Les agriculteurs indiens signent une victoire

8 décembre 2021 par Sushovan Dhar


Des millions d’Indiens ont été accueillis par une bonne nouvelle le 19 novembre, lorsque Narendra Modi, le Premier ministre indien, a annoncé l’intention de son gouvernement d’abroger les trois projets de loi sur l’agriculture, destinés à « réparer » le secteur agricole en difficulté du pays. La nation trop habituée aux habituels coups de poitrine et hyperboles de ce leader musclé, imperméable à toute critique, a été stupéfaite par cette annonce. Ce recul de l’homme dominant qui a fait passer des politiques très néfastes tout en prônant un discours hyper-nationaliste basé sur l’ultra-droite Hindutva, balayant toutes les critiques - souvent par la force brute - a de quoi réjouir.

 Un esprit indomptable dans les moments critiques

En fait, l’attaque ininterrompue des fondements démocratiques de l’Inde a été une caractéristique récurrente au cours des sept dernières années. La plupart des droits constitutionnels et humains ont été piétinés en toute impunité, en particulier le droit fondamental à l’égalité, le droit de vivre dans la dignité, le droit de contester et de résister à l’État. Les institutions de contrôle ont été systématiquement affaiblies, le système judiciaire a été fortement altéré et le fonctionnement du parlement a été gravement compromis. D’autre part, le paysage politique indien est marqué par des attaques croissantes contre la classe ouvrière, avec une dilution systématique du droit du travail et la violation systématique des lois existantes.

L’attitude et la ténacité dont ont fait preuve des centaines de milliers d’agriculteurs, leurs familles et leurs partisans ont remis en question ce cours, forçant ce régime autoritaire à reculer docilement pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2014. Le grand succès de l’agitation des agriculteurs en cours, qui a forcé ce « surhomme » à s’incliner, a fortement mis en évidence l’importance primordiale de mouvements de masse dynamiques pour arrêter le rouleau compresseur de l’Hindutva.

Les prochaines élections d’État, en particulier dans l’un des plus grands États de l’Inde, l’Uttar Pradesh (UP), et au Rajasthan, sont les raisons immédiates qui poussent Modi et son entourage à prendre du recul. Au vu de la raclée électorale que le BJP vient de recevoir dans certains scrutins partiels, le gouvernement ne pouvait pas se permettre de prendre plus de risques. Plus tôt dans l’année, le parti a essuyé une série de défaites aux élections législatives dans les États du Bengale occidental, du Kerala, de Puducherry et du Tamil Nadu, alors qu’il ne ménageait ni ses efforts ni ses ressources.

L’opinion publique contre le gouvernement de l’UP s’est rapidement développée après les violences de Lakhimpur Kheri en octobre, où le fils d’un ministre de l’Union a été impliqué dans une attaque au véhicule piégé contre des agriculteurs manifestants, tuant quatre d’entre eux et un journaliste. L’incident de Lakhimpur Kheri a intensifié les défis que le mouvement des agriculteurs, qui dure depuis un an, avait déjà posés au gouvernement indien.

En outre, la hausse vertigineuse des prix, les révélations sur le contrat Rafale (achat d’avions de combat) et l’utilisation du logiciel espion Pegasus avaient déjà mis le BJP sur la défensive avant les élections de l’UP. Les choses allaient terriblement mal dans le pays de Modi, avec une hausse des prix, un chômage croissant et une économie déjà chancelante qui tentait de se sortir du ralentissement pandémique.

Cependant, rien ne peut priver les agriculteurs de leur crédit légitime.

 La crise agricole

Alors que l’agriculture emploie près de la moitié de la main-d’œuvre indienne, elle ne contribue que pour 10 % au PIB PIB
Produit intérieur brut
Le PIB traduit la richesse totale produite sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées.
Le Produit intérieur brut est un agrégat économique qui mesure la production totale sur un territoire donné, estimée par la somme des valeurs ajoutées. Cette mesure est notoirement incomplète ; elle ne tient pas compte, par exemple, de toutes les activités qui ne font pas l’objet d’un échange marchand. On appelle croissance économique la variation du PIB d’une période à l’autre.
du pays. La baisse de la productivité et des prix des récoltes pour les agriculteurs indiens rend l’agriculture non rentable dans la plupart des régions du pays, ce qui maintient les agriculteurs dans une situation de pauvreté perpétuelle. Malgré de nombreuses améliorations technologiques (irrigation, semences, engrais, mécanisation, etc.), l’agriculture indienne n’est pas en mesure de soutenir le grand nombre de personnes qui en dépendent.

Au fil des ans, divers gouvernements ont promis d’augmenter les revenus agricoles, mais rien ne s’est matérialisé jusqu’à présent. Le gouvernement Modi s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations du rapport d’un comité nommé par le gouvernement qui a été soumis en 2006, mais qui a été délibérément ignoré par les gouvernements successifs. Il a également parlé de doubler les revenus agricoles d’ici 2022. Cependant, au lieu de répondre systématiquement à la crise agraire qui frappe le pays depuis l’avènement des politiques néolibérales, des changements cosmétiques dans les prix des produits agricoles par le biais de lois sur la commercialisation des produits agricoles ne contribueront pas de manière significative à la vie et aux moyens de subsistance des agriculteurs indiens. Les lois agricoles n’avaient que peu de potentiel pour améliorer les conditions des agriculteurs indiens. Au contraire, elles menaçaient leur existence même.

L’agriculture de subsistance est la principale source de revenus de la grande majorité des agriculteurs indiens. Si certains s’en sortent mieux que d’autres, la majorité d’entre eux peinent à obtenir des prix équitables pour leurs produits et sont profondément endettés. Un ménage agricole moyen en Inde a une dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
équivalente à 60 % de son revenu annuel. Selon l’enquête nationale par sondage, le revenu annuel d’un ménage agricole était de 123 000 INR, et la dette moyenne de 74 100 INR de juillet 2018 à juin 2019. Les deux principaux contributeurs au revenu sont les cultures et les salaires. 50,2 % des ménages agricoles indiens sont endettés.

Les emplois urbains décents étant rares, la majorité de la population rurale émigre vers les villes pour grossir les rangs du précariat en plein essor. Le 77e cycle de l’enquête par sondage nationale (NSS) menée en 2018-19 révèle une diminution de la part des agriculteurs dans le revenu des cultures. Oubliez le doublement des revenus globaux des agriculteurs, cela montre une baisse absolue du revenu réel des cultures.

Depuis environ deux décennies, l’agriculture indienne est en état de crise. La manifestation la plus douloureuse en a été la hausse du taux de suicides des agriculteurs à travers le pays (28 par jour en 2019). Nombre d’entre eux sont endettés auprès de prêteurs informels tels que des proches ou des prêteurs d’argent usuraires.

Depuis 1995, plus de 300 000 agriculteurs se sont suicidés en raison de la pression croissante de la dette causée par les prix non rémunérateurs de leurs produits. Au lieu de s’attaquer à ces problèmes critiques qui affligent l’agriculture indienne depuis l’avènement du néolibéralisme, le gouvernement a fait passer des projets de loi sur l’agriculture que les agriculteurs considèrent comme la menace ultime à leur survie. Plus de 85 % des agriculteurs indiens exploitent moins de deux hectares de terre, ce qui signifie qu’il serait extrêmement difficile de s’engager et de concurrencer les grandes entreprises. Dans ces circonstances, les agriculteurs craignent à juste titre que ces lois ne soient destinées à permettre aux intérêts des entreprises de dominer l’avenir des agriculteurs indépendants.

 La réponse du gouvernement : les Farm Bills

Depuis le début, l’attitude du gouvernement à l’égard des revendications des agriculteurs a été marquée par une négligence et une indifférence totales. Le gouvernement dirigé par le BJP a tenté d’écraser le mouvement des agriculteurs à chaque étape, l’exemple le plus odieux étant la façon dont les agriculteurs agitateurs ont été fauchés à Lakhimpur Kheri, dans l’Uttar Pradesh. Au cours des agitations qui ont duré un an, près de 700 agriculteurs sont morts en protestant. Des centaines d’entre eux ont été arrêtés en vertu de lois sévères. Le gouvernement a utilisé ses forces de police pour étouffer le mouvement par la force. Les frontières de Delhi, où les agriculteurs avaient organisé des manifestations, ont été transformées en prisons ouvertes.

Après leur marche du jour de la République au début de l’année, la police a sévèrement réprimé certains des leaders des agriculteurs. Néanmoins, les agriculteurs sont restés fermes dans leur détermination à poursuivre les protestations. Ils sont restés fermes dans leur appel à l’abrogation complète des lois agricoles, qu’ils considèrent comme « pro-entreprises » et « anti-paysans ». Les affirmations du gouvernement de l’Union selon lesquelles les agriculteurs ont été consultés avant l’adoption des lois sont totalement infondées puisque les lois ont d’abord été introduites par voie d’ordonnances en juin 2020 avant toute consultation publique ou même des délibérations parlementaires appropriées. Il s’agissait plus ou moins d’une imposition par la porte arrière plutôt que par le biais d’une convention ou d’une procédure démocratique.

 Les agriculteurs réagissent à la tactique du bras de fer

Depuis sa création, le mouvement des agriculteurs a évolué de manière dynamique. Le mouvement a débuté dans l’État du Pendjab, dans le nord du pays, mais s’est rapidement étendu à l’échelle nationale. Les groupes et associations d’agriculteurs de tout le pays ont mis de côté leurs différences et ont travaillé ensemble pour s’attaquer au gouvernement coercitif. Petit à petit, divers leaders de différentes régions du pays se sont donné la main pour créer un front uni, en mettant de côté les multiples contradictions de castes et de communautés dans le processus.

Chaque fois que le mouvement a été confronté à un défi, il en est ressorti plus fort. Les slogans et la résolution de tous les piquets de grève sont devenus un cri de ralliement pour de nombreux agriculteurs qui, autrement, ne pouvaient pas participer activement aux protestations.

Ces derniers mois, l’agitation des agriculteurs s’est transformée en un mouvement politique s’opposant aux tactiques de polarisation communautaire du BJP. Elle a contribué à la résolution des tensions dans l’ouest de l’Uttar Pradesh entre Jats et Musulmans, deux communautés déchirées à la suite des émeutes communautaires de 2013 à Muzaffarnagar. Le mouvement est devenu une plateforme permettant à de nombreuses communautés de se rassembler. Et, ce qui est peut-être le plus important, les manifestants ont instillé dans d’autres régions une résistance à un gouvernement qui se contente d’emprisonner ses détracteurs ou de les poursuivre et de les harceler. Celui-ci permet aux citoyens, y compris aux journalistes, d’être librement arrêtés en vertu de la loi sur les activités illégales (prévention) et réprime les médias indépendants pour « délits économiques ».

La montée de l’autoritarisme de droite ces dernières années a remis en question la crédibilité démocratique de l’Inde. L’Inde a chuté dans toutes les mesures de la démocratie, y compris dans le classement de la liberté de la presse, où elle occupe désormais la 142e place sur 180 pays, quatre places derrière le Soudan du Sud et trois places derrière le Myanmar. Selon l’indice de liberté humaine, l’Inde se classe 111e sur 162 pays, quatre places seulement devant la Russie. À la suite d’agressions répétées de la part du gouvernement indien, Amnesty International a été contrainte de cesser ses activités en Inde en septembre. Le mouvement des agriculteurs a comblé bon nombre de ces déficits démocratiques.

L’omnipotence apparente du gouvernement s’est effondrée, ce qui est un développement positif pour la démocratie indienne. Cependant, nous devons attendre et surveiller la suite des événements. S’agira-t-il d’un nouveau dialogue constructif et de meilleures réformes, ou d’un renforcement des contradictions ? Cette question ne peut toutefois pas se limiter aux limites de nos frontières nationales. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à la montée de l’autoritarisme, des violations des droits de l’homme, des pratiques antidémocratiques et du nationalisme de droite à l’échelle mondiale. Le laisser se développer sans entrave, en particulier dans la démocratie la plus peuplée du monde, met tout le monde en danger. Avec une population de plus de 1,3 milliard d’habitants, l’Inde, en tant que pays, muselle et restreint les libertés fondamentales d’un sixième de la population mondiale.

 Conclusion

La grève des agriculteurs, qui a duré un an, s’est finalement terminée par une victoire. Les agriculteurs indiens ont écrit l’un des chapitres les plus éclairants de l’histoire de la lutte des classes. L’abrogation des trois lois agricoles litigieuses est un développement bienvenu. Néanmoins, le Samyukta Kisan Morcha (Forum commun des agriculteurs) a juré de poursuivre la lutte tant que le prix de soutien minimum (MSP) ne sera pas un droit légal pour les agriculteurs. Cette victoire a fait renaître l’espoir de lutter contre les attaques contre les Dalits, les musulmans, la gauche, les intellectuels et tous les autres. Les syndicats et la classe ouvrière doivent tirer de profondes leçons et se battre agressivement pour récupérer une grande partie de ce qu’ils ont perdu ces derniers temps. La victoire du mouvement des agriculteurs est également une importante leçon d’auto-organisation pour les mouvements sociaux et la classe ouvrière.




Autres articles en français de Sushovan Dhar (30)

0 | 10 | 20

Traduction(s)