne, les changements de régime extérieurs sont devenus plus complexes en raison du pouvoir des sanctions financières.

L’expérience de l’Arabie saoudite a été particulièrement révélatrice, d’abord en 2020 comme l’une des principales cibles rhétoriques de la politique étrangère du candidat à la présidence des États-Unis Joe Biden (en tant que « paria »), compte tenu de l’exécution à la tronçonneuse par Riyad du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. Début 2021, Biden a annoncé que la guerre saoudienne au Yémen devait cesser, mais il a changé de tactique et s’est tu au bout d’un an, alors que les prix de l’énergie montaient en flèche, Biden a fait volte-face et s’est rendu personnellement chez le prince héritier Mohammed bin Salman (« MBS ») pour supplier Riyad d’augmenter la production de pétrole (afin de faire baisser les prix), ce que le dirigeant saoudien a refusé.

En effet, au début de l’année 2023, dans un autre signe d’irrespect manifeste envers Washington, Riyad a non seulement conclu un accord préliminaire de paix avec l’Iran, négocié par la Chine, mais a également mis en place un système commercial « pétro-yuan » afin de saper l’hégémonie du dollar. Début août, Washington a maladroitement tenté d’inverser cette dédollarisation particulièrement importante avec un paquet qui reprenant également les termes des accords d’Abraham de l’ère Trump « normalisant » les liens israélo-saoudiens de manière similaire à la normalisation entre Israël et les EAU en 2020. Mais le dirigeant saoudien a mis la proposition en attente jusqu’à ce que la poussière soit retombée au sommet des BRICS et que les nouveaux membres du bloc aient été choisis.

Alors qu’un nouveau BRICS+ commence à prendre forme, les caractéristiques les plus frappantes des candidats actuellement envisagés sont leur extrême intensité en carbone et leur caractère politique tyrannique, incarné par MBS. La liste complète des candidats au premier tour pour rejoindre les BRICS, nommée début août par le ministre sud-africain des affaires étrangères Naledi Pandor, est la suivante : Algérie, Arabie saoudite, Argentine, Bangladesh, Bahreïn, Biélorussie, Bolivie, Cuba, Égypte, Émirats arabes unis, Éthiopie, Honduras, Indonésie, Iran, Kazakhstan, Koweït, Maroc, Nigeria, État de Palestine, Sénégal, Thaïlande, Venezuela et Viêt Nam.

Il s’agit d’un méli-mélo sans idéologie discernable, mais débordant d’intérêts personnels antisociaux, anti-écologiques et financièrement inoculés au dollar. Les grands prix pour la Chine et la Russie, qui sont les moteurs de l’expansion, seraient l’Arabie saoudite et l’Iran. Si les 23 nouveaux candidats sont tous acceptés, les 28 pays BRICS+ peuvent être évalués en fonction de leur tendance relativement favorable à Poutine (en votant contre les résolutions de retrait des Nations unies) ou de leur position neutre (en s’abstenant lors des votes, comme l’a fait l’Afrique du Sud), par rapport à ceux qui sont favorables à l’Ukraine.

Dans ce dernier camp se trouvent, outre le Brésil, 14 pays candidats : Argentine, Arabie saoudite, Bahreïn, Bangladesh, Égypte, Honduras, Indonésie, Koweït, Maroc, Nigeria, Palestine, Sénégal, Thaïlande et Émirats arabes unis.

En revanche, 13 gouvernements candidats des BRICS et des BRICS+ se sont prononcés contre la résolution de février 2023 ou se sont abstenus : Afrique du Sud, Algérie, Biélorussie, Bolivie, Chine, Cuba, Éthiopie, Inde, Iran, Kazakhstan, Russie, Venezuela et Vietnam. Ainsi, d’un rapport de quatre pour un dans le groupe des pays qui s’opposent ou s’abstiennent dans le cadre des BRICS actuels, le rapport passerait potentiellement de 13 à 15.

En ce qui concerne ce que l’on pourrait considérer comme de véritables démocraties incontestables, il n’y a en réalité que l’Argentine, la Bolivie et le Honduras, qui rejoignent le Brésil et l’Afrique du Sud. Pour de bonnes raisons, la solidarité traditionnelle de la gauche - au moins au 21e siècle - avec les candidats des BRICS+, la Bolivie, Cuba, la Palestine et le Venezuela, bien que ce dernier ait perdu ses valeurs progressistes au cours de la décennie qui a suivi la mort d’Hugo Chavez, et bien sûr, la nostalgie de la gauche pour les mouvements anticoloniaux de l’Algérie et du Viêt Nam des années 1960 subsiste.

Les régimes réactionnaires qui ont longtemps travaillé dans la sphère d’influence occidentale sont également préoccupants : L’Indonésie, le Koweït, le Maroc, l’Arabie Saoudite, la Thaïlande et les Émirats arabes unis. L’Argentine pourrait rejoindre leurs rangs si les élections d’octobre débouchent sur un vainqueur de type Bolsonaro (Javier Milei). Certains de ces changements d’allégeance de l’Occident vers les BRICS sont, dans chaque cas, réversibles en fonction de la conjoncture géopolitique.

Et à bien des égards, l’aspect le plus dangereusement conservateur du nouveau bloc potentiel est le degré extraordinaire d’addiction des candidats au carbone. Les dernières données comparatives de 2021 suggèrent que non seulement l’intérêt personnel en matière d’émissions augmentera, puisque l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Indonésie, le Viêt Nam, la Thaïlande, le Kazakhstan, l’Égypte et les Émirats arabes unis ajouteront 3,375 milliards de tonnes de CO2 par an provenant de l’énergie et de l’industrie, aux 16,9 milliards de tonnes du bloc BRICS existant. Il existe en outre d’autres pays candidats dont les recettes en devises proviennent en grande partie du pétrole et du gaz : L’Algérie, l’Argentine, le Bahreïn, le Koweït, le Nigeria, le Sénégal et le Venezuela.

Pourtant, dans le cadre du processus d’expansion, on peut s’attendre à la diplomatie habituelle : des discours de gauche et des actions Action
Actions
Valeur mobilière émise par une société par actions. Ce titre représente une fraction du capital social. Il donne au titulaire (l’actionnaire) le droit notamment de recevoir une part des bénéfices distribués (le dividende) et de participer aux assemblées générales.
de droite. Comme Pandors’y est engagé, « je me garderais bien de tout critère d’expansion qui nous mènerait sur une voie où nous contribuerions à accroître les conflits dans la communauté mondiale ou dans n’importe quelle partie du monde ».

Retrait de la réforme multilatérale - comme c’est le devoir sous-impérial des BRICS
Compte tenu des alliances instables et de la collection hétéroclite de membres candidats, ni les BRICS existants ni un bloc BRICS+ ne peuvent prétendre à un élan vers le système mondial plus juste auquel ils font souvent référence. Par exemple, les déclarations des sommets des BRICS expriment souvent des aspirations à une réforme multilatérale, ainsi que des accords potentiels pour des collaborations institutionnelles, médicales et financières qui ne dépendraient pas de l’Occident. Mais les résultats ne sont pas satisfaisants.

Un cas évident est celui du développement de vaccins contre les pandémies, d’une importance vitale en 2020-22 lorsque le Covid-19 tua entre 7 millions (officiels) et 31 millions de personnes, selon les estimations de la « surmortalité » (qui, en Inde, au Brésil et en Afrique du Sud, représentent au moins trois fois le nombre officiel de décès). Et pourtant, alors que le sommet de Johannesburg de 2018 avait promis un centre de vaccination des BRICS basé dans cette ville, celui-ci ne s’est matérialisé que de manière symbolique et virtuelle en mars 2022.

Des questions subsistent quant à l’efficacité des vaccins chinois et russes par rapport à la technologie occidentale de l’ARNm (l’Afrique du Sud a même interdit Sputnik en raison des dangers pour les personnes vivant avec le VIH/sida). Ensuite, il y a eu la recherche chinoise sur le « gain de fonction » financée par l’État américain (et interdite de 2014 à 2017) pour le compte de Big Pharmacorps. Après l’arrivée au pouvoir de Trump en 2017, ces recherches n’ont repris qu’à Wuhan - dans un laboratoire « qui fuit » - parce que les risques biologiques étaient considérés comme trop dangereux pour le site de Caroline du Nord. Les archives chinoises des expériences de Wuhan - et des premiers cas de maladie survenus au
laboratoire fin 2019 - restent impossibles à consulter, mais cette relation semble, une fois de plus, refléter le maître impérial et le serf sous-impérial.

Un autre devoir sous-impérial est de respecter les accords financiers internationaux. Par conséquent, les abus du Fonds monétaire international FMI
Fonds monétaire international
Le FMI a été créé en 1944 à Bretton Woods (avec la Banque mondiale, son institution jumelle). Son but était de stabiliser le système financier international en réglementant la circulation des capitaux.

À ce jour, 190 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale).

Cliquez pour plus de détails.
à l’égard de la souveraineté des pays pauvres et l’imposition des dogmes du néolibéralisme, de l’austérité et de la privatisation - sans véritable opposition des BRICS - ont fait naître de faux espoirs quant à de véritables alternatives des BRICS au pouvoir économique multilatéral :

En bref, après une décennie au cours de laquelle - depuis le sommet des BRICS de Durban en 2013 - le financement du développement international a figuré en tête de l’agenda des dirigeants, la philosophie du « consensus de Washington » économique mondial n’a pas changé. Les pratiques de prêt prédatrices des institutions de Bretton Woods n’ont pas changé non plus.

Ces pratiques écologiquement et socialement destructives - et corrompues - sont également évidentes dans la principale réalisation des BRICS, la Nouvelle banque de développement (NDB), qui, à l’instar de l’ARC, resté très théorique, est rapidement devenue un allié officiel de la Banque mondiale.

De même, l’ancienne présidente Dilma Rousseff ayant été récemment nommée présidente de la NDB des BRICS, c’est un signe des temps que le 26 juillet 2023, juste après avoir rencontré Poutine, elle a tweeté : « La NDB a réaffirmé qu’elle ne prévoit pas de nouveaux projets en Russie et qu’elle opère dans le respect des restrictions applicables aux marchés financiers Marchés financiers
Marché financier
Marché des capitaux à long terme. Il comprend un marché primaire, celui des émissions et un marché secondaire, celui de la revente. À côté des marchés réglementés, on trouve les marchés de gré à gré qui ne sont pas tenus de satisfaire à des conditions minimales.
et aux marchés des capitaux internationaux. Toute spéculation Spéculation Opération consistant à prendre position sur un marché, souvent à contre-courant, dans l’espoir de dégager un profit.
Activité consistant à rechercher des gains sous forme de plus-value en pariant sur la valeur future des biens et des actifs financiers ou monétaires. La spéculation génère un divorce entre la sphère financière et la sphère productive. Les marchés des changes constituent le principal lieu de spéculation.
à ce sujet est infondée
 ». Elle s’est également engagée à se contenter d’un portefeuille de prêts en monnaie locale de 30 % d’ici à 2030, un objectif extrêmement prudent malgré les dégâts causés par les prêts en devises fortes.

Le potentiel de sortie de l’hégémonie du dollar a fait l’objet d’un énorme battage médiatique, et ce pour de bonnes raisons :

Début 2023, les détracteurs de la surextension du dollar ont noté que deux des trois plus grandes faillites jamais enregistrées par le gouvernement américain ont eu lieu début 2023. En février, le bouillant journaliste brésilien Pepe Escobar a intitulé un tweet populaire « BRICS IT UP, BABY » parce que « si la Chine, la Russie et l’Inde se mettent d’accord sur une monnaie adossée à l’or, c’est la FIN du dollar fiduciaire... Une nouvelle monnaie entraînerait le déficit de la balance courante des États-Unis - 18 000 milliards de dollars - et ferait s’effondrer le dollar ».

En juin, au lendemain d’une réunion des ministres des affaires étrangères des BRICS, la rébellion monétaire a été étouffée par le principal diplomate sud-africain, Anil Sooklal : « Nous n’avons jamais parlé de dédollarisation. Ce que nous avons fait, et qui n’est pas nouveau, c’est que nous avons signé un accord il y a plusieurs années, un accord interbancaire, ouvrant la voie au commerce dans nos monnaies locales ». Mais la tâche sera ardue, en raison des énormes déséquilibres commerciaux au sein des BRICS, ainsi que des contrôles de change chinois et indiens rigoureux qui rendent difficile le rapatriement des recettes commerciales.

Ainsi, Escobar prédisait plus sobrement début août : « Les BRICS ne vont pas annoncer une nouvelle monnaie en Afrique du Sud, tout d’abord parce qu’ils n’en ont même pas étudié les détails. C’est impossible. Ensuite, parce qu’on ne peut pas lancer une nouvelle monnaie comme ça. C’est un processus qui peut prendre jusqu’à dix ans. Ce qu’ils font et qu’ils vont encore à améliorer, ce sont des règlements commerciaux utilisant leurs propres monnaies de membres des BRICS, et l’étendre aux BRICS+ ».

M. Escobar a laissé entendre qu’il faudrait une décennie pour la mettre en place et qu’elle consisterait alors « peut-être en une nouvelle monnaie qui sera essentiellement une monnaie de règlement des échanges et non une monnaie comme, par exemple, l’euro ou la livre sterling. Quelque chose de complètement différent : un mécanisme de règlement des échanges capable de contourner l’écosystème du dollar américain qui, vous le savez, est omniprésent dans le monde. Il est très difficile d’y échapper ».

De même, Vijay Prashad, du Tricontinental Institute, basé à Delhi, a admis lors d’un séminaire à l’université de Johannesburg en août que « personne ne veut actuellement supplanter le dollar » : « Personne, à l’heure actuelle, ne veut supplanter le dollar. J’ai demandé à des membres de la Banque populaire de Chine si le renminbi allait supplanter le dollar. Ce ne sera pas le cas. Pourquoi ? Parce que les Chinois se targuent de contrôler les capitaux et leur monnaie ».

C’est un point extrêmement important, étant donné la capacité impressionnante de la Chine à ralentir la fuite des capitaux après les krachs boursiers de 2015-16 grâce à ces contrôles, et son interdiction louable des crypto-monnaies.

Prashad a demandé : « Allons-nous entrer dans une phase où nous aurons un panier de monnaies ? Vous savez, c’est peut-être un long chemin à parcourir, alors les gens qui s’enthousiasment en ligne pour la dédollarisation devraient se calmer. »

Les soi-disant « gold bugs » et autres enthousiastes des capacités anti-impériales potentielles des BRICS devraient en effet reconnaître que les bureaucrates les plus conservateurs de presque tous les pays se trouvent dans les ministères des finances et les banques centrales - et les BRICS ne font pas exception à la règle.

Lors d’une conférence organisée le 18 août dans la campagne chinoise, non loin de la frontière mongole, je suis tombé sur Justin Lin, non seulement ancien économiste en chef de la Banque mondiale (2008-2012), mais aussi l’un des observateurs géopolitiques les plus avisés du pays. Je lui ai demandé si quelqu’un dans ses circuits avait exprimé l’intention de voir le renmimbi supplanter le dollar, que ce soit ou non en tandem avec le rouble, la roupie, le rand et le real - et il a simplement secoué la tête.

La réticence des BRICS à lutter contre la base principale du pouvoir financier de l’impérialisme n’aurait pas dû être une surprise, car dans tous les cas, y compris la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) - à commencer par le sommet de Copenhague en 2009 où Barack Obama a rejoint Lula, Wen Jiabao, Manhoman Singh et Jacob Zuma pour un accord axé sur le statu quo qu’ils ont ensuite imposé à tous les autres - les BRICS ont passé les années 2010 à jouer le jeu de l’ordre « unipolaire » dit de Washington-Bruxelles- Londres-Tokyo, et non à se rebeller contre lui.

Le G20 G20 Le G20 est une structure informelle créée par le G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) à la fin des années 1990 et réactivée par lui en 2008 en pleine crise financière dans le Nord. Les membres du G20 sont : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne (représentée par le pays assurant la présidence de l’UE et la Banque Centrale européenne ; la Commission européenne assiste également aux réunions). L’Espagne est devenue invitée permanente. Des institutions internationales sont également invitées aux réunions : le Fonds monétaire international, la Banque mondiale. Le Conseil de stabilité financière, la BRI et l’OCDE assistent aussi aux réunions. - que Modi accueillera les 9 et 10 septembre à Delhi - est le lieu le plus logique pour cette fusion, en particulier compte tenu de ses récents flirts avec Biden et Emmanuel Macron (qui a demandé le mois dernier à être autorisé à se joindre au sommet des BRICS et s’est vu opposer un refus). Toutefois, un processus qui allie discours de gauche et actions de droite au sein des BRICS est un précurseur essentiel, comme les événements de Johannesburg le confirmeront certainement.

(Les 21 et 22 août, un webinaire d’analyse à Johannesburg et un teach-in militant précéderont les manifestations près du site du sommet des BRICS le 23 août ; le site web http://bricsfrombelow.org fournit des détails).


Traduit par Christine Pagnoulle

Patrick Bond

enseigne à la Witwatersrand University School of Governance à Johannesburg. Il est également directeur du Centre for Civil Society à l’Université KwaZulu-Natal à Durban. Son dernier ouvrage (avec Ana Garcia) s’intitule BRICS, An Anti-Capitalist Critique.