Fatima Zahra Ould Belaid, jeune militante d’ATTAC CADTM Maroc : Un riche parcours militant

2 décembre 2021 par Omar Aziki


Fatima Zahra Ould Belaid, jeune militante très active d’ATTAC CADTM Maroc, a été arrêtée le jeudi 25 novembre 2021 par des agents de police à sa maison dans la ville de Tanger (nord du Maroc). Deux chefs d’inculpations ont été retenus contre elle : vol et abus de confiance sur plainte de l’Association Hasnouna de soutien aux usagers de drogues dans laquelle elle travaillait, et organisation de rassemblements non autorisés avec des slogans dans un établissement public sur plainte du doyen de la faculté des sciences juridiques et économiques de Tanger. https://attacmaroc.org/fr/2021/11/29/exigeons-la-liberation-immediate-de-fatima-zahra-ould-belaid-membre-dattac-cadtm-maroc/

Elle a été présentée, le 29 novembre, en état d’arrestation devant le tribunal de première instance à Tanger qui a refusé la demande de sa libération. Une deuxième audience est fixée pour le 13 décembre 2021.

Comme pour Omar Radi, militant d’ATTAC CADTM Maroc condamné à 6 ans de prison ferme, et les autres détenu·e·s d’opinion, l’État trouve d’autres alibis pour camoufler les vraies raisons d’incarcération de Fatima Zahra Ould Belaid. Elles sont évidentes pour ceux et celles qui militent aujourd’hui au Maroc : faire taire les voix opposantes.

Fatima Zahra Ould Belaid est engagée cœur et âme dans la grande mobilisation actuelle des jeunes scolarisés contre la décision du ministère de l’Éducation de baisser à 30 ans, l’âge maximal pour pouvoir se présenter aux divers concours de l’enseignement. Des milliers de diplômé·e·s chômeur·euses et d’étudiant·e·s manifestent chaque jour dans la majorité des villes et localités du Maroc, pour dénoncer la nouvelle mesure annoncée par le ministre de l’enseignement.

Fatima Zahra Ould Belaid est membre de la Commission femmes d’ATTAC CADTM Maroc. Elle a été membre de la délégation d’ATTAC CADTM Maroc à l’Assemblée mondiale du réseau CADTM international tenue en avril 2016 à Tunis et au séminaire internationale féministe contre la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque africaine de développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds européen de développement.
Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.
Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics.
et le microcrédit à Bamako (Mali) en novembre 2017. Elle a participé activement aux enquêtes de terrain sur le microcrédit au Maroc, notamment dans la région du Sud-est, qui ont permis d’avoir une compréhension concrète des ravages de ce système de la microfinance particulièrement sur les femmes et d’entamer une réflexion profonde qui a abouti à la publication en 2016 du livre d’ATTAC CADTM Maroc intitulé : « Le microcrédit au Maroc : quand les pauvres financent les riches. Étude de terrain et analyse du système du microcrédit ». Elle a participé aux différentes formes de solidarité nationales avec les victimes du système du microcrédit et à la caravane internationale de solidarité du réseau CADTM avec les femmes en lutte contre les institutions du microcrédit à Ouarzazate en avril 2014. http://www.cadtm.org/spip.php?page=imprimer&id_article=10097

Elle a été engagée avec ATTAC CADTM Maroc dans le la large mouvement de solidarité avec le Hirak du Rif (mouvement de protestation populaire au Nord du Maroc) et a participé à la rédaction du livre collectif de notre association intitulé « Hirak du Rif, une lutte populaire pour la liberté et la justice sociale ».

Elle a aussi été membre du comité de suivi de l’Université d’éducation populaire sur la justice sociale et économique en Afrique du Nord initiée par ATTAC CADTM Maroc et l’Observatoire Tunisien de l’économie (OTE) et elle a participé activement à la réussite de la première édition de l’Université en août 2019 à Tunis qui a réuni de jeunes militant·e·s du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et d’Égypte.

Fatima Zahra Ould Belaid a milité dans le mouvement étudiant et dans le mouvement de 20 février 2011 qui a mobilisé toutes les couches populaires du pays dans le contexte des soulèvements révolutionnaires dans la région Afrique du Nord et Moyen Orient/région arabe. Elle a dénoncé la normalisation avec l’entité sioniste et défendait le droit à l’autodétermination et droit au retour du peuple palestinien.

Elle a été aussi dans les rangs des grandes marches contre l’imposition arbitraire du pass vaccinal anti Covid-19 à Tanger.

L’État n’a pas de réponse au chômage de masse structurel des jeunes notamment les diplomé·e·s. Le Maroc s’enfonce dans l’endettement avec l’extension et l’accélération des réformes libérales et des mesures d’austérité qui aggravent la crise sociale. Les mobilisations populaires s’étendent. La restriction des libertés publiques et la répression se généralisent. Les activistes des mouvements sociaux sont criminalisés et harcelés.

Mais la lutte continue. Elle s’élargit. Un autre Maroc de liberté, de dignité et de justice sociale est tout à fait possible.

Toute notre solidarité avec Fatima Zahra Ould Belaid.

Élargissons les initiatives pour sa libération immédiate et sans condition.

Omar Aziki
Membre du secrétariat national d’ATTAC CADTM Maroc.
Membre du secrétariat international partagé du réseau CADTM.




Omar Aziki

est membre du secrétariat national d’ATTAC CADTM Maroc et du secrétariat international partagé du CADTM.

Autres articles en français de Omar Aziki (33)

0 | 10 | 20 | 30